OS // Noël en Lèvres // (Sherene)

41 8 5

Joyeux Noël Isadora-art !
~•~

« Je déteste Noël »

John poussa un soupir lassé en levant les yeux au ciel, sans décrocher vraiment le regard des lignes noircies de son roman, et surtout, sans penser à prendre la peine de répondre au détective. Un feu de bois crépitait dans la cheminée, des guirlandes aux ampoules colorées habillaient et tapissaient murs et meubles, s'égarant sur un minuscule sapin cachant des paquets bien emballés, l'air était doux, on entendait les bourdonnements de lointains chants festifs et la dinde préparée par Mrs Hudson et qui rôtissait tendrement dans le four allégeait l'air d'une fragrance épicée. Il était bientôt 19h, les invités ne tarderaient pas à arriver pour qu'ils puissent tous fêter Noël ensembles, pour la troisième année consécutive, et John entendait déjà leur logeuse s'affairer dans la cuisine avec les verres et le champagne. Sherlock, lui, un masque froid d'impassibilité placardé au visage, observait d'un œil méprisant le dehors enneigé, les trottoirs et les passants emmitouflés riaient en se serrant dans leurs bras, les décorations, les visages, tous les détails, les lumières du London Eye au loin, le verglas qui faisait crisser les pneus, la nuit. Il regardait tout cela, poussait un soupir hautain, et répétait inlassablement son dégoût continu des fêtes pour cacher son impatience. John connaissait bien cette allure droite et ce ces tensions dans sa mâchoire dessinée : il attendait quelque chose, une chose qui n'était certainement pas leurs invités, puisqu'il avait tout fait en vain pour échapper à ce repas, allant jusqu'à menacer d'en faire exploser l'appartement, une chose dont la nature indéterminée avait poussé le médecin à chercher jusqu'à ce que l'ennui le gagne. La mauvaise humeur de Sherlock gagnait du terrain dans l'atmosphère, et agacé, John essayait avant toute chose de continuer à l'ignorer, lui et cette fracassante envie de lui lancer son bouquin à la figure.

« Je déteste Noël »

« J'ai compris, Sherlock. »

Se séparant de la fenêtre devant laquelle il était posté depuis près d'une heure et demie, le détective commença à marcher en rond dans la pièce, tournant comme un lion en cage, les mains jointes dans son dos et le dit dos droit comme un piquet. Son regard bleu glace faisait des aller retours entre la porte et le sol, s'égarant parfois sur John, qu'il fustigeait probablement avec toute sa pensée, avant de revenir inlassablement vers la fenêtre. Sérieusement énervé par son attitude, John finit par taper du point sur l'accoudoir de son fauteuil, faisant tiquer Holmes.

« Veux-tu bien arrêter de faire les cent pas ? Assis-toi, joue du violon, fais quelque chose, je ne sais pas »

Mais tout ce qu'il obtint de lui fut une glaçante indifférence, et un silence toujours aussi désagréable. Lorsque, soudain, Sherlock releva la tête, aux aguets, avant de s'en aller à Pas vifs vers le couloir menant aux chambres, John n'eut pas le temps de lui demander ce qu'il se passait que son colocataire avait disparu et claqué brusquement la porte, le faisant sursauter. Le médecin resta interdit un instant, avant de hausser les épaules et de retourner à sa lecture. Sa tâche lui parut tout de suite bien plus reposante, maintenant que Holmes s'en était allé. Peut être avait-il entendu quelque chose, ou eu une idée subite, mais cela lui était bien égal. Maintenant il pouvait se détendre pleinement.

Lorsque le médecin émergea de sa lecture, en entendant des Pas feutrés en direction du salon, son regard se posa sur la longiligne silhouette du détective qui revenait, et John haussa les sourcils. Il ne savait pas vraiment combien de temps l'homme était resté enfermé dans sa chambre, mais en tout cas cela lui avait permis de finir son chapitre et d'entamer le suivant jusqu'à sa moitié, qu'il dépassait à peine, et compte tenu de sa lenteur de lecture, il s'étonna de ne pas l'avoir vu reparaître plus tôt. Il s'apprêta à lui poser la question, avant d'être interrompu par la sonnette de l'entrée et de Mrs Hudson se précipitant en bas pour ouvrir la porte aux premiers arrivants. John se leva, puis observa Holmes, et garda sa question suspendue à ses lèvres. Les pupilles de Sherlock étaient étrangement dilatées, sa démarche légèrement plus chaloupée que d'ordinaire, mais surtout, surtout, des traces pourpres de lèvres féminines dépassaient des siennes, d'un carmin saturé tellement voyant que s'en était presque comique.
Et John était presque persuadé de savoir à qui ces lèvres appartenaient, d'ailleurs.

Esquissant une moue rieuse, il accusa le rictus réprobateur de son ami et se retourna pour saluer Greg et Molly, qui arrivaient tout juste à l'entrée de leur studio. Lorsqu'il se retourna, Sherlock avait essuyé hâtivement son visage, effaçant plus ou moins le rouge à lèvres, et adressait un semblant de sourire aux arrivants.

« Joyeux Noël »

Et John éclata tout simplement d'un rire tonitruant à en faire gronder le sol.

Et John éclata tout simplement d'un rire tonitruant à en faire gronder le sol

Oops! This image does not follow our content guidelines. To continue publishing, please remove it or upload a different image.
Ꭶherlock Ꭶtory Ᏼook Where stories live. Discover now