02. Plutôt mourir

8.8K 310 498
                                    

Gage :

- Je vais te tuer ! Je gueule.

Allongé dans mon lit, ma console a la main, j'essaye de tous les abattre avec rage.

- Prend toi ça ! Je gueule à nouveau.

Je ne joue que très rarement aux jeux vidéo, on ne pourrais pas me considérer comme un geek, loin de là. Quand j'y joue, c'est que je suis énervé et que j'ai besoin de quelque chose de rapide pour me divertir.

Et la, je suis très énervé.

- BORDEL MAIS ÉCARTE TOI ! Je m'emporte contre ma télé. 

Je tremble de rage, et ce n'est pas pour mon jeu.

- Gage.. demande ma mère derrière la porte de ma chambre.

Je la déteste.

- Gage je sais qu-

- Rien, tu ne sais rien, je crache assez fort pour qu'elle puisse l'entendre.

Elle n'a pas le droit de prétendre me connaître en me demandant de faire ça.

- Ouvre la porte, elle me demande.

- Non.

Je la déteste vraiment de plus en plus, et je ne veux pas qu'elle me voit m'énerver contre elle.

Ma mère est la femme que j'aime le plus dans ce monde, et la chose que je ne veux absolument pas commettre est de lui faire de la peine.

Mais aujourd'hui je la déteste.

- Bordel Gage ouvre cette porte tout de suite, elle s'emporte.

- Je n'obéirai à personne, même pas à toi, je crache.

Elle a beau être ma mère, je veux lui faire comprendre qu'elle n'a plus le pouvoir de décider pour moi.

Cela fait deux ans que je suis majeur, et tout ce que je souhaitais était de vivre.

Mais ma mère trouve encore un prétexte pour ne pas me laisser m'envoler seul.

Sans que je ne comprenne, ma porte s'ouvre sur mon père en colère. Le double des clefs de ma porte à la main, il me regarde avec haine.

- Tu obéi quand on te le demande ! Il gronde.

Je me lève de mon lit, éteins ma console et me place devant lui, près à lui cracher ma rage au visage.

- Je n'obéirai jamais à personne, tu as besoin que je le répète une troisième fois ? Je demande plein de rage.

Mon père me regarde de haut, alors ma mère intervient et le résonne.

Ma relation avec lui est fusionnel, mais quand nous nous disputons, ce n'est jamais vraiment délicat.

Comme on le dit souvent, tel père tel fils.

- Tu ira dans ce putain d'appartement, et ce sera avec elle ! Il s'énerve.

- Mais je la haï bordel ! J'explose.

Je ne penses même pas que ce mot soit assez fort pour exprimer ce que je ressens quand je la vois elle et son aura méprisante.

On dîne chaque dimanche avec eux, et en plus de ça je devrais vivre avec elle ?

Plutôt mourir.

Cette fille est tout ce que je déteste, elle se croit plus puissante que les autres et nous regarde de haut.

Pourtant elle n'a rien de plus que les autres.

- Mais la haine ne mène à rien Gage ! Gueule à nouveau mon père.

Je soupire devant ses phrases poétique ou je ne sais quoi.

Peut-être que la haine ne mène à rien, mais je ne peux m'empêcher de la ressentir quand je la vois.

- Je peux très bien me trouver de nouveaux colocataires ! J'argumente.

- Tu sais très bien comment ça c'est passer l'année dernière chéri.. me répond ma mère.

Oui.

Je m'en souviens très bien. C'était une catastrophe sans nom.

J'avais réussi à trouver deux colocataires plutôt sympa sur les réseaux, mais une fois en face d'eux, j'ai vite regretté d'avoir accepté.

Des voleurs.

Je suis tombé sur des putain de voleurs.

Et comme un con sans cervelle je leur ai donner l'adresse de mes parents ainsi que celle de mes grands-parents.

Depuis ma mère s'occupe de tout pour moi. Selon elle, vivre avec mon ennemie la rassurerait.

- Je n'accepterais pas, je crache.

Mon père se redresse et me jauge avec haine.

- Tu vis sous notre toit Gage, et l'argent que tu gagnes tout les mois viens de notre compte en banque, alors si tu refuses je te jette dehors, il tranche.

Je ne peux m'empêcher de montrer mon étonnement. Jamais mon père n'avait été aussi loin.

Je sais que la situation les touche et que c'est la fille de leurs meilleurs amis, mais je trouves sa réaction beaucoup trop excessive.

Ma mère qui avait posé sa main sur sa bouche, essaye de le convaincre de changer d'avis, mais il reste impassible.

- Pourquoi est-ce que c'est si important pour vous bordel ? Je demande avec haine.

Mon père baisse légèrement la tête sans perdre son regard noir, ma mère soupire légèrement.

- Ce sont nos amis, tu sais bien que les frais médicaux leurs prennent tout leurs argent, commence ma mère.

L'argent.

- Et puis Éyana serais plus en sécurité si elle vivait avec toi, fini mon père.

Ils ont tout les deux l'air impacter par la situation, et j'avoue que je ne me sens pas très alaise.

Je m'imagine quelque seconde dans le même endroit que le démon, et j'ai soudain des renvois de vomi.

Ce n'est pas possible, même si mes parents sont triste, je n'y arriverais jamais.

Cette fille est détestable au plus haut point, et ce n'est pas quelque chose qui peut être changer.

Je n'ai jamais réussit à prendre sur moi pour la supporter, et ce n'est pas aujourd'hui que ça va changer.

Reste dans ta galère Éyana Bills, ça ne me concerne pas.

Je prends mon manteau, sors de la maison et marche.

Plutôt mourir, oui.

***********************************************

Hello,

Deuxième chapitre de survivre.

Prenez soin de vous,

Lisa😽

Survivre Où les histoires vivent. Découvrez maintenant