Partie | 1 |

580 34 14
                                    

Bonne lecture 💌

POINT DE VUE DE JENNA

Ils s'engagent pour survivre, la guerre, le désordre, les coups d'états, les gains...et le chaos...c'est à ça qu'aspirent les assassins...les mercenaires.

Et c'est tout ce que je devrais retenir, mais à nouveau j'ai cette volonté de creuser, encore et encore. Comme ci je n'étais pas entièrement convaincue par ce à quoi aspire Jad, le mari de ma cousine, et plus encore avec ses "acolytes".

Je crois que ma conscience un peu trop bornée n'arrive pas à se les imaginer alors que je les ai vus à l'œuvre. C'est ça mon problème après tout, et je suppose que c'est pour ça que mes études en criminologie sont faites pour moi. Une part de moi n'a jamais été convaincue par tout ce côté "cruelle" des conflits, du caractère des déviants et de leur contrôle criminel.

Rien que quand j'étais petite, j'ai dû débattre un bon nombre de fois avec mon grand père Farès sur la potentielle existence des espions, bien évidemment, mes parents ont dû nous arrêter dans nos débats parce qu'à plusieurs reprises il était prêt à rencontrer un vrai espion.

Et pourtant, une part de moi est convaincue que tout ça existe, et ça m'échappe à m'en fasciner presque. Parce que c'est le terme, je suis fasciné par l'étude de ce genre de comportement.

Jad, Brayan, Chayan, et Chris sont des assassins, mercenaires, tireurs et snipers d'élites.

Mon dieu.

Yusuf : Jenna ? Ça va tu sembles ailleurs ?

Je cligne plusieurs fois des yeux et ancre mon regard dans les yeux de Yusuf qui m'observait inquiet. L'instant d'après, ma petite bulle de réflexion éclate et j'entends  à nouveau les assiettes qui tintent et le brouhaha des gens autour de nous dans ce restaurant.

Moi : Désolée, je pensais à un truc, tu disais quelque chose ?

Avant qu'il ne pose plus de question que ça je m'empare de la carte des menues et la fais défiler sous mes yeux.

Yusuf : T'es ailleurs mon coeur.

Moi : Ça va...

Yusuf : C'est encore à propos de ta cousine ?

Je pince mes lèvres pour ne pas m'engager dans ce sujet là, Yusuf sait que le mariage d'Asiyah est compliqué, mais je n'ai jamais pris la peine de tout lui expliquer en détail, ce qui inclut Jad et les autres.

Moi : Je m'inquiète...mais ça va.

Pour le rassurer je dépose ma main sur la sienne, ce qui marche, un petit sourire se dessine sur ses lèvres avant qu'il ne soulève ma main pour y déposer un baiser.

Yusuf : Je sais que t'as tendance à t'impliquer à fond dans les affaires d'Asiyah, mais n'oublie pas de préserver ta santé mentale avant tout. Je voudrais avoir toute la tête de ma petite femme quand j'aurais l'honneur de l'entendre dire oui le jour de notre mariage.

Sa remarque me fait rire et je me penche en avant pour l'embrasser, il pose sa main sur ma joue et intensifie notre baiser mais je l'arrête.

Yusuf : T'étais pas obligé de t'arrêter tu sais ?

Je passe une main dans mes cheveux.

Moi : J'ai faim.

Yusuf : Moi aussi d'un coup.

J'ignore volontairement son sous-entendu et me racle la gorge avant de me concentrer à nouveau sur la carte des menues.

Moi : Je te conseillerai le plat du jour du coup, il a l'air pas mal.

 HURRICANE Où les histoires vivent. Découvrez maintenant