.22

13.2K 528 457
                                    

Salem aleykoum, Salut

Bissmilah❤

Hidayaa: Libère moi...

"Palestine vivra, Palestine vaincra"

Hidayaa

Nous étions dans la voiture, le silence nous berçait tendis que j'avais la tête posée contre la vitre.

Il était énervé ça se voyait, mais il essayait de garder son calme en mettant des coups sur l'accélérateur pour aucune raison de temps à autre.

Puis d'un seul coup, il appuie sur l'accélérateur, je m'y attendais clairement pas.
Je m'étais dit qu'il allait ralentir mais plus les secondes passaient plus il accélérait.

J'eu un réflexe, celui de poser ma main sur son avant bras.
Il tourne la tête vers moi en fronçant légèrement les sourcils.

Moi: Doucement s'il te plaît.

Il ralentit un peu ce qui fait que je retire mon bras en me rendant compte de ce que je venais de faire.

Une seule chose me gênait, c'était qu'il continuait à me regarder.

Moi: Regarde la route on va faire un accident.

Issam: C'est pas grave.

Je me tourne vers lui et le regarde bizzarement.

Issam: Je mourrais avec toi.

...
Je reste silencieuse face à sa réplique, je me sentais un petit peu gênée.

Il sourit d'un air amusé avant de se reconcentrer sur la route en prenant soin de ne pas aller trop vite.

Nous étions derrière la voiture d'Anas si vous voulez savoir.

Arrivés à la villa, nous descendons tous, puis on rentre dans la maison en silence.

Pour faire court, ce qu'il venait de se passer avait mis un froid.

Je monte directement dans ma chambre et va dans la salle de bain pour faire une petite douche histoire de me changer les idées.

Une fois sortie de celle-ci je remarque que la nuit commençait à tomber.

Je vais faire ma prière avant de me poser sur mon lit et de m'allonger en fermant les yeux.

Je déteste ces moments de réflexion car je repense ou je pense à certaines choses auxquelles je n'avais pas vraiment envie de penser.

Je souffle puis me lève et sort de ma chambre. Aucun bruit, rien.

Je remarque que la chambre d'Anas était entre ouverte et qu'il faisait noir dans celle-ci, je suppose alors qu'il dormait.

Aymen était toujours chez sa mère il revenait demain.

Je jette un coup d'oeil dans la chambre d'Issam mais elle était vide.
Bon il doit sûrement être en bas.

Je descendis alors les escaliers puis je me retrouve dans le salon. Il était seul, assis devant la télévision, il avait l'air concentré sur ce qu'il visionnait.

𝑯𝒊𝒅𝒂𝒚𝒂𝒂: 𝑳𝒊𝒃𝒆̀𝒓𝒆 𝒎𝒐𝒊Où les histoires vivent. Découvrez maintenant