1 - Chrysten

11.9K 390 59

       

- 1 -

Fragma - Memory

Boston

Vendredi 20 novembre 2015

07 h 01

Chrysten

— Saluuut Boston ! Comment allez-vous mes chatons ? Ce matin, le soleil est de retour et les oiseaux chantent. Oh, my god ! Du studio j'aperçois un jeune couple qui se roule la plus belle pelle que je n'ai jamais vue de toute ma vie. Ahahahahah ! Et vous ? Comment c'est sous la couette ? Votre amoureux, vous embrasse-t-il avant de quitter le lit ? Allez, on va prendre le premier auditeur de cette belle matinée ensoleillée !

Oh non... Déjà ? ! Ma nuit a été bien courte après cette soirée entre filles. J'ai bu beaucoup trop de tequila et j'ai l'impression d'être passée sous un camion de marchandises. Je lève lentement la tête afin de vérifier l'heure à mon réveil. Putain ! Il est 07 h 01 et Bélina de l'émission Saluuut Boston !, hurle déjà à la radio. Je soulève ma couette et entends le cri rauque de Mac, mon chat, qui s'agrippe tant bien que mal au rebord du lit.

— Désolée, Mac, lancé-je d'une voix ensommeillée tout en m'étirant dans tous les sens.

Je me lève et traverse la pièce tout en me passant les mains dans les cheveux. Mac continue de hurler à la mort, mais je suis bien trop fatiguée pour l'aider. Il finit par s'effondrer sur le sol et me rejoint à la salle de bains attenante à ma chambre.

Mac, c'est mon chaton... Un chartreux blanc comme neige, et des yeux bleus à faire tomber toutes les petites chattes des alentours. Certes, il a déjà cinq ans et ce n'est plus un bébé, mais c'est le mien. Un soir, alors que je descendais mes poubelles, je l'ai trouvé en bas de mon immeuble. Il était là, tout seul et livré à lui-même. Il avait à peine quelques semaines et je l'ai immédiatement adopté. Il est gentil, adorable et très câlin... Le hic, c'est qu'il n'y a que moi qui lui connais ces qualités-là, vu qu'il est plutôt grincheux et sauvage lorsque quelqu'un vient à la maison. Le vétérinaire met cela sur le compte de sa jalousie obsessionnelle. A priori, il ne supporterait pas de me partager avec qui que ce soit. Moi, je trouve ça plutôt touchant, mais mes amies et ma famille voient ce chat d'un très mauvais œil.

Une fois arrivée à la salle de bains, je monte sur ma balance.

— Mais non, suis-je bête ! me réprimandé-je en me tapant le front.

Je redescends et m'assois sur la cuvette des toilettes en me laissant aller. Je perdrai ainsi quelques grammes avant la prise de poids hebdomadaire de la semaine. Une fois plus légère, je remonte sur la balance qui me fait de l'œil. La voilà déjà prête à m'achever ! Au vu de ce que j'ai englouti hier soir, sans parler des boissons alcoolisées, cela ne m'étonnerait même pas.

— Allez ! Sois gentille avec moi, s'il te plaît... s'il te plaît... s'il te plaît..., la supplié-je en joignant les mains devant moi. Quoi ? ! hurlé-je d'effroi.

Pris de panique, Mac feule et se précipite vers la chambre tout en dérapant sur le carrelage de la salle de bains, les poils hérissés. Je passe les mains sur mon visage et lis à nouveau le résultat : 61.3... C'est désespérant ! Tout le monde me dit que je ne suis pas grosse, mais je me sens si mal avec mes cinq kilos en trop. Avec mon mètre soixante-cinq, c'est une bonne moyenne aux dires de mon médecin, mais j'aimerais ressembler à toutes ces filles au bureau. Elles sont grandes et sveltes, toujours habillées à la dernière mode. Leurs cheveux tirés à quatre épingles ou dans un carré parfait, d'autres lissés au fer à repasser. Moi ? Rigolons un peu...

Dix sinon rien !Lisez cette histoire GRATUITEMENT!