Chapitre 1 - Quatrième lettre

216 7 0


Intégralité du roman disponible en téléchargement gratuit :

format Epub : https://mon-partage.fr/f/1k01zp2R/

format Pdf : https://mon-partage.fr/f/WlW7PWLZ/

Attention : le lien de téléchargement est difficilement accessible via mobile (pub, truc qui se décale, ...). Je vous conseille donc d'accéder au lien avec un navigateur comme firefox. ça donne ça :

 ça donne ça :

Oups ! Cette image n'est pas conforme à nos directives de contenu. Afin de continuer la publication, veuillez la retirer ou télécharger une autre image.


Aimer, c'est croire et savoir que l'autre existe, tout le reste c'est du plus.


Cette lettre t'est directement adressée. C'est mon troisième essai. La feuille d'origine est devenue liasse, pour finir en chapitre, et donc en livre. Je te préviens tout de suite, il y a des moments de tristesse, de joie, de peur, et aussi de colère. Le tout, c'est ma vie. Enfin plutôt, le sketch conçu par une entité avec un humour, un peu spécial. Pourquoi m'adresser à toi ? Tu es mon guide, mon enseignant, pour me découvrir moi, et tout ceci à ton insu.

Comment est-ce possible ? Eh bien, je sais faire quelque chose depuis que je suis petit. Je sais construire des réalités, enfin plutôt, je sais comment créer une vision de la réalité cohérente. Je te rassure tout de suite, je ne peux pas modeler la réalité comme bon me semble. Je peux trouver des règles de fonctionnement de la réalité cohérente pour moi. Elles évoluent en fonction de ce que j'observe.

Pour expliciter, je prends des archétypes issus de mes lectures, film, histoire,... et je les colle sur des personnes, ou des endroits réels. Et ma foi, ça ne marche pas trop mal. Ça met du rêve dans ma vie. Note bien, qu'il y a certaines réalités qui ne peuvent être idéalisées.

Et donc, j'ai construit une réalité autour de toi. Cette dernière a peu de chances d'être la vérité. Mais bon, sur un malentendu, ça peut marcher. Créer cette réalité est d'autant plus facile, puisque je ne connais que très peu de choses sur toi, tes noms, ton prénom, ... J'ai donc la pleine liberté de te définir tel un ange, ou un professeur. Cette réalité est devenue un port d'attache. Puis, je suis parti, et je revenu dans ce port, et cela plusieurs fois. Chaque fois que je revenais de mes incursions, cette réalité devenait peu à peu la mienne. Au final, ce n'est plus un port, mais une baie à l'abri des vents, une petite grève paisible, où je peux m'ancrer quand bon me semble. Cette réalité n'appartient qu'à moi, et tu en as le résumé entre les mains.

Autant être clair tout de suite, tu ne connais pas mes pensées, et je ne connais pas les tiennes. Je ne connais de toi que l'image, ou le masque que tu renvoies. J'y ajoute mes propres définitions ou interprétations.

C'est comme cette impression de connaître quelqu'un depuis longtemps. Alors que le temps passé réellement avec cette personne est infime vis-à-vis des années déjà écoulées. Certains appellent ça le destin, d'autres le hasard, moi j'appelle ça, la nécessité. Je te vois presque tous les jours. Je ne te dirais pas où, de peur que tu me reconnaisses. Car si nos regards se croisaient, j'ai peur de voir disparaître cette magie qui m'anime maintenant depuis deux ans et demi, dont un an en ta compagnie.

Le reflet du roiLisez cette histoire GRATUITEMENT !