Chapitre 24 - Balivernes

675 55 10
                                    

Me servant de jus de citrouille, j'essaie d'éviter le regard de Drago, assis en face de moi à table. Hier, il ne s'est pas contenté d'un seul round, il m'a gardé éveillé quelques heures de plus, jusqu'à ce qu'il n'ait plus de souffle lui-même.

Rien qu'en pensant à ce qu'il m'a fait, je ne peux m'empêcher de rougir ! Je ne savais pas qu'il avait ça en lui ! Il était vraiment passionné, il n'arrêtait pas de me murmurer des choses à l'oreille, de me toucher, de me caresser... C'était tellement intense que je ne me souvenais plus de mon nom une fois qu'il en a eu fini avec moi !

Je jette un coup d'œil vers lui, nos yeux se croisent. Il me lance un regard interrogateur, je secoue discrètement la tête. Il s'est montré très protecteur ce soir, au réveil. Il m'a demandé à plusieurs reprises si j'avais mal quelque part, si j'avais besoin d'aide pour m'habiller ou si je souhaitais prendre une potion pour faire disparaître l'inconfort dans mon corps. Il est très prévenant, je n'ai pas l'habitude. Il a même rejoint la table des Gryffondors pour manger avec nous et garder un œil sur moi, au lieu d'aller avec ses amis Serpentard.

Quelque chose me frôle les pieds, je crache du jus de citrouille. Le sale petit... !

-Tu vas bien mec ? demande Ron, mâchant un peu de nourriture.

-Oui, je tousse. J'ai juste... Laisse tomber.

Je fusille Drago du regard, je le vois sourire derrière son verre. « Tu vas me le payer plus tard », j'articule silencieusement. Il hausse un sourcil pour me provoquer. Petit bâtard sournois...

-Salut les gars, dit Hermione en s'asseyant à côté de moi. Vous avez bien dormi ?

-Oui-oui, j'élude alors que Draco ouvre la bouche. Comment s'est passé le cours ? Les profs t'ont donné plus de devoirs ?

-Evidemment, grogne Ron. Apparemment, ils se fichent que nous ayons nos examens à préparer, ils veulent que nous travaillions dix heures par jour sur leurs fichus devoirs. (Il fait une grimace, contrarié.) Je crois que cette huitième année va signer mon arrêt de mort !

Sa copine lève les yeux au plafond.

-Allez, ne fais pas ta drama queen ! Tout va bien se passer ! (Elle fouille dans son sac et me tend une liasse de parchemins.) Voici mes notes du jour : comme d'habitude, elles sont classées par ordre chronologique et j'ai mis un numéro en bas de chaque page pour que vous ne les mélangiez pas. Encore.

Elle ponctue son dernier mot d'un ton menaçant, je dissimule un sourire. Puis elle se tourne vers Drago et lui tend une enveloppe.

-Voilà pour toi. Je suppose que c'est ta mère.

-Merci, dit-il.

Hermione remplit son assiette pendant qu'il ouvre sa lettre. Il la lit rapidement et se fige.

Qu'est-ce que c'est ? je demande, alarmé.

-Ce sont... (Il déglutit.) Elle me donne de mauvaises nouvelles. Apparemment, les gens qu'elle connaît au ministère ne peuvent pas soutenir mon père. (Il baisse la voix, Hermione, Ron et moi nous penchons au-dessus de la table pour mieux l'entendre). C'est grave, ça veut dire qu'il ne pourra pas revenir. Il devra rester caché pour le reste de sa vie. Quoi que nous fassions, ils continueront à le considérer comme un criminel de guerre et un fugitif. S'il réapparaît, il sera arrêté et envoyé à Azkaban immédiatement.

Pliant la lettre en quatre et la rangeant dans sa robe de sorcier, il se met à ronger l'ongle de son pouce en réfléchissant intensément. Je grimace et dévisage mes meilleurs amis. Ron ne semble pas vraiment ému, mais Hermione est un peu plus impliquée dans la détresse du Serpentard. Je n'apprécie pas vraiment le père de mon colocataire, c'était un sympathisant de Voldemort et il a essayé de me balancer un Avakedevra au visage alors que j'avais à peine douze ans. Cependant, je me sens triste pour Drago. Il a écrit des dizaines et des dizaines de lettres avec sa mère pour convaincre les sorciers du ministère et à présent tout s'écroule.

Drarry : Une vie de serpentOù les histoires vivent. Découvrez maintenant