Chapitre 33 : Lui, il l'aurait fait (partie 2)

419 64 61
                                    

🌪🌿💦🔥

Pendant qu'Aven attend les documents réclamés par Malcombe, Loan arpente les couloirs de la tour du gouvernement. Au sommet se trouve le bureau du président de la Ligue. Le lieu est incroyablement calme. Il n'y a pas âme qui vive dans les couloirs en ce milieu d'après-midi. Loan ferme les yeux le temps de quelques pas, appréciant le silence. Même le bruit du vent qui hurle à l'extérieur ne franchit pas les vitres épaisses. Il a soudain l'impression d'être une bulle, privé de l'ouïe. Il n'a pas recroisé Erine et tant mieux, sinon, elle lui aurait sûrement hurlé dessus au point de lui en faire perdre ce sens.
Loan descend un escalier bordé par des statues de quelques illustres personnages et arrive devant un mur gravé de centaines de noms. En haut, l'inscription « Morts au service de la Ligue » informe les visiteurs de l'emploi de ce mur. Loan ne lit pas tous les noms, mais ses iris s'accrochent immédiatement au sien. Harmin. Ces lettres en capitale, gravées à l'or fin, devant lesquelles il a tant pleurer. Qu'est-ce qu'il aurait fait, lui ? Loan sourit sans cesser de fixer ce nom. Il serait déjà dans un vaisseau, pardi. C'est pour suivre ses pas que Loan a tant travaillé, pour honorer son nom, honorer celui qui a donné sa vie pour les autres.
Les mots d'Erine ne le quittent pas, même les quelques instants où il a réussi à s'assoupir, il y a pensé. Comment prétendre secourir ceux à l'autre bout de l'univers s'il ne peut déjà pas aider ceux qui sont proches ?
Le Contrôleur lève la main, ses doigts tracent les contours du nom, lettre par lettre, comme s'il attendait d'y voir un signe.
Loan lève les yeux au plafond, deux étages plus haut, se tient le bureau d'Alexan Harmin. Cet homme qui ne renoncerait jamais au confort de la tour du gouvernement pour donner sa vie pour la Ligue. Celui à qui Loan ne veut jamais ressembler.
Reprenant l'escalier, il file jusqu'au deuxième étage. Deux vastes bureaux se le partagent. Loan se souvient de la première fois où il est venu ici. Le même jour où il est demeuré prostré des heures au rez-de-chaussé devant ce mur où son nom est gravé. Il a espéré le voir s'effacer, mais dix-huit ans plus tard, il est encore là, bien ancré. Alexan était venu au bout d'un moment, l'avait soulevé du sol et serré dans ses bras :
— Viens, bonhomme, viens avec papa, avait-il dit.
Épuisé, l'enfant s'était laissé porter.
Loan s'avance vers le bureau de droite. La porte à double battants est entrouverte et il peut entendre le froissement du papier. À l'époque, alors qu'Alexan n'était que le secrétaire du premier ministre d'Orfey, aujourd'hui, c'est lui le ministre. Il lui avait fait le tour du bureau, lui avait présenté quelques têtes importantes qui lui avaient vanté les qualités professionnelles de son papa. Il n'y comprenait rien à l'époque et pourtant, la plupart de leurs paroles s'étaient imprimées dans son esprit. À chaque fois qu'il y repense, ça lui tire un rictus. Oui, Alexan possède d'innombrables qualités, mais pas des qualités qui, aux yeux de Loan, peuvent faire de lui une personne exceptionnelle. 
Il s'avance devant l'imposante porte. Des dessins qui représentent les fonctions de l'occupant du bureau sont gravés dans le métal bleuté. Par l'embrasure, Loan le voit. Alexan est avachi dans son fauteuil, plongé dans la lecture d'un document papier. Il saisit une nouvelle feuille. Voilà deux mois, si ce n'est plus, qu'il ne l'a pas vu, mais il est égal à lui-même. Même seul dans son bureau, là où il n'y a personne à impressionner, il garde son air méprisant. Son visage plutôt pâle et creux accentue son expression amère. Quelle sale mine. Définitivement, Loan n'aspire pas à ça.
Sans trop savoir pourquoi, il pousse le battement de la porte ce qui attire immédiatement l'attention d'Alexan. Il lève le nez de ses paperasses et le dévisage en arquant un sourcil. Les billes noires qui servent d'yeux au ministre détaillent la tenue du jeune Contrôleur de bas en haut.
— Sympa l'uniforme, commente-t-il avec dédain.
Loan ne peut contenir un rictus fier et méprisant. Cet uniforme, Alexan ne l'a jamais porté. Pas plus qu'il n'arborera les médailles qu'il compte obtenir dans sa carrière, à commencer par celle d'avoir su aider les jeunes Contrôleurs.
Loan ne trouve rien de mieux que d'hocher la tête. Nonchalamment, il fait demi-tour et repousse la porte d'un léger coup de pied. Sans trop savoir pourquoi, il jubile. Un sourire s'étire même d'un bout à l'autre de son visage. Qu'elle satisfaction que d'être venu parader dans son bel uniforme.
Il retrouve Aven dans le hall. Son meilleur ami porte une sacoche contenant les dossiers demandés par Malcombe.
— Je peux savoir ce qui te met soudain de si bonne humeur ?
— On va le faire ! répond Loan.
— Faire quoi ?
— Aider les petits. On va aller sur Tehren.

💦🔥🌿🌪

Hmmmm, alors alors cette seconde partie ? Je sens pointer des théories farfelues 😅 qu'est ce qui peut bien décider Loan ?

En tout cas, j'espère que vous prenez toujours du plaisir à suivre cette réécriture 😘

Le Cristal Pur ~ Tome 1 ~ TERMINÉOù les histoires vivent. Découvrez maintenant