Chapitre 18 : La tempête de neige (partie 2)

585 85 185
                                    

🌿🌪🔥💧

Le vent fouette le visage de la jeune femme, transformant chacune de ses larmes en petits cristaux. Lorsqu'ils sont en position, les élèves et le personnel de l'école commencent leur lente traversée vers l'internat. Avec les trois-cents autres personnes, Erine forme un chemin de deux mètres de largeur dans lequel ils doivent empêcher le vent d'entrer.Fonctionnant en binôme, Erine doit retenir le vent et sa co-équipière, une fille qu'elle ne connait même pas, se charge de tenir l'eau et la neige à distance. Les bras devant le visage et les paumes de main tournées vers l'extérieur, elle essaye tant bien que mal de les protéger, elle et les autres, de cette tempête. À cet instant, elle se sent très seule. Elle combat seule. Pas comme la veille, dans l'arène, où les pouvoirs de Loan se mêlaient aux siens, leur permettant ainsi d'être forts et invincibles. Cette fois, Loan est loin devant elle, occupé à gérer ses propres rafales.

La dernière personne passe derrière Erine. Elle va bientôt pouvoir se diriger, elle aussi, vers le refuge qu'est l'internat. Tout doucement, la chaîne se met en mouvement. Sans briser le mur qui les protège du vent, les élèves et leurs professeurs avancent progressivement vers la porte de l'internat. Les élèves faiblissent et parfois Erine sent de fortes rafales s'engouffrer dans les rangs. C'est à peine s'ils tiennent debout. Erine essaye de rester concentrée. Elle promène son esprit dans des souvenirs et pensées heureuses, faisant en sorte que ses mouvements et ses pas deviennent automatiques et moins pénibles. Elle comprend que Loan a franchi la porte de l'internat lorsque le poids du vent devient soudain moins lourd. La marche se faisant plus facile, elle ne porte plus attention aux autres personnes autour d'elle. Puis, un cri la sortit de ses rêveries, elle sent le câble les liant les uns aux autres la tirer hors du rang. D'autres hurlements se font entendre et elle aperçoit ses camarades se faire emporter dans les rafales.

Quelqu'un a lâché et brisé leur lien protecteur. Comme ils sont tous attachés à la même corde, plusieurs d'entre eux, proches du coupable, sont emportés pendant que les autres tentent de garder leurs pieds ancrés dans le sol.

Très rapidement, Erine ne voit plus rien et n'entend plus que le hurlement assourdissant du vent. Violemment baladée dans la tempête, elle se heurte plusieurs fois à ses camarades. Ils essayent de s'attraper, de se tenir du mieux qu'ils peuvent. L'espace d'un instant, elle a l'impression de voler et cesse de lutter. Non loin d'elle, un étudiant a formé comme une sphère autour de lui et le vent, malgré qu'il le balade sans ménagement, ne semble plus l'atteindre directement. Erine entend ici et là des hurlements. Rare sont ceux n'ayant pas cédé à la panique alors qu'ils ont quitté le sol.

Le froid gèle ses lèvres et s'engouffre dans sa gorge, elle avale des flocons qui lui glacent l'estomac. Battant des bras comme un oisillon en train de tomber du nid, Erine râle. Elle crache dans l'espoir de faire ressortir tout ce froid qui la paralyse de l'intérieur. Incapable d'utiliser ses pouvoirs, de focaliser ton esprit sur les éléments, elle est condamnée à attendre que quelqu'un lui vienne en aide. Elle espère que ce garçon qu'elle voit créer un bâton de glace pour le planter dans le sol et lui permettre de s'immobiliser, va être capable de l'attraper au vol et la stabiliser. Elle tend les bras pour tenter de s'agripper à cette canne de fortune, mais quelqu'un la percute. La personne enroule ses bras autour d'elle et amortit l'impact lorsqu'ils s'écrasent dans la poudreuse. Malgré le voil blanc devant ses yeux, elle reconnait son demi-frère. Malgré leur situation précaire, elle en arrive à se demander comment ce garçon qui la hait a pu accepter de lui servir de coussin ?

Une fois sur le sol, le fait d'avoir un appuie l'aide à reprendre possession de ses moyens. Elric l'aide à se remettre sur ses jambes et la tire par le bras. À chaque pas, elle s'enfonce jusqu'aux genoux dans la poudreuse. La substance froide et blanche s'infiltre dans ses bottes, transperce le tissu de son uniforme. Ses yeux n'arrivent plus à pleurer tant le blizzard a collé ses cils et congelé sa rétine. La pression de la main d'Elric sur son bras et la seule chose qui lui rappelle qu'elle n'est pas seule dans cette galère. Le câble qui les relie aux autres est complètement distendu et donne à Erine l'impression qu'il a été sectionné. Pourtant, elle discerne encore ses camarades, des masses noires qui voltigent ou rampent dans la neige.

Le Cristal Pur ~ Tome 1 ~ TERMINÉOù les histoires vivent. Découvrez maintenant