Chapitre XXIX

1K 212 174

Alors que je pensais être au bout de mes surprises sur Idan, me voilà assise dans une tribune en bois, coincée entre Thomas et Elyane. Le soleil permanent au-dessus de ma tête me fait mal au crâne, tout comme fixer le carré d'herbe central. On se croirait à un match de football...sauf que c'est la "Cour Martiale d'Idan". Un nom très pompeux pour de simple gradins et un terrain d'herbe boueuse. À mes côtés, ni Elyane, ni Thomas ne parlait. De ce qu'ils m'avaient dit, le crime commis -hypothétiquement- par Aoile est capital et la sanction risque d'être salée. T'Shael est assis près des jurés, un peu plus bas, afin de "défendre son point de vue".

Toute cette procédure me donne envie de vomir. Comment Elyane, Thomas, T'Shael, même Arynn peuvent croire qu'Aoile a commis un crime de sang froid ? Depuis que je la connais, elle n'a fait que nous protéger. À sa manière, certes, mais ce était que de la protection. Je ne sais pas quel grief la famille Flint à contre elle, mais ça n'a aucun rapport avec ce fichu meurtre ! Qui plus est, ils ont refusé que j'aille la voir quand elle a été enfermée et que je prenne sa défense.

— Que font-il ? C'est long, grimace Elyne avec une pointe de dégout dans la voix.

Je ne comprends pas Elyane. Pourquoi cette haine ? Pourquoi vouloir absolument humilier mon amie ?

— Elle sera déclarée innocente. Je le sais, je réponds simplement, le coeur battant.

Mes pensées sont avec Aoile maintenant. Je ne pense si à la main de Thomas sur mon épaule, ni à l'agressivité d'Elyane, ni même au petit groupe d'individu qui s'est infiltré chez Edgar.

— Si tu le dis, crache Elyane.

Je ne réponds rien, me concentrant sur mon entourage. Un procès doit être la chose la plus attractive au monde, car tout Idan y est. Soudain, les gens commencent à bouger en face de nous. Sur la petite tribune en bois, un homme s'y dresse. Sans aucun doute, c'est Edgar. Son regard froid, retransmis par des écrans géants flottant au-dessus de nous, ses cheveux violet foncé formant une sorte de tricorne sur sa tête, il a juste l'air ridicule.

— Mes cher concitoyens, nous sommes ici pour juger un crime commis par notre invité de marque. En effet, la Princesse des Enfers s'est rendue coupable de meurtre. L'accusé ayant avoué son crime, nous nous contenterons de lui accorder une dernière ovation publique avant la sentence capitale, lâche-t-il.

Je me lève aussitôt, le souffle court. Pendant tout son discours, j'attendais le moment où il dirait les mots tant attendu. Mais rien. Derrière lui, quelques rangs plus haut, j'aperçois Arynn qui le fixe avec fureur. J'aimerai tant hurler, pour le voir vieillir et mourir devant mes yeux.

— Je vous l'avais dit, s'exclame fièrement Elyane.

La tension ayant atteint son maximum, je la relâche sous le regard hébété de Thomas et choqué d'Elyane. Cette dernière porte sa main à sa joue qui commence à rougir tandis que mes yeux continuent de la fusiller. Je m'approche d'elle autant que je le peux sans avoir envie de la tuer, afin qu'elle voit, dans mes iris, toute la haine que je lui porte.

— Si vous voulez la tuer, il faudra me passer dessus, je gronde.

Aussitôt, Thomas m'écarte en me prenant les épaules. Je me dégage de cette pression et lève les mains vers le ciel, signifiant que je ne me débattrai pas.

- Elyane, ça suffit ! Maman, je t'en prie, qu'est-ce qui te prend ? Ce n'est pas Aoile ! Elle ne tuerait pas comme ça, juste pour s'amuser ! Enfin maman, tu la connais depuis plus longtemps que nous, jamais tu ne la persecuterai ainsi, s'écrie Thomas.

Je lis sa peine dans son regard et sa détresse me fend le coeur. Lui aussi, tout comme T'Shael, cherche en Elyane la femme que nous nommions mère. Cette dernière ricane et s'éloigne de nous, de seulement quelques pas. Dans l'arène, Aoile est arrivée. Même sortie de prison, salie et fatiguée, elle ne perd pas de sa préstence et de sa majesté. Elle est même plus royale que dans mes souvenirs. Elle lève ses paumes vers le ciel, demandant le silence.

The Last Banshee [Tome I]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !