Chapitre 4 - L'Astral

51 7 6
                                    

/!\ Disclaimer : Ce chapitre contient un passage NFSW. 


Moody jeta un regard vers le ciel embellit par les étoiles, un petit sourire au coin de ses lèvres. C'était enfin le grand jour, celui qu'elle attendait, qu'elle préparait, qu'elle étudiait. La lunienne referma dans son dos la porte de son habitacle de fortune, inspectant la pièce d'un coup d'œil circulaire. Elle tira sa table de chevet au centre de la pièce, où la lune éclairerait à son zénith. La jeune femme approcha un sac près d'elle, en sortant les multiples babioles que Purreru avait pu lui prodiguer : pierre précieuses, encens, bougies blanches, sauge et lavande, réceptacle, athanée et sel pur.

La lunienne, dont les cheveux avaient entièrement blanchi, se dirigea ensuite vers son armoire pour se débarrasser de sa tenue pour l'échanger avec une robe transparente. Le pan de cette dernière se fendait à la perfection à partir de ses hanches rondes. Nue sous son voile, Moody tressa ses cheveux en silence, s'offrant une méditation soudaine. Elle était euphorique et angoissée à la fois. C'était son premier voyage sur l'Astral. Un endroit où seules les âmes répondant à la magie nocturne pouvaient se joindre. Leiftan lui en avait vaguement parlé, et cela avait suscité son intérêt en tant qu'enfant de dieux lunaires.

Prête à franchir cette nouvelle étape après de multiples recherches. Un nouveau sourire, heureux, se peignit sur ses lèvres pulpeuses. Moody s'installa à genoux devant l'autel de fortune, déposant le réceptacle entre les deux bougies qu'elle avait préalablement allumées. La lunienne embrasa ses encens de sauge et de lavande puis mis de la sélénite et de l'améthyste dans le fond de son réceptacle. La jeune femme se saisit d'une de ses mèches blanches pour la couper sèchement avec l'athamé. Tant pis pour la frange droite, pensa-t-elle. Moody lâcha les mèches dans le bol et apposa la lame de son petit couteau dans le creux de sa paume. Sèchement, elle trancha sa chair dans un grondement sourd, le souffle lourd. Ses pupilles observèrent les gouttes de sang tomber et tâcher son poignet laiteux.

« Ad tuam gloriam, Luna Mater.Utinam hac nocte te ad Hunte coniungam. Animam meam suscipe in Astra.* » murmura-t-elle, le regard levé vers l'astre nocturne.

*A ta gloire, Ô toi Mère Lune. Puisse me joindre à vos côtés ce soir pour la Chasse. Puissiez-vous accepter mon âme sur l'Astral.

Moody posa sa lame avant de lécher sa plaie et se reculer au centre de la pièce avec le sel pur. Elle plongea sa main blessée dans le sac, grimaçant légèrement. Autour de son corps, elle dessina un pentagone, ajoutant à chaque pointe un signe pour ouvrir les portes de l'Astral. Face à l'autel, le signe de Lune, derrière elle celui de la Terre, à sa gauche l'Astral, à sa droite celui de l'Être. Moody compléta les cinq branches avec un dernier élément : un Zodiaque. Satisfaite de son travail, elle s'empara d'une pierre de lune qu'elle déposa sur son front après s'être allongée au centre de son cercle. La lumière de la lune pourléchait chaque parcelle de sa peau, la faisant frémir. Elle croisa ses mains sur son ventre et lentement se laissa bercer par sa respiration. Moody entrait en méditation silencieuse, laissant le fil de ses pensées l'emporter sur sa raison. Son corps se fit plus lourd, plongé entre le sommeil paradoxal et profond. Les yeux clos, elle entrouvrit ses lèvres pour expirer un dernier soupir. C'était l'heure.

Une lumière éblouissante se créa derrière ses paupières. Son âme était inlassablement attirée par cette aura qui l'appelait. Moody se laissa faire, s'extirpant de son enveloppe corporelle. Elle n'était plus qu'un amas translucide, brumeux, flottant au-dessus d'un corps presque cadavérique. La lunienne cilla. Elle avait réussi à quitter sa prison de chair, volant entre les deux dimensions. Son corps s'était mis en veille sur le plan eldaryen. Un sanglot s'échappa de ses lèvres, des larmes blanches roulèrent sur ses joues. L'Astral vibrait dans son dos. Elle avait réussi. Sa main se posa contre ses lèvres tremblantes en observant une dernière fois sa prison vivante et se détourna vers le nouveau lieu cosmique.

La Face Cachée de la LuneOù les histoires vivent. Découvrez maintenant