Chapitre 1: Loups

115 12 14
                                    

Elle courait.

Il faisait froid cette nuit. Particulièrement froid. Il pleuvait aussi. D'une pluie glaciale. Engourdies, ses jambes battaient le rythme de son cœur sur la neige fine, malgré ses vêtements humides et lourds qui la ralentissaient. Le tonnerre, au loin, gronda son envie d'en découdre.

Elle courait.

Son regard fuyait entre les branches vicieuses de la forêt qu'elle évitait, et ses poursuivants, derrière les troncs noircis par la nuit. Ses longs cheveux lui collaient au visage. Elle serra dans ses bras la besace en cuir portée en bandoulière, comme si celle-ci contenait des choses plus précieuses qu'un couteau et du pain. C'est tout ce qu'elle avait sauvé de son camp de fortune avant que les loups ne la prennent en chasse.

Elle courait.

Elle qui n'aimait pas courir. Mais il le fallait. Si elle ralentissait, s'en était fini d'elle. Les draineurs la brûleront, et utiliseront son corps pour leur pouvoir. Elle regrettait sa chaude pèlerine laissée à même le sol. Son corps était meurtri par la différence de température extérieure et la chaleur bouillonnante de ses muscles tétanisés. Les pas se faisaient de plus en plus difficiles. Son souffle court, sa course chancelante et douloureuse.

Elle ne devait pas s'arrêter. Elle ne le devait pas. Son cœur était sur le point d'exploser.

Toutes ces fois au village où elle avait refusé de jouer avec les autres enfants. Courir dans les champs, s'attraper, se toucher et revenir le plus vite possible. Elle les avait regardé de loin, se disant que courir était une chose futile. Elle n'était plus une enfant. Elle préférait lire ou aider ses parents dans les plantations de choux.

Aujourd'hui elle regrettait ne pas avoir couru toutes ces heures.

Elle louvoyait entre les troncs d'arbres gigantesques, les taillis impénétrables, les ronciers agressifs. Se courbait sans cesse pour éviter des branches basses, bondir par-dessus des souches ou des racines instables.

Un éclair illumina la scène. Tournant la tête encore une fois, elle aperçut cinq silhouettes glissant sur le sol. Ces loups ne se souciaient guère des obstacles. La forêt s'ouvrait sur leur passage.

Une branche lui percuta le bras et la déséquilibra. Elle se retint à un tronc couvert de mousse épaisse. Mais une racine saisit son pied droit, et son visage percuta le sol glacé.

Résonnant dans toute la forêt, son cri répétait le déchirement du tonnerre comme un écho. Son sac s'ouvrit laissant rouler le morceau de pain. Il gisait à quelques pouces du tronc d'un arbre pluricentenaire. Un léger craquement de la racine témoignait de l'emprisonnement de sa cheville. Toutes les contorsions du monde n'y firent rien. Il ne restait qu'une solution. Elle se pencha pour saisir le couteau dans sa gibecière. A chaque coup, sa jambe lui faisait mal. La racine se vengeait-elle en la serrant plus fort?

Ses yeux se révulsèrent à l'idée de mourir ainsi, dévorer par les loups. Elle espérait presque être sauvée par les draineurs...avant d'être brûlée vive. Son souffle était court, coupé et brusque. Les larmes montèrent à ses yeux. Ses doigts ankylosés et tremblants tiraient convulsivement sur ses braies, espérant libérer son pied violacé.

Le vent humide et froid fouettait son visage rougi par l'effort et glacée par la peur. Elle ferma les yeux. Elle voulait se retrouver dans sa chambre. Dans la maison de ses parents. Au chaud, en sécurité et aimée. Au lieu de cela, un lit de mousse l'accueillait dans les racines d'un arbre imposant.

Non loin de là, un bel oiseau multicolore battait des ailes pour faire demi-tour. Rebroussant chemin, il se dirigea vers les loups et les dépassa pour aller vers l'ombre plus massive qui leur emboîtait le pas au trot. D'un vif mouvement, il contourna l'encolure de l'animal. Il voleta quelque temps devant la jument avant de se faire inviter sur le bras du cavalier. Posé sur un long brassard de cuir engloutissant l'avant-bras du chasseur, l'oiseau guidait l'ombre encapuchonnée.

Les Chroniques de Dégué - Premier Corps - CuirOù les histoires vivent. Découvrez maintenant