Petite bêtise, grammes résiduels et six pieds dans un lit (Bi : Hétéro + F/F)

29.8K 235 29

Genre : Romance homosexuelle FF + bisexualité.

Résumé : Il est des matins où tout est drôle ou lamentable, ou à pleurer. Remets tes yeux en face des trous et ne regarde pas derrière toi : on vit tous avec nos conneries ! Hé Ho, poulette, tu m'écoutes ? Et arrête de te marrer, va.

NDA : Cette histoire-ci a vécu plusieurs vies : d'abord écrite pour un défi sur le net visant à écrire sur une image imposée, je l'ai ensuite offerte aux éditions Textes Gais pour un recueil dont toutes les recettes sont allées à un organisme de bienfaisance, mais sans perdre mes droits d'auteur dessus : je peux donc la reposter en parallèle sur le net.

*

PETITE BÊTISE, GRAMMES RÉSIDUELS ET SIX PIEDS DANS UN LIT

*

– Allez, chuchote Clémence, le regard pétillant dépassant des draps dans lesquels elle est profondément blottie.

Nathalie plisse les lèvres en une petite moue, hésitante. Le bleu gris de ses prunelles semble aussi pâle que la lumière matinale et leurs visages ne sont qu'à quelques centimètres l'un de l'autre.

– Tu ne veux pas le lui dire toi-même ?

– Pas motivée.

Le ton de Clémence est celui d'une gamine, l'éclat de ses yeux se faisant rieur, comme si ce qu'elles s'apprêtent à faire n'est qu'une bêtise sans importance.

Nathalie se renfonce dans la couette. Lorsqu'elle déglutit, sa gorge sèche lui fait mal. Elle cherche du regard une bouteille d'eau à proximité.

– Je dois avoir encore au moins trois grammes, gémit-elle à voix basse, et je ne suis pas sûre de pouvoir aligner plus de deux neurones pour bredouiller quelque chose d'intelligible.
La fin de sa phrase se finit dans un rire étouffé, que Clémence partage aussitôt, la blancheur de ses dents ressortant au rebord du drap clair.

D'un air coquin, cette dernière jette alors un œil aux jambes masculines qui dépassent de l'autre côté de la petite brunette près d'elle. Puis, elle sort légèrement le nez de la couette, méfiante quant à la température extérieure. L'air est frais ; sa peau est nue ; ses vêtements sont elle ne sait où. Elle a envie de retourner sous la chaleur des draps, mais les balance tout de même de côté en un acte de bravoure, tandis que Nathalie y enfouit plus profondément le bas de son visage, et s'assoit au bord du matelas. L'absence brusque de contact sur sa chair la fait frissonner. Elle resserre les pieds l'un contre l'autre sur l'amas de vêtements qui jonche le sol. Misère... Apercevoir son débardeur sur le dossier de sa chaise de bureau la fait se lever, une grimace se peignant sur ses lèvres quand elle prend conscience de la manière dont son crâne se met à pulser, ainsi que l'état dans lequel est l'appartement. Elle passe les doigts dans ses cheveux emmêlés. Un instant, elle se demande s'il est seulement possible de retrouver quoi que ce soit dans ces tas d'habits, roulés-jetés-propulsés à l'angle de la porte d'une armoire – tiens voici son soutien-gorge. Cette petite victoire lui procure du courage, lui permettant de se couvrir la poitrine, avant d'enfiler son haut. Puis, comme sa culotte lui échappe et que, bien que ça la fasse rire, se promener cul nu ainsi ne lui soit pas habituel, elle se décide pour le caleçon masculin qu'elle voit traîner plus loin, un peu bouffant et avec des carreaux, s'en amusant. S'en attifer lui donne une drôle d'allure, la couture du vêtement lui frôlant curieusement l'entrejambe. Il y a un quelque chose de sexuel, là-dedans, qui ne lui déplaît pas. Elle en expérimente plus nettement la sensation lorsqu'elle fait quelques pas et passe à son poignet l'élastique qu'elle déniche plus loin, en attendant de pouvoir se coiffer.

OMG That's hot !Where stories live. Discover now