Chapitre 19 - "Cher futur mari" (1/2)

616 124 356
                                    

Eleanor passa les jours suivants à éviter Clark.

Elle s'arrangea pour uniquement sortir de sa chambre lorsqu'il travaillait, ce qui s'avéra étonnamment facile. Le Grand Alpha passait les trois quarts de son temps dans son bureau, ou dans les quartiers réservés aux affaires politiques. La louve en profitait pour se rendre dans les anciens appartements d'Anya, où elle poursuivait ses fouilles.

Comme les gardes et les domestiques la laissaient s'y rendre sans faire d'histoires, elle supposait que Clark les avait informés de son prétendu "rôle d'enquêtrice". Dès que la fin d'après-midi approchait, la jeune fille regagnait furtivement sa chambre. L'ennui lui tenait compagnie pendant toute la soirée, le palais étant aussi silencieux qu'un mausolée.

L'idée de sortir découvrir la capitale lui effleurait parfois l'esprit, mais une part d'elle redoutait de se balader seule dans les rues. Même si elle se savait tout à fait capable de se défendre, une peur irrationnelle la dévorait : celle de se faire capturer par les soldats de son père. L'alpha du Rubis avait sûrement déjà dû déployer des troupes pour remettre la main sur elle, encouragé par son fils.

Futé comme il l'était, le frère d'Eleanor n'aurait sans doute aucun mal à trouver des pistes. Si l'arrivée au palais d'une mystérieuse jeune fille originaire de la Terre du Rubis remontait à ses oreilles, il enverrait des hommes rôder autour de Bois-Lunaire.

Face à cette situation, il arrivait à la louve d'envisager des idées délirantes... comme celle de s'enfuir sur la Terre des Vampires.

Tout le monde racontait des histoires sordides sur ce royaume de maudits. Certains immortels s'exilaient même sur la Terre des Loups, afin d'échapper à la politique du monarque. Pourtant, Eleanor commençait à se dire que là-bas, elle pourrait au moins être hors de portée de sa famille. Les loups-garous y étaient interdits, or certains pouvaient obtenir des dérogations. Si elle proposait au roi ses services de Chasseuse, ne pourrait-il pas l'accepter sur son territoire ? Elle se porterait volontaire pour tuer tous les ennemis qu'il désirerait, pourrait peut-être même négocier des primes...

Et si pactiser avec une espèce qu'elle détestait était la clé de sa liberté ?

Tu deviens complètement folle, se raisonnait-elle avant de laisser ses pensées fleurir davantage. Le roi des vampires n'avait certainement pas besoin d'elle. Et surtout, elle conserverait toujours un lien de dépendance vis-à-vis du dirigeant.

Tant de chaînes la retenaient qu'elle en venait à se demander si sa vie avait encore un sens...

Pour éviter de trop se lamenter sur son sort, elle se concentrait sur le meurtre d'Anya. Son ancien bureau était une source inépuisable de documents en tout genre. Bien que la plupart soient totalement impersonnels, tous révélaient un fait sur la disparue : son édifiante rigidité d'esprit.

La femme de Clark mettait tant de soin à tout conserver et classer que c'en était presque maladif. À eux seuls, les papiers qu'elle entassait auraient pu alimenter une cheminée pendant plusieurs hivers. Éplucher chaque dossier prenait un temps fou, si bien que malgré ses longues heures de labeur, Eleanor avait encore du pain sur la planche.

— Quelle idée de garder les bons de commande de chaque robe, marmonna-t-elle en déplaçant un carton rempli de petits feuillets.

Elle connaissait désormais par coeur les mensurations d'Anya, combien de mètres de tissu nécessitaient chaque robe, le nombre de boutons qui ornaient certaines tenues...

Il n'y avait pas à dire, cela frisait la folie.

Elle s'intéressa ensuite à un registre, dont la reliure était en cuir rouge. Elle s'apprêtait à l'ouvrir, quand de petits coups résonnèrent contre la porte. Le battant s'ouvrit tout doucement, puis le Grand Alpha esquissa un pas dans la pièce.

Soleil d'Argent [TERMINÉ]Où les histoires vivent. Découvrez maintenant