Ce que m'ont enseigné les femmes latinas

90 0 0
                                    

L'Amérique latine, c'est mon continent. Je l'ai dans la peau (et depuis mon dernier tatouage, c'est littéral). Mais au-delà de sa nature époustouflante, ses histoires folles qui m'ont souvent fait pleurer, criser ou flipper, mais qui, en les racontant, me font sourire d'une oreille à l'autre, il y a ces femmes latinas que j'ai rencontrées sur le chemin et qui m'ont enseigné plus que ce que je n'aurais jamais espéré imaginer. 

Voici pour toi ce que les nanas latinas m'ont appris durant mes deux incroyables voyages en Amérique latine.

Enseignement 1 des Femmes Latinas : Être fière de ton corps, quel qu'il soit

Ah ! Les complexes. Un nom masculin et pourtant, un problème si féminin. J'ai lutté pendant des années avec les miens. Ce sont des détails, souvent des conneries que personne ne remarque mais que nous, oui. Et on en fait souvent le cauchemar de toute une vie.

Avant de m'aimer grâce à ce que m'ont enseigné les femmes latino-américaines, crois-moi que j'en ai bien chié.

À mon adolescence, j'avais zéro confiance en moi. C'était simple : je n'aimais rien en moi. De ma gueule trop arrondie à ces horribles lunettes que je me coltinais depuis mes 8 ans, jusqu'à mes jambes que je trouvais énormes — et qui étaient pourtant rachitiques. Je me détestais. Autant de l'intérieur que de l'extérieur. Et je trouvais tous les moyens nécessaires de me... punir d'exister (rien moins). J'étais un coup boulimique, un coup anorexique. Je me scarifiais. Je m'enfonçais dans les relations toxiques, je noyais ma haine de moi-même dans l'alcool et je m'envolais très loin, au moyen de plein de produits, dans des paradis artificiels dans lesquels je ne trouvais qu'encore plus de néant.

Et je ne te parle même pas de mon blocage quant à ma capacité à séduire. Tu le sais du reste : on a beau te dire que tu es belle, que tu n'as rien à jalouser à qui que ce soit, si toi dans ta tête tu ne le crois pas, rien n'y fera.

Peut-être — certainement ! — qu'il y a des femmes latines qui ont des complexes. C'est un truc tout féminin, ça. Mais ce que je peux te dire, c'est que soit ces femmes latino le cachent vachement bien, soit elles... n'en ont tout simplement plus. Beaucoup ont un corps voluptueux. D'autres sont toutes fines. Mais qu'elle soit mince ou pas, jeune ou moins jeune, quel que soit le corps dont Dame Nature l'a pourvue, la femme latina le met en valeur et elle en est fière. 

J'ai appris, à travers le regard des filles latino-américaines et à travers le regard que les hommes leur lançaient, à accepter ce que moi, j'avais. Alors oui, parfois, les regards masculins étaient un peu trop appuyés... Les remarques vraiment trop déplacées, les sifflements, agaçants. Mais elles, les nanas latines, s'en foutaient. Elles arboraient fièrement, outrageusement, leurs courbes et leur féminité. Et ça, crois-moi, ça m'a foutrement aidée.

Enseignement 2 des Femmes Latinas : Dire merde quand il le faut (parfois bien haut) 

Dans les pays occidentaux, on a tendance à murmurer... Ou à carrément la boucler. On exprime rarement, en face, ce qu'on a sur le cœur... Et ça nous reste ensuite sur l'estomac. Au mieux, ça sort un jour parce qu'on éclate, qu'on n'en peut plus. Au pire, ça finit en cancer ou autre saloperie. La vérité ? Autant crever ! Alors on reste avec ça parfois toute une vie... On fait des suppositions... On pense savoir ce que l'autre pense mais souvent, on a faux sur toute la ligne.

Alors qu'on aurait simplement pu éviter ça en disant les choses... franchement. N'est-il pas mieux de sortir ça de nous au plus vite, finalement ? 

Les femmes latinas, elles n'y vont pas par quatre chemins. Quand elles ont quelque chose à dire, elles le disent, point. Haut et fort souvent. De toute façon, la nana latina, tu l'entends, où qu'elle soit. Et c'est vraiment — vraiment — beaucoup mieux comme ça.

Vous avez atteint le dernier des chapitres publiés.

⏰ Dernière mise à jour : Jul 03, 2023 ⏰

Ajoutez cette histoire à votre Bibliothèque pour être informé des nouveaux chapitres !

De tout et de rien... Ce qui me vient.Où les histoires vivent. Découvrez maintenant