.12

13.9K 565 235
                                    

Salem aleykoum, salut

Bissmilah❤

Hidayaa: Libère moi...

"Beaucoup de soucis, j'm'aide pas je fume trop de pilon"

Hidayaa

Je ferme les yeux tout en posant ma tête contre le mur, j'avais un mal de tête atrocement horrible j'avais l'impression que ça tournait autour de moi fin, j'étais pas bien du tout quoi.

Issam: Qu'est-ce tu fous là?

J'ouvre les yeux mais pas totalement et je le regarde.
J'arrivais même pas à parler j'avais des remontées.

Issam: Va dormir.

Je ne lui répond pas puis grâce au mur je m'avance peu à peu vers mon lit.

Je repose ma tête contre le mur quelque seconde avant de reprendre ma route.
En mode je vais à l'autre bout du monde mais en fait je vais juste jusqu'à mon lit.

Issam:*En chuchotant* Dix ans plus tard.

Si il crois que je l'ai pas entendue il a tout faux.
Mais je fais quand même genre parceque j'ai vraiment pas la tête à ça.

Je regagne donc mon lit après tant d'effort et je m'allonge en fermant les yeux.

J'avais l'impression d'être dans un trou noir avec rien autour de moi, genre seule au monde.
Je revois le visage de ma mère..qui me ressemblait, je sais pas ce qu'elle est devenue, ce qu'elle est maintenant.
Mon frère aussi...
Je sais que je vous parles beaucoup d'eux et que ça vous saoule peut-être.

Mais moi j'ai besoin d'en parler, d'y penser, ils me manquent beaucoup trop pour que je puisse penser à autre chose.

J'ouvre un œil pour voir si Issam est toujours là et effectivement oui.
Il avait ouvert la fenêtre et il regardait à travers celle-ci.
Un courent d'air frais fit son entrée.

Putain, j'avais certe ma couverture mais il faisait beaucoup trop froid dehors.

C'est vrai que les nuits du mois de décembre ne sont pas chaude hein mais là...

Moi: Issam.

En temps normal il m'aurait sûrement pas entendu mais là c'était hyper calme, même un cafard se s'aurait fait entendre.
Je crois que j'abuse.

Il se tourne vers moi.

Issam: Hum?

Moi: J'ai froid.

Issam: Et alors?

Je souffle.
Il me saoule vraiment lui.

Moi: Rien c'est bon.

Issam: Ok.

Il se tourne encore une fois vers la fenêtre.
Il l'a ferme.
Et heureusement j'ai envie de dire.

Issam: Satisfaite?

Je tourne le regard vers lui mais il ne me regardait pas.
Je referme donc mes yeux puis une dizaine de minutes plus tard je fini par m'endormir.

𝑯𝒊𝒅𝒂𝒚𝒂𝒂: 𝑳𝒊𝒃𝒆̀𝒓𝒆 𝒎𝒐𝒊Où les histoires vivent. Découvrez maintenant