Chapitre 11 : Nouvelles mesures

708 96 130
                                    

💧🔥🌪🌿


Loan ouvre les yeux, haletant. Un stress comprime sa poitrine. Il s'attend à ce que la tension redescende maintenant qu'il est réveillé du cauchemar dont il n'a pas de souvenir, il n'en est rien. Conscient, l'oppression, l'angoisse et la peur se font de plus en plus pressantes. La seule source de lumière dans sa chambre est la lueur qui filtre par dessous la porte. Il discerne sans mal les formes d'Aven et Tilho, ses colocataires, tous deux immobiles et profondément endormis dans leur lit.

Loan se frotte les yeux, il fouille sa mémoire à la recherche des images que son inconscient a pu projeter dans son sommeil. Il a beau visionner les pires souvenirs qu'il a, rien ne semble s'être joué récemment dans son esprit endormi. Les secondes s'égrainent et l'anxiété ne diminue pas. Un cœur tambourine, mais quand il pose la main sur le sien, ses battements sont réguliers. Réveillé, plus lucide, Loan comprend que ces sensations lui parviennent de l'extérieur, cet état n'est pas dû à quelque chose qu'il a vécu. Mais réalisant cela, c'est belle et bien sa propre peur qui s'empare de son esprit. Précipitamment, Loan se lève, envoie valser ses couvertures, saute sur la porte de la chambre. La lumière dans le couloir se répand dans la chambre.

— Oh ! Qu'est-ce qui se passe ? entend-il Aven l'interpeller.

Mais il ne prend pas le temps de lui répondre et s'élance en courant. Il perçoit rapidement des bruits de pas dans son dos et comprend que ses deux camarades sont partis à sa suite. Il dévale quatre à quatre les marches de l'escalier et arrive rapidement dans le hall. La porte de l'internat est grande ouverte. Un petit groupe, dehors, se tient devant et au milieu, il aperçoit vite Erine. Immédiatement, il ralentit, soulagé de la voir sur ses deux jambes. Se pinçant l'arrête du nez, il souffle pour faire ralentir son rythme cardiaque. Erine tourne la tête et semble le remarquer. Quand ses iris croisent celles de son amie, il y lit toute sa détresse. Il ne se demande pas plus d'une seconde ce qui a bien pu se passer. Il s'approche et voyant Miolaine et Déanna debouts, puis l'ambulance, il comprend.

Les yeux mouillés de larmes, Erine se rue tout contre lui. Elle n'éclate pas en sanglots, mais il la sent trembloter et renifler. Il referme ses bras autour de son amie, enserre ses épaules et caresse doucement ses cheveux. Il regarde les secouristes finir de remballer leur matériel dans le véhicule. Ils saluent les quelques personnes et claquent la porte. Cette dernière se referme sur Anaiel dont Loan ne devinait que les cheveux blonds. Le véhicule démarre et Loan sent les ongles d'Erine se crisper sur son t-shirt. Déanna et Miolaine viennent s'accrocher à cette étreinteet le voilà cerclé de trois jeunes femmes en pyjama, tremblantes de peur et de froid.

— On la reverra, hein ? murmure Erine.

Loan observe le véhicule, silencieux, jusqu'à ce que celui-ci franchisse les grilles de l'école et ne soit plus qu'un petit point lumineux. Il hoche la tête et dépose un baiser sur le front de son ami, incapable de lui affirmer qu'elle la reverra. Normalement, oui. Jusqu'ici, seul un mort est à déclarer parmi les élèves. Deux dans les rangs militaires de la Ligue, mais ça, il se garde bien de le lui dire.

Il voit Aven attirer Miolaine et Déanna à lui, puis les pousse vers l'intérieur de l'internat :

— Rentrons.

— Je vous laisse vous occuper d'elles ? s'enquiert l'infirmière auprès des trois garçons.

Loan et ses deux meilleurs amis hochent la tête. La nurse adresse un sourire compatissant aux trois jeunes femmes dont les larmes coulent désormais à flot et file en direction de son infirmerie. Il sait que le personnel médical de l'école est très sollicité ces derniers temps : les nuits d'ordinaire calmes sont désormais rythmées par les dégâts du dérèglement des pouvoirs.

Le Cristal Pur ~ Tome 1 ~ TERMINÉOù les histoires vivent. Découvrez maintenant