Chapitre 44 : Ce n'est que le début

251 25 5
                                    


💦🔥🌪🌿

En état de choc, Erine ne sait trop comment elle rejoint le Double EE, stationné sur le flanc de la montagne. Elle repousse les bras qui l'enlacent et fait quelques pas à travers les vaisseaux. Quelqu'un veut la suivre, mais elle repousse la personne à l'aide d'une rafale de vent dont elle ignore comment elle a trouvé la force de la projeter. Hagarde, elle avance dans les couloirs peu fréquentés de l'appareil, jusqu'à se laisser tomber devant un hublot. Là, elle voit Tehren s'éloigner. Cette planète où elle vient de laisser Loan et le dernier souvenir qu'elle aura de lui.

Erine appuie sa tête contre la vitre. Elle a mal partout. Tout son être se déchire sous la peine physique et morale qu'elle ressent. Ses genoux, ses mains, mais surtout, son coeur, sont en sang. L'être qui lui est le plus cher vient de lui être arraché. Erine cède à nouveau aux larmes. Ignorant la douleur, elle frappe contre la vitre. Sonnée et meurtrie, la seule chose qu'elle arrive à faire, c'est penser. Penser à Loan. Libérant un gémissement de désespoir, Erine se plie en deux, cogne le mur, crie. Ses larmes l'étouffent et elle peine à reprendre son souffle.

Elle se repasse en boucle les dernières images qu'elle a de son ami, leur course effrénée dans la montagne, sa voix pressante lui ordonnant de courir, les vaisseaux au-dessus d'eux et puis ce sifflement avant le néant. Il était tout proche d'elle, Erine en est persuadée. Pourquoi elle a été catapultée à des mètres de l'impact du missile alors que lui s'est retrouvé dans son sillage ?

Quand Erine ses prunelles noyées de larmes vers l'extérieur, Tehren n'est plus qu'un point à l'horizon. Dans un état second, elle ne se souvient pas de ce qui a suivi le départ de l'homme masqué. Elle en vient même à se demander si elle ne l'a pas imaginé. Ses pensées vont vers Mikai, cette jeune autochtone qui les a aidé à trouver des éclats de Kryvit. Est-elle sortie de la montagne, lui est-on venu en aide ? Erine fouille dans sa mémoire, ses yeux ont peut-être vu son visage parmi tous ceux qui se tenait à proximité du Double EE lorsqu'elle l'a rejoint. Ses oreilles ont bien capté la voix de Miolaine et le ton affolé de Sehan lorsqu'il a demandé où était son grand frère. Ne supportant pas d'entendre ses gémissements, rendant la situation un peu plus réelle, Erine a fait taire ses sens. Seule la douleur persiste et Erine doit accepter l'évidence qu'elle s'en ira probablement jamais.

Dans le silence de l'espace, Erine entend des bruits de pas. Elle zieute dans leur direction, une silhouette au contours vagues se fait de plus en plus grosse. Les yeux embués, elle doit attendre qu'Aven s'accroupisse devant elle pour l'identifier.

— Erine, fait-il avec beaucoup de douceur, il faut qu'on soigne tes blessures, viens.

Elle ne lui répond pas et se remet à fixer le vaste espace. Mais, Aven ne l'abandonne pas à sa léthargie. Il la saisit par la taille et la soulève délicatement. À bout de force, Erine se laisse entraîner vers l'infirmerie.

La lumière blanche des énormes néons au plafond l'éblouit fortement. Erine se frotte les yeux, s'obligeant à reprendre un peu conscience. Aven l'assoit sur une table d'auscultation, elle en tapote mollement le matelas recouvert d'une couverture de papier.

Ses amis sont tous là. Elle voit en premier Miolaine, assise à une en face d'elle, devant une assiette à laquelle elle n'a pas touché. Son visage porte quelques égratignures, mais rien de grave. Quant à Sehan, il est assis par terre, le dos appuyé contre une armoire. Le visage fermé, il fixe, le regard absent, l'épée avec laquelle l'un de leurs agresseurs l'a dépossédé de ses dons. Ses yeux, tout comme ses joues, sont bouffis. L'entaille sur sa joue semble avoir été nettoyée en recouverte d'un baume.

Une infirmière vient à la rencontre d'Erine, prudemment, elle lui retire son manteau. Elle palpe son bras gonflé, mais Erine ne réagit pas, son corps est totalement anesthésié, ce qui n'empêche pas la nurse de s'en assurer en lui injectant un liquide transparent dans les veines. À partir de là, l'absence de réactions de la jeune femme se transforme en absence de sensation. Là, Erine finit par croiser sa propre image dans un miroir. Elle n'est nullement surprise par sa mine affreuse, les rougeurs et les égratignures. L'infirmière s'emploie à nettoyer tout le sang sur son visage et ses mains. Elle lui demande à plusieurs reprise où elle a mal, mais Erine ne répond pas, hésitant entre partout ou nulle part. Elle n'écoute même pas lorsque la spécialiste pose un premier diagnostic de ses blessures. Contusions, entorses, fractures, autant de mots qui se mélangent sans déclencher la moindre réaction.

Le Cristal Pur ~ Tome 1 ~ TERMINÉOù les histoires vivent. Découvrez maintenant