.32

12.2K 517 241
                                    

Salem aleykoum, Salut

Bissmilah❤

Hidayaa: Libère moi...

"Garde moi une place dans ta tête et dans ton cœur si tu peux.."

Hidayaa

Une semaine était passée et je commençais peu à peu à m'habituer à la vie avec ma mère et mon frère qui est au passage complètement fou.
J'essayais également de découvrir petit à petit ce qu'il nous cachait à moi et à ma mère.

Concernant Lénaa elle avait tout arrêté et j'en étais très fière, elle avait également repris la prière et elle remontais la pente petit à petit sans même se soucier du regard des gens, rien de mieux que de s'en foutre du regard des gens.
Bon c'est vrai que c'était plutôt dure pour elle et ça l'ai toujours mais j'essaye de la motiver.

Aujourd'hui et bien j'avais décidé de sortir dans le quartier avec Lénaa, ça faisait longtemps, très longtemps.

Une fois prête je préviens ma mère qui allait chez une copine à elle puis je descend rejoindre Lénaa.

Moi: Waw, ça fait trop bizarre.

Lénaa: Moi ça me fait bizarre de me dire Wahh y'a Hidayaa à coter de moi elle est revenue après 10 ans!

Moi: C'est chaud hein.

Lénaa: De ouf.

Moi: Sinon dis moi tu vas toujours à l'école?

Lénaa: Non..

Moi: Ah dommage.

Lénaa: Sinon dit moi ça date que t'es pas partie en Algérie toi.

Moi: Oui, ça me manque.

J'y allait pas pour voir ma famille non, j'y allais comme ça dans un hôtel.
Depuis que la famille de ma mère l'ont mariée de force elle n'a plus jamais entendu parler d'eux.
C'est triste mais c'est comme ça.

Lénaa:...

Moi: Lénaa?

Elle ne me répondait plus. Elle était figée.

Je regarde en sa direction puis fronce les sourcils.

Moi: Lénaa c'est qui?

Lénaa:*Ravale sa salive* C'est..c'est Sahil et il vient vers nous..

Au même moment un homme apparaît devant nous.
Je le regardais, c'était bien lui et il n'avait pas changé.
En le voyant, une haine immense s'introduit en moi.

Il nous regardais d'un air méprisant, un sourire en coin.

Sahil: Ah bah Lénaa, àsce qu'il paraît ça fait une semaine que tu t'es faite aucun mec.

Lénaa: J'ai arrêté.

Il lâche un ricanement.

Sahil: Tu vas vite reprendre moi j'te le dit.

𝑯𝒊𝒅𝒂𝒚𝒂𝒂: 𝑳𝒊𝒃𝒆̀𝒓𝒆 𝒎𝒐𝒊Où les histoires vivent. Découvrez maintenant