62

32 5 3
                                                  

_ Tu fais quoi ? Me demande Églantine.

_ Je consulte mes mails. J'en ai reçu un d'Ophélie.

_ La fille qui fait des études de math ?

_ Oui.

"Bonjour Lucas,

Un laborantin de l'université a découvert qu'un physicien japonais a développé une théorie identique à la tienne il y a 23 ans. Elle a été invalidée par l'expérience... J'ai mis l'article en pièce jointe.

Michel tient à sa réputation et ne correspondra plus avec toi. De toute façon, il pense que tu le manipules depuis le début :/

Voilà.

Ophélie."

J'ai sentis comme si mon sang s'était arrêté de couler dans mes veines pendant une demi-seconde.

_ Putain...

_ Qu'est-ce qu'il y a ?

Je passe mon téléphone portable à Églantine. Elle lit le message et me regarde inquiète en faisant des zigzags avec sa bouche.

_ J'ai passé les quatre dernières années de ma vie, dis-je en fixant le sol, à élaborer cette putain de théorie alors qu'elle existait déjà... je me sens ridicule...

Églantine s'approche et me caresse l'épaule.

_ Mais ce qui me fait le plus chier, c'est qu'ils pensent que mon travail est un plagiat. Ce n'est pas un plagiat. Je te jure que ce n'est pas un plagiat!

_ Je te crois...

_ Là, je me sens vraiment très con.

_ Tu ne savais pas...

_ J'aurais dû le savoir... C'est une erreur monumentale. C'est une honte ! J'étais obsédé par une idée. Je n'ai pas assez creusé pour savoir si elle n'avait pas déjà été développée. Alors j'ai bossé dessus. Et j'ai fait de la merde... dit-je en soupirant. Je crois que si je ne t'avais pas rencontré, je me serais jeté d'une falaise... Tu n'imagines pas le nombre d'heures que j'ai passé à étudier, à faire des calculs, à tester et re-tester encore et encore. Ç'a été un travail titanesque. De jour comme de nuit. Semaine après semaine. Et tout ça n'a servi à rien! Invalidée par l'expérience... dis-je en pouffant.

_ Ce que tu as fait, c'est extraordinaire, enchaîne Églantine. Un amateur rivalise avec un physicien japonais ! Ce n'est pas rien ! C'est peut-être un loupé, mais ce n'est pas une défaite totale. C'est même plutôt un exploit !

Églantine est un peu déconcertée. Je crois qu'elle ne sait pas trop comment gérer cette situation. Je la comprends.

_ Tu sais quoi ? On va faire un feu !

_ Quoi ?

_ Je vais brûler toutes mes notes. Et je vais mettre en vente mes livres.

_ T'es sûr de vouloir faire ça ? C'est ton passé, ton histoire. C'est une partie de toi.

_ C'est la partie de moi qui a n'a eu de cesse de vouloir échapper à la réalité. Je sais pas... Je veux être un peu plus ancré dans ce monde, et arrêter de le recréer mathématiquement pour qu'il me paraisse plus beau.

_ Je ne suis pas certaine que ce soit une bonne chose. Mais c'est à toi de décider.

_ Ne t'inquiète pas. Mes notes contiennent tout un tas d'âneries dans la majorité d'entre elles. Et beaucoup de mes livres ne sont plus à jour. Je ne perds rien. Je tire juste un trait sur une partie de moi, qui je pense, était de toute façon dans l'erreur depuis le début.

_ Tu es très dur envers toi-même...

_ Non... en fait, j'ai compris ces derniers temps, et un peu grâce à toi, que c'était une forme de fuite. Je ne me retrouve plus dans ce que j'ai fait. C'est peut-être aussi pour ça que cette nouvelle, aussi mauvaise soit-elle, ne m'incommode pas plus que ça.

LucasLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant