59

28 5 1
                                                  

J'ai invité Églantine à venir chez moi pour que l'on discute. Je me suis résolu à suivre le conseil d'Hugo. Elle ne devrait pas tarder.

J'entends frapper. J'ouvre. Une décharge électrique circule dans chacun de mes membres. Elle est là, en face de moi, magnifique. Elle porte un bandeau noir autour du cou. Des boucles d'oreille fantaisies. Une mèche rebelle couvre une partie de son regard. On s'observe. Elle a un léger sourire, mais des yeux tristes. Je la trouve tellement belle...

Elle entre et m'enlace spontanément. Je suis statique, bras pendant vers le sol. Elle met ses mains sur mes joues et me fixe.

_ Je t'aime Lucas.

_ Je... je t'aime Églantine.

Des larmes coulent sur son visage. Je l'embrasse pour cacher celles qui me viennent.

_ Pardonne-moi, me dit-elle en sanglot. Je t'aime. Je t'aime très fort, dit-elle en me serrant avec passion.

Sentir la chaleur de son corps contre moi. Son parfum. C'est un enchantement. Je crois qu'il n'y a pas meilleure sensation que celle que procure un gros câlin d'une personne que l'on aime.

_ Tout le monde s'est inquiété pour moi, dit-elle. Je ne suis pas allé au travail pendant trois jours. J'ai fait une dépression.

Elle me fait des bisous partout sur le visage et dans le cou. Puis allonge sa tête contre ma poitrine.

_ Ça n'a pas été simple pour moi non plus, dis-je.

_ Je suis désolée. Je suis vraiment désolée. Je suis désolée de t'avoir fait du mal.

_ Est-ce que c'est de ma faute ?

_ Bien sûr que non. C'est de ma faute à moi. Toi, t'es un ange. Même si tu boudes de temps en temps, pouffe-t-elle.

_ ...

_ On devrait peut-être fermer la porte d'entrée ? S'enquiert Eglantine.

_ Ah... oui ! 

LucasLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant