Chapitre 2

40.4K 5.7K 1K
                                    

Devant le miroir Absa se tenait la joue et avait peur d'enlever sa main. Elle avait peur d'y voir encore la marque de la main de son mari. Elle ne pouvait croire qu'il l'avait frappé pour la deuxième fois.

La première fois Absa lui avait dit que s'il la frappait de nouveau elle allait le quitter. Il s'était excusé et elle avait vu qu'il était sincère.

- tu es prête mon amour?

Derrière la porte kalidou l'appelait avec affection comme si c'était pas lui qui avait crier sur elle.

Elle a quitté le lavabo et s'est mis sous la douche. L'eau a coulé un long moment sur elle puis elle est sorti.

Dès que la porte s'est ouverte, kalidou s'est dirigé vers elle avec un regard coupable.

- je suis désolé Absa je ne devais pas faire ça.

Absa faisait comme s'il n'était pas dans la chambre, elle a porté sa robe de chambre et s'est mise au lit.

- Absa dis-moi quelque-chose.

- bonne nuit.

- s'il te plaît. Je ne voulais pas le faire mais tu m'as désobéi.

- donc dès que je te désobéi j'aurai droit à une claque.

- non j'ai pas dis ça.

- c'est ça ton problème tu n'ouvre la bouche que pour donner des ordres. J'ai l'impression d'être une esclave mais pas ta femme.

- c'est parce-que tu ne sais pas ce que tu dois faire je dois te guider sur tout.

- j'ai vu ça. Bonne nuit.

- je t'aime.

Absa s'est retourné plusieurs fois dans son lit ne pouvant dormir. C'était la deuxième fois que son mari l'a frappé et elle ne voulait pas que ça se répète. Elle ne voulait pas être l'une de ses femmes battues par leur mari.

Kalidou a toujours été jaloux mais il se retenait ou du moins il essayait. C'était du genre hyper possessif qui s'énervait pour un rien. Sa jalousie était maladive et comme ancrée en lui.

Absa savait qu'il était jaloux et évitait de le provoquer. Avant il cassait ou détruisait tout ce qui se trouvait en face de lui. Il ne voulait pas que les hommes la regardent, il ne voulait pas qu'elle porte des vêtements provocants de ce fait Absa ne faisait jamais du shopping seule. Il ne voulait pas la voir avec beaucoup d'amis. Il voulait Absa pour lui tout seul.

Le lendemain pour se faire pardonner, kalidou a demandé à la bonne de leur préparer un petit déjeuner avant qu'ils ne partent pour le boulot. Ils travaillaient tous les deux dans la même clinique.

Quand Absa est descendu dans la cuisine pour prendre du café, kalidou lui emmenait le plateau.

- tu vas monter on va manger en haut.

- j'ai pas faim je prend juste un peu de café.

- tu vas venir on va manger Absa....

il l'avait dît dans un ton calme mais son regard en disait long. C'était comme ça qu'il l'intimidait quand ils n'étaient pas seuls.

Absa a alors abdiqué et est remonté. Il l'a rejoins quelques secondes après et a posé le plateau sur le lit.

Absa n'avait aucune envie de manger mais elle était forcé de le faire avec le regard que lui lançait son mari.

- On y va ... dit-il quand ils avaient fini.

Dans la voiture kalidou n'arrêtait pas de parler mais Absa ne répondait pas. Elle ne pouvait comprendre les changements d'humeur de son mari.

VictimeOù les histoires vivent. Découvrez maintenant