40

38 5 0
                                                  

Cela fait quelques jours maintenant que je sors avec Églantine. J'ai eu du mal à la laisser entrer dans mon intimité, mais je m'y suis fait. Il va falloir que je lui dise la vérité. Lui dire que je n'ai jamais couché avec une femme. Je ne me sens pas capable d'assumer cette vérité. J'ai peur qu'elle ne le répète à tout le monde. Je sais que c'est une fille bien et que je devrais avoir un peu plus confiance en elle. Mais quoique j'y fasse, je n'y arrive pas. Je perçois d'autant plus maintenant le manque de courage dont je fais preuve. D'un autre côté, je suis heureux d'être en couple. J'ai une énergie phénoménale, que je ne crois pas avoir ressenti auparavant. Je sens cette énergie se déployer de mon cœur jusqu'aux extrémités de mes membres. Je suis prêt à faire un marathon, le tour de France, ou la Manche à la nage ! Je me réveille le matin sans fatigue et me couche le soir sans envie de dormir. Églantine est dans ma peau et mes sens. Toutes mes pensées ne convergent que vers elle. Je l'aime. Je l'aime éperdument. Plus rien d'autres n'a d'intérêts pour moi. Je le sens. Je suis plus joyeux, plus enjoué. Je parle à tout le monde au travail. C'est un peu dingue, j'ai même envie de tous les embrasser !

Marcher main dans la main dans la rue avec Églantine me fait tout drôle. Je ne suis pas habitué, mais fier. Heureux de parader avec ma petite amie. Lorsque je l'embrasse, j'ai le sentiment que ce n'est pas un comportement « naturel ». C'est difficile à expliquer. Néanmoins, j'apprécie tout ce que nous faisons ensemble. Le moindre instant passé à ses côtés.

Aussi, je me sens un peu plus « animal ». Je m'imprègne de ses odeurs, aussi subtiles soient-elles. Je ne me reconnais pas. Je constate à quel point les odeurs ont de l'importance pour moi.

Elle a remarqué mes nombreux tocs mais s'en amuse. Seul Hugo les avait remarqués avant elle. C'est assez embarrassant lorsqu'elle me dit des trucs du genre « le frigo est bien fermé » ou « ta porte est bien fermée » alors que je ne suis parfois même pas conscient que je tente de fermer quelque chose qui l'est déjà. Cette tare psychologique est complètement stupide!

J'ai éludé de lui parler de mes recherches en physique théorique. Avec tous mes livres de science, elle doit se douter de quelque chose, mais je préfère que cela reste mon jardin secret. C'est une aventure personnelle que je ne souhaite pas partager avec elle pour le moment. J'en ai un peu honte. Et puis, elle n'y comprendrait rien. J'ai peur qu'elle prenne en dérision cette quête de connaissance, alors qu'elle est très sérieuse. C'est cette quête qui m'a maintenu en vie jusque-là.

J'espérais être plus heureux dans ma vie. 

Maintenant, je le suis.

LucasLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant