Expérience vidéoludique (Bi : Hétéro + M/M)

41.2K 438 54

Genre : Bi, soit hétéro + M/M. SF. Trio.

Résumé : Lorsqu'Ixe, joueur ultramédiatisé d'un sport violent de son époque, entre dans une maison close, tout ce dont il a envie est d'oublier un moment ce qui fait son existence.

NDA : Cette nouvelle, je l'avais écrite pourl'appel à textes "sexe en 2050" des éditions la Musardine. J'avais envie d'écrire une scène de sexe mettant en scène le personnage principal du roman S.F. que j'écrivais alors dans une partie à trois, du coup j'ai saisi l'occasion. Le personnage d'Ixe en est donc issu, l'univers également, d'une telle manière que cette scène pourrait être une scène annexe à ce roman. Elle n'a finalement pas été retenue, pas plus que je n'ai mené à bien ce projet de roman (un jour, peut-être ?). Reste donc cette scène, que j'aime toujours beaucoup.

*

EXPÉRIENCE VIDÉOLUDIQUE

*

– Ixe, enregistra l'hôtesse, derrière son écran d'ordinateur suspendu.

Le joueur acquiesça. Il prit appui du coude sur le comptoir d'accueil tandis que la femme pianotait rapidement sur son clavier. À l'extérieur du bâtiment, la lumière du soleil brillait vivement, mais celle intérieure était passée en mode « crépuscule », teintant les murs d'un bleu tirant sur le violet.

– Sous quel mode désirez-vous participer ? poursuivit son interlocutrice.

Pehène lui avait expliqué les différentes options : la payante qui lui permettrait de choisir qui il voulait comme partenaire parmi les employés de l'établissement, et son opposée qui le plaçait, lui, temporairement dans la position du « prestataire de services » — Ixe adorait l'expression — et lui permettait une séance gratuite, mais moyennant le fait qu'il se laisse choisir par un client. Et puis il y avait la troisième : la vidéoludique, qui n'était proposée que très rarement et combinait les deux options précédentes dans la mesure où il pouvait coucher avec des membres de l'établissement, mais à condition que ce soit ceux-ci qui le choisissent, lui et les pratiques associées. Dans ce cas, les clients étaient directement les abonnés à la chaîne, la séance y étant retransmise intégralement. Prostitution ou pornographie, donc.

L'hôtesse effectua quelques calculs rapides sur son écran.

– Étant donné votre notoriété, je vous propose la vidéoludique. Votre côte est d'un pour mille ! Ce qui veut dire que...

Ixe l'écouta distraitement. Il tourna la tête vers la femme qui observait leur conversation, plus loin, le pied posé contre le mur derrière elle. Elle portait une robe fendue sur le côté dont l'ouverture montait jusqu'au-dessus de son aine. Un grand homme, vêtu d'un justaucorps matelassé et d'un pantalon large porté bas sur les hanches, s'arrêta devant elle. Ils échangèrent quelques mots à voix basse avant de tourner leurs visages en même temps vers Ixe.

Le joueur sourit, amusé par l'évidence de leur intérêt.

– Va pour la vidéoludique, alors.

Qui moins que lui avait besoin d'argent ? Cependant, la perspective de faire s'étrangler de colère son entraîneur en s'offrant à son public ainsi lui apparaissait comme merveilleusement divertissante, et n'était-il pas justement là pour cela ? Quant à se faire filmer, il en avait suffisamment l'habitude, avec les courses de discball et ces insupportables caméras volantes qui le poursuivaient jusque dans les vestiaires, après les matchs, dans l'infirmerie, dans les entraînements, les meetings, soit dans quatre-vingt-dix pour cent de son existence. Il avait déjà tant montré de lui, que pouvait bien lui importer d'afficher aussi ses fesses ? L'hôtesse avait raison : en plus de le voir régulièrement se massacrer réciproquement avec les autres joueurs, au sens figuré comme au sens propre, le public adorerait le voir se faire baiser.

OMG That's hot !Where stories live. Discover now