nodipuC

16 2 0
                                    

Imaginez-moi sous la forme que vous voulez. Je veux bien être un petit garçon grassouillet avec des cornes sur la tête et une haleine de soufre si ça vous fait plaisir. Vous pouvez m'imaginer doté du même arc que mon double bénéfique. Vous devrez courir vite et longtemps pour échapper à mes flèches empoisonnées. Vous croyez vraiment que l'adorable créature, la merveille des merveilles, l'amour de votre vie, celui ou celle qui vous a donné de beaux enfants sera encore là dans dix ans ? Dans cinq ans ? Dans trois ans ? Qu'est-ce qui vous fait croire que votre camarade d'oreiller sera là demain ? Qu'est-ce qui vous dit qu'il rentrera ce soir ?

Vous avez été à Paris en amoureux. Vous avez acheté un cadenas le prix d'une porte à un marchand ambulant. Vous l'avez attaché à un pont. Vous vous êtes embrassés et vous avez jeté la clé dans la Seine. Vous êtes rentré à l'hôtel. Impatients de pratiquer le coïtvous avez commencé par sauter le dessert. Qu'est-ce qui vous rend si sur que votre partenaire de frotte-muqueuses ne s'est pas levé au milieu de la nuit pour une correspondance discrète sur son smartphone ?

Vous voyez les dossiers dans ce bureau ? Choisissez-en un au hasard. N'importe lequel, je m'en fous. « Alexandre et Isabelle ». Isabelle et Alexandre... Ah oui, je me souviens. Excellent choix.

Voici comment j'ai procédé :

Alexandre et Isabelle ont fait connaissance vers la fin de leurs études, aux urgences d'un hôpital universitaire. Un magasin a vendu du guacamole qui rend malade à deux participants de deux soirées d'anniversaire d'étudiants. Les deux soirées ont été malades à des degrés divers. Seuls Alexandre et Isabelle ont été assez malades pour devoir aller aux urgences. Le guacamole infecté, le degré de gravité de maladie, c'est le travail de mon double bénéfique quand il est d'humeur taquine. Quand je visite un musée et que je vois son press-book sur les murs je me dis que je dois changer d'attachée de presse. 

Je vous la fais courte : échange de numéros de téléphone, guérison étonnamment rapide, rendez-vous, deuxième rendez-vous, premier baiser, deuxième baiser, baiser, premier réveil ensemble, habiter ensemble, mariage à Las Vegas, pas d'entants pour le moment.
Alexandre est architecte spécialisé dans les quatre-façades dans le genre de banlieue où on croise des volvo qui emmènent le fiston et ses copains au foot. Isabelle est institutrice maternelle. La première chose qu'elle fait en rentrant du boulot c'est se débarbouiller. Chaque soir dans le miroir, elle voit des traces de bisous au choco ou à la confiture. Un jour elle a même retrouvé quelque chose qui ressemblait à un coeur dessiné sur son mollet au marqueur lavable à l'eau.
Ils vivent dans un appartement agréable situé dans une ville d'environ 500 00 habitants. Le nom de la ville n'a aucune importance. Ils passent de longs moments devant les vitrines d'agence immobilière et chez leur banquier. Dans l'appartement, Alexandre occupe un bureau qui peut se transformer en chambre d'enfant en moins de neuf mois. 

Ils punaisent les faire-part de mariage auxquels ils sont conviés cet été sur le pêle-mêle au-dessus du frigo de la cuisine. La place manque. 

Les jours de pluie, ils regardent le blu-ray de « la situation est grave mais pas désespérée » sous le même plaid. D'autres soir, ils surfent sur leurs ordinateurs portables, côte à côte dans le canapé mou, blanc et suédois. 

Pour ce qui est de leur vie horizontale, Isabelle a récemment visité un magasin spécialisé pour leur donner de nouveaux trucs à essayer.

15 avril 2011

Observons Alexandre et Isabelle un jour au hasard. Est-ce qu'ils ne sont pas mignons au réveil ? Ils se réveillent, nus sous les draps, tournés l'un vers l'autre, presque en même temps.

Alexandre ouvre les yeux. La première chose qu'il voit c'est Isabelle qui se passe la langue sur les dents.

« - Bonjour. On se connait ?

Pulling a BradburyLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant