NEW: Introducing Tap. Addictive chat stories for your 📲 Now in 10 languages
DOWNLOAD NOW!
Kidnapper par un Chef De Gang

Kidnapper par un Chef De Gang

247K Reads 14.9K Votes 60 Part Story
zayneb #### By zaynebtenmerde Completed

Salam c'est moi Yasmina je vie seule avec mon réuf mais toute à change quand jais était kidnapper. .......

AuroraTimes AuroraTimes Mar 11
Comment vous-allez vous que j'arrive à lire avec toute ces abréviations et ces truc Arabes. Écrivez normalement comme tout le monde
Pour les gens qui disent que c'est une narcissique la seule chose qui peur être qualifié de narcissique c'est j'ai des formes la où il faut mais pour ke reste je trouve que c'est modeste et faut bien qu'il ai une description
marocaine-321 marocaine-321 May 05, 2016
Shmet sa veux pas dire tapette ou un truc du genre plutôt ?
shalouma84 shalouma84 May 17, 2016
Est ce que vous pouvait me dire si ma chronique est nul ou bien
cessprinMaghribia cessprinMaghribia Dec 05, 2016
Elle dit ça trkl comme si c'était normal mdrr t'es pas reveillé allez hoop un sceau d'eau dans la gueule😂
TONYTONYMONTANA TONYTONYMONTANA May 25, 2016
Moi mon frere il est grand et moche.😒
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              .
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              .
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              .
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              .
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              .
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              .
                              
                              
                              
                              
                              .
                              
                              
                              
                              
                              
                              .
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              .
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              .
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              .
                              
                              
                              
                              
                              .
                              
                              
                              
                              
                              .
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              .
                              
                              
                              
                              
                              .
                              
                              
                              
                              .
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              .
                              
                              
                              
                              
                              .
                              
                              .
                              
                              .
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              
                              Nana j'rigoleuh