Reflets et forces occultes (Hétéro)

31.9K 354 24
                                                  

Genre : Hétéro, multipartenariat, fantasy.

Résumé : Quand Romar trouve enfin le miroir magique qu'il a ramené de ses études, Line est surexcitée. Quand, au lieu de créer un simple double de lui-même, il se retrouve en dix versions aux caractères tous différents, elle rigole beaucoup moins. Mais c'est bien toujours lui, non ? C'est bien ce qu'il lui a dit : ces mains, ces sexes, ces lèvres qui s'emparent de son corps, c'est toujours lui ?

NDA : A l'origine, c'était une idée de fanfiction (jamais écrite - sur le fandom Naruto : si vous connaissez, vous reconnaîtrez d'où a pu me venir cette idée). Puis il y a eu l'appel à textes de la Musardine sur des "Histoires de sexe à plusieurs" et ça a été l'occasion parfaite d'exploiter cette idée ! Je me suis juste amusée à piquer des personnages à mon amie Hope Tiefenbrunner : ceux de son roman Malchance et objets magiques (à paraître bientôt, d'ailleurs), même si reconnaissons que je les ai transportés dans un univers très différent. Puis la Musardine ne l'ayant pas retenu (avec de la Fantasy, c'était couru - Harlequin avait essayé de me le piquer, aussi, mais pareil : fantastique + érotique n'est pas dans l'air du temps - ils ne savent pas ce qu'ils perdent xD), je l'ai filé aux éditions Paulette dont une éditrice était venue me voir pour récupérer cette nouvelle, aussi. Cette histoire est donc sortie dans le recueil A travers les miroirs. Ayant récupéré mes droits dessus, depuis, la voici sur le net, de façon inédite et pour la toute première fois !
Oh, et je suis trop contente, parce que je l'adore complètement, cette petite nouvelle, et qu'elle mérite bien ça. ^^

*

REFLETS ET FORCES OCCULTES

*

D'un geste paresseux, Line étendit la main depuis le lit où elle se reposait pour caresser la pierre de Loamsdaün qui trônait sur la table de nuit. En réaction, l'objet fit sortir quelques fines branches qui s'enroulèrent autour de sa main, avant de se rétracter lentement. Line roula sur le dos, amusée, et étira son corps engourdi par les endorphines du sexe, avant de jeter un œil à son compagnon.

– Alors ? Tu le trouves ?

Romar leva les yeux de la malle qu'il était en train de vider, nu de l'autre côté de la pièce, sans perdre son expression concentrée.

– Non...

Il posa par terre une série de rouleaux au papier jauni et saisit un vieux sac de jute dont il examina le contenu.

Line s'étira, rêvassant.

Le logement de Romar était à l'image de son apprentissage : surchargé, plein de livres, de manuscrits, de fioles et d'objets tous plus curieux les uns que les autres. Certains étaient animés d'une vie propre, d'autres immobiles, mais dégageant une forte tension, d'autres encore invisibles aux non-initiés, mais son amant en parlait comme s'ils faisaient partie de leur environnement, ce qui l'amusait plus souvent que la surprenait. Par ennui, Line saisit la pierre de Loamsdaün à pleines mains et hoqueta de surprise quand celle-ci étendit ses branches jusqu'à les entourer autour de son corps et même en glisser une à l'orée de son sexe, caressant les fins poils clairs qui le dissimulaient. Elle se pinça les lèvres, attendant, mais l'intrusion qu'elle appréhendait ne se produisit pas, seules quelques branches restant accrochées à ses bras, sa taille et son cou. Elle contempla l'objet qui reposait au creux de ses paumes, s'interrogeant sur la manière dont Romar et elle pourraient l'utiliser dans leurs rapports sexuels. Ils avaient déjà testé un bon nombre d'artefacts, de techniques et de potions que son compagnon rapportait régulièrement de ses études, mais pas encore celui-ci. Parfois, elle se demandait comment réagiraient ses professeurs s'ils apprenaient l'usage qu'ils en faisaient dans l'intimité... Mal, sans hésitation. Les sanctions auxquelles ils s'exposaient, en particulier, l'interrogeaient. Lorsque la pierre de Loamsdaün fit sortir une nouvelle branche dont l'extrémité se dirigea vers sa bouche, Line ouvrit ses lèvres pour l'accueillir, mais fut prise d'hilarité en la sentant entrer dans sa narine. Mauvais endroit ! Elle la reposa sur la table de nuit, tandis que ses fines branches la relâchaient progressivement.

OMG That's hot !Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant