Chapitre 2

32 6 0
                                                  

(Attention: chapitre à caractère sexuel)

24 heures avant l'incident chez les St-Clairs

— C'est très simple à vrai dire, Jacob se tourne vers moi, une cigarette derrière l'oreille, tu vas faire ce que tu fais à chaque fois avec tes yeux de biches. Tu vas le charmer, pratiquer cette magie à toi et d'ici la fin du dessert, il aura jeté son dévolu sur toi.

— Et après? Asher demande, clairement pas sûr de ce plan.

— Et après, on fait comme d'habitude. Jacob prend sa cigarette et l'allume avant d'en prendre une bouffée.

— Profil? Je demande.

— Charles Deveraux, 46 ans, CEO de l'entreprise Dever'eau, aucune information à propos de sa femme. Je présume qu'il est divorcé et à réussi à acheter la garde de sa gamine Ella, Jacob me dit.

— Sa gamine?! Je secoue ma tête. On avait dit qu'on allait jamais voler en présence d'enfants, tu le sais très bien Jacob!

— Tu penses vraiment que je suis un débutant? On est un samedi soir, Lucille. Ella sera à son cours de danse avec sa nanny. Elles ne rentrent que vers 21 heures, car elles vont toujours manger des pâtes chez le père de la nanny après l'entraînement.

— Jack, ce n'est pas que je ne te fais pas confiance, mais on n'est pas mieux d'éviter la présence d'un gosse? Asher demande. 

Jacob ferme le dossier et fait comprendre qu'il est hors de question de changer le plan. Je dois bien avouer que faire l'innocente avec mes yeux de biches comme Jacob dit si bien, à toujours fonctionné, mais j'ai toujours charmé des hommes célibataires et sans enfants. Notre victime aujourd'hui est un père, et je dois reconnaître que savoir que son enfant peut rentrer à la maison à tout moment me stresse un peu. C'est pourquoi nous devons tous nous ressaisir, notre plan ne peut déraper, pour notre bien mais aussi pour le bien du gosse. Je vais donc devoir sortir le grand jeux. 

En quittant le salon, Asher me pince les fesses, suivi d'un clin d'oeil. Il sait que je suis sur le point de me changer et de faire part de ma beauté. Asher ne peut jamais me résister, tout comme nos victimes. En espérant que cher Charles tombera sous mon charme. Après tout, tout dépends de mes yeux de biches et mon talent de séductrice. 

***

Assise à côté d'Asher dans sa nouvelle caisse, je retouche mon rouge à lèvres dans le rétroviseur intérieur. Ma longue robe est d'un rouge écarlate qui grâce à une profonde fente révèle ma jambe gauche. Asher dépose sa main sur ma cuisse. 

— On a pas le temps, Asher. Et puis, on doit garder la tête froide, je lui dit, mais ça ne l'empêche pas de faire passer sa main entre mes jambes. Si nous aurions pas été en mission, je l'aurais donné accès, mais ce n'est pas le moment de se faire remarquer avec des gémissements. Asher ne m'écoute pas et fait passer ses doigts sous ma petite culotte. C'est avec difficulté que je referme mon rouge à lèvres. 

— Ash, on.. on peut pas, je lui dit. J'essaye de lui faire comprendre qu'il doit arrêter, même si une tension commence à se former entre mes jambes et que j'ai envie de lui supplier de ne pas arrêter. Un sourire aux lèvres Asher se rapproche et pose un simple baiser dans mon cou, créant une lignée de frissons qui trace chaque parcelle de mes nerfs, me laissant à bout de souffle.

— Mâle à 15 heures, Jacob dit soudainement à travers le talkie-walkie. 

Asher se reprend en main avant de répondre à Jacob, disant que je me mets en route. Il se tourne vers moi, m'embrasse langoureusement avant de m'offrir son plus beau sourire. Oh qu'il est beau. 

— N'oublie pas que tu es à moi, bébé. 

Au loin, je peux apercevoir ma petite victime. Sa mallete en main, il se dirige vers son bar habituel où, chaque samedi, il boit son whisky et espère ramener une jeune femme à la maison. Ce soir, cette jeune femme sera moi. 

***

Une seconde. Une simple petite seconde peut tout changer, pour le meilleur, mais pour le pire aussi. Tout est question de temps. Du temps que nous ne possédons pas. Enfin, surtout du temps que nous pensions posséder, mais qui nous a été volé quand la nanny et la gamine sont entrés. Nous devions agir vite car une seule seconde pouvait gâcher ce que nous avions pu bâtir durant ces deux dernières années. Jacob me lance un regard, il faut rester calme. Mais comment rester calme sachant que la gamine allait sûrement monter pour voir son père que nous avons endormis et ligoté au lit? D'habitude quand quelqu'un vient interrompre nos plans, Asher s'en occupe. Et par là je veux dire qu'Asher fait l'utilisation de ses poings, mais ce soir, il s'agit d'un gosse. Asher, légèrement paniqué me jette mon sac a main au visage, celui qu'il vient tout juste de bourrer d'argent.

— Papa! Carly a dit qu'on devait rentrer parce que- On peut entendre la gamine ouvrir la porte de la chambre à couchée de son père.

— Papa? Ses grands yeux, verts et innocent scrutent mon corps avant qu'une lueur de panique drape son visage d'ange. Jacob et Asher avaient déjà trouvé leur chemin sur le balcon et d'ici quelques secondes, ils seront sûrement déjà dans la voiture.

— Mais tu n'es pas ma maman? La petite gamine me demande. Je pose mon regard sur l'homme que nous venons tout juste de dérober. 

'Je suis divorcé' m'avait-il dit, un mensonge. 

'Cela tombe bien, je ne cherche rien de sérieux en ce moment même' lui avais-je dit, un mensonge.

— Non, je ne suis pas ta maman, ma chérie. Papa fait un grand dodo maintenant. Il faudrait mieux ne pas le réveiller, d'accord? Un sourire se répand sur son visage. Elle me prend par la main pour l'emmener vers sa chambre, celle que Jacob et moi ont fouillé de fond en comble. 

— Est-ce que je vais te revoir? Me demande la gamine. Avant d'éteindre la lumière, je lui dit que si elle pense fort à moi, que je viendrais lui faire un coucou dans ses rêves. 

La nanny qui avait sûrement été informé par notre victime que ce genre de choses pouvaient arriver, m'a fait part de son poignet dans le visage. Cependant, je n'ai pas le temps de riposter. Je dois partir avant qu'elle n'appelle la police, si ce n'est pas déjà fait. Avant de quitter la belle demeure dont on venait tout juste de voler les trésoreries, j'offre un sincère sourire à la nanny stupéfaite, suivi d'un clin d'oeil. 

Mon sac à main sous le bras, je cherche après la belle Camaro à Asher. Une fois dans sa caisse, Jacob se mets à rire. 

— Putain, on as geré! Asher dit en changeant de vitesse, nous permettant d'aller plus vite. Même si l'adrénaline bouillonnait dans mes veines, Jacob et moi savent que le boulot n'était pas fini tant que nous n'étions pas à la maison. Il ne faut pas se réjouir trop vite, tout peut encore arriver. 

Ce n'est que quand la nouvelle caisse à Asher se trouve dans notre garage que je me permets d'applaudir: mission accomplie. Asher me prend sans ses bras et m'embrasse. Jacob, clairement accablé par le stress et les complications, se limite à un clin d'oeil et un 'bien joué'. Content qu'il s'agit de notre dernier coup cette année, Jacob prend soin d'éteindre son téléphone: il n'a plus besoin des alertes au quotidien qui nous permettent de savoir quand nos prochaines victimes quittent leur demeure. 

Enfin, c'est ce qu'il pensait avant qu'il ne reçoive sa dernière alerte: les St-Clairs ne sont pas à la maison pour le weekend. Un dernier coup pour en finir?

--

NOUVEAU CHAPITRE! 

Désolé pour le retard, life got in the way! <3

Lui, malgré toutLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant