Partie 75: Ressaisie toi

6.3K 437 46

Arrivée à la maison Aymen est choquée de l'état de l'appartement mais n'a fait aucun commentaire. Je retire mes affaires et part m'installer devant la télé . Aymen me suis et fait comme moi, je commence à roulé mon joint
Moi: tu en veux un ?
Aymen : ouais
Moi: tu as déjà fumé ?
Lui: ouais
Moi: des joints ?
Lui: ouais
Moi: mytho
Lui: et alors si tu fumes je fume
Moi: pq tu fais ça ?
Lui; tu vas mal et tu te comportes comme si tu étais tout seul
Moi: je suis seul à souffrir comme ça
Lui: t'es sur ?
Moi: ouais
Lui: ça fait combien de temps que tu n'as pas vu sa mère ?
Je ne répond pas
Lui: je l'ai vu moi, elle a maigri de fou, elle est rongé.
Je répond toujours pas et allume mon joint la vérité c'est que ça m'a fait un bien fou. J'ai fumé juste un joint et j'étais loin, je ressentais plus rien et c'est exactement ce que je recherchait. Je planais complètement et la je respirais enfin ...



Deux semaines que je m'en fumais le cerveau, j'étais seul dans mon monde, tout le monde essayait de me joindre mais je ne répondais pas. Ma fille était entre de bonne main alors je ne m'inquiétais pas pour elle. Nahel je n'allais plus la voir, je supportais plus de la voir dans ce lit sans bouger. Je supportais plus l'homme que j'étais devenu alors je restait enfermé chez moi a fumée toute la journée. Je ressemblais à un clochard mais la vérité c'est que sans Nahel m'a vie n'a plus de sens.

On toquait à ma porte mais je faisais comme si il n'y avait personne, j'étais seul avec le loup, mon fidèle compagnon . On discutait souvent ensemble, il était le seul à comprendre ce que je ressentais puisqu'il ressentait la même chose.





5 mois qu'elle est dans le coma, j'ai compris qu'elle ne se réveillera jamais. Je suis au fond du trou, j'ai l'impression que jamais je réussirai à en sortir alors à défaut de remonter je creuse encore plus.
Toujours harcelées par tout le monde, je sais même pas sa fait combien de temps que je n'ai pas pris de douche. J'étais en train de dormir quand le soleil commence à me réveiller, je comprend pas tout les volets sont fermée
Moi: hmmm
J'ouvre les yeux et vois une personne s'activer dans la chambre
Moi: c'est qui ?
Elle: c'est bon tu as fini ton cinéma ?
Je reconnais la voix de Celia
Moi: dégage Celia
Celia: lève toi, va prendre une douche tu pus et je sens ton odeur d'ici
Moi: rend pas fou Celia
Elle: dépêche toi
Je la regarde et elle était déterminée du coup je me lève et va à la douche. Sa faisait un bien fou c'est vrai ..
J'ai durée bien 30 minutes ensuite je suis sorti en serviette et elle était encore la.
Moi: c'est bon tu es contente ?
Elle est devenu toute rouge et ne savait plus où regarder, elle ressemblait beaucoup à Nahel, beaucoup trop
Elle: hmm habille toi
Je l'écoute, je sais pas pourquoi je l'écoutais elle et personne d'autre
Elle: voilà maintenant on va faire du rangement ici, ma mère va venir te voir avec Ayem alors il faut que la maison soit propre. Tu vas te reprendre en main, si elle était la
Moi: mais elle n'est pas la alors sa sert à rien de me dire si
Elle: sa fait combien de temps que tu ne l'as pas vu ?
Moi: je sais pas
Elle: tu le sais très bien mais tu ne veux pas me dire
Moi: je sais pas je t'ai dit et puis tu veux quoi ?
Elle: sa fait plus de 1 mois, un mois tu t'en rend compte. Au moment elle a le plus besoin de toi tu l'as laisse tomber
Moi: c'est elle qui me laisse tomber, c'est moi j'ai besoin d'elle et c'est elle qui n'est pas la
Elle me regarde et me met une gifle. Choquée
Elle: t'es vraiment qu'un con, un putain d'égoïste qui pense qu'à lui. Elle a toujours était la pour toi, TU as besoin d'elle au quotidien et ça maintenant depuis près de 2 ans. Aujourd'hui ELLE a besoin de toi et tu ne penses qu'à toi. Un mois que tu ne l'as pas vu et ta fille alors ? Tu penses à elle ?
Moi: tu comprend pas tu comprend rien
Elle: ta raison je comprend pas, je comprend pas comment tu peux lui faire ça alors que tu prétend l'aimer, je comprend pas comment tu peux passer autant de temps loin d'elle et de ta fille. Tu t'apitoie sur ton sort comme si tu étais sur ce lit d'hôpital . T'es une merde, une Grosse merde je te le dit en face, t'es pas un homme tu es un gamin et t'es pas digne d'elle. Je t'aime, t'es mon frère mais tu ne l'as mérite pas, tu n'es vraiment pas digne d'elle

Je la regardais dire tout ça et j'encaissais, elle avait raison, je ne suis pas un homme, je suis une Grosse merde incapable de soutenir ma femme dans un moment aussi difficile

Elle: maintenant lève toi on va astiqué cette appartement de fond en comble.

Je la suit sans bronché et me met à faire le ménage avec elle. C'était silencieux, je sentais qu'elle était énervée contre moi et je l'étais aussi contre moi. Ce qu'elle m'a dit a eu l'effet d'un électrochoc, elle avait raison sur toute la ligne, j'étais pas digne d'elle .

Après 3 heures de ménage on a enfin fini, elle était encore énervée je le sentais mais je voulais pas qu'elle reste comme ça
Moi: ta raison, sur toute la ligne tu as raison. J'ai été égoïste, j'ai pensé qu'à moi et je suis désolée. Elle me manque et je sais pas comment gérais ce manque
Elle: t'es pas tout seul, tu agis comme si tu étais seul dans ce combat. Tu peux pas tout porter tout seul
Moi: mais je suis coupable de ce qui lui arrive
Elle: non
Moi: si, c'est moi qui devait aller chercher Ayem. Tu sais avant que je parte au travail elle ma dit je t'aime et tu sais ce que je lui ai répondu, je lui ai dit ouais . Ma femme me dit je t'aime et je répond ouais. Si elle meurt je m'en remettrais pas . Oui c'est égoïste mais c'est la vérité
Elle c'est mise à pleurer
Moi: arrête, je supporte pas
Elle: elle a besoin de toi, il faut que tu redeviennes l'homme qu'elle aime
Moi: je sais
Elle: c'est pas grave du moment que tu te ressaisis
Moi: allez vient dans mes bras
On se sert dans les bras, j'avais vraiment l'impression de prendre Nahel dans mes bras, c'est fou leur ressemblance
Elle: allé tu vas reprendre une douche et moi je vais faire à manger, ma mère ne devrait pas tarder . Et je te préviens elle est très énervée







La porte sonne, la je faisais vraiment pas le malin, j'avais peur
Celia: va ouvrir
Moi: nan je préfère pas
Celia: peureux
Elle y va et c'est sa mère qui débarque avec Ayem
Moi: Salam Aleykum
Je regardais Ayem, elle avait grandi. J'arrivais pas à la quitter des yeux
WA Aleykum Salam, ça va ?
Moi: sa peut aller et toi ?
Elle: nan, c'est quoi ça Nayem ?
Moi: je suis désolée, j'avais juste besoin d'être seul
Elle: mais tu n'es plus seul, tu as une fille qui réclame tout les jours son papa et sa maman
Moi; je sais mais je ne sais pas m'occuper d'elle et encore moins maintenant alors vous la confier me semblait être la meilleure solution
Elle: oui tu as raison mais la çà fait un mois que tu ne l'as pas vu même pas un appelle rien. Tu t'en fou à ce point la
Moi: je m'en fou pas, j'étais pas bien. J'ai été égoïste mais je voulais pas qu'elle me voit dans l'état dans le quel j'étais
Elle: et maintenant ?
Moi: je sais pas, j'aimerais la reprendre mais je sais pas m'occuper d'elle
Elle: hmm tu veux venir vivre à la maison ?
Moi: nan c'est bon je ne vais pas vous dérangez
Elle: si tu veux Celia et Mohammed peuvent rester ici quelque jour
Moi: c'est eux qui voit moi ça ne me dérange pas
Elle: hmm je vais en parler avec Eux ce soir
Moi: d'accord,
Elle: je sais que c'est dur pour toi mais t'es pas seul. Tu rejettes tout le monde même ta propre mère .
Moi: vous ne pouvez pas comprendre
Elle: tu te sens coupable mais ce n'est pas de ta faute. J'ai parlée à la police et ils m'ont expliqué ce qu'il c'était passée
Je la regarde
Elle: c'est de sa faute à elle, elle roulait comme une folle de toute façon tu sais comment elle roule. Elle dépassé deux ou trois voitures dans un virage en roulant à sur la voie inverse mais elle n'a pas vu le camion. Elle roulait à 90 sur une route à 50. Tu vois la seule fautive c'est elle

Malgré ça je me sentais toujours responsable

Moi: hmm
Elle: je comprend qu'à un moment tu as flanché c'est normal. Sa commence à faire long et tu n'a pas l'habitude sans elle mais maintenant c'est bon
Moi: ouais
Elle me prend dans les bras puis me donne Ayem qui dormait . Mon bijou ❤️❤️♥️
Elle reste encore un peu puis s'en va, elle était venu en taxi et repartez de la même manière

Celia: ta plus intérêt à déconner
Moi: ouais  tu n'as pas trouvé mon téléphone ?
Elle: tient
Je le prend et appelle en premier mon bureau, je savais que Sevrin ferais tout mais quand même
Sevrin: vous allez bien monsieur
Moi: merci et vous Sevrin ? Et l'entreprise ?
Elle: ça va je gère monsieur. Toute les commandes sont à jour. Il y a seulement monsieur Parker qui souhaite vous rencontrer pour une nouvelle commande
Moi: et bien prenez la
Elle: il ne veux pas, il ne souhaite traiter qu'avec vous
Moi: hmm appeler le et fixer un rdv puis dites quand c'est bon
Elle: très bien
Moi: merci Sevrin, merci beaucoup
Elle: c'est normal
Je raccroche et maintenant je dois appeler ma mère ..

Chronique de Nahel : Je suis la Belle, il est ma bêteLisez cette histoire GRATUITEMENT !