L'appel.

19 4 3
                                                  

Extrait du journal de l'aînée de la famille X

[CONFIDENTIEL]

01/01/202x : Cher journal, j'ai découvert ce que s'est que la gueule de bois... L'impression d'avoir le crâne dans un étaux. La lumière me brûle le cerveau et la tête me tourne encore. Je transpire comme un porc et je tremble comme une vielle. La fête s'est passé plus tranquillement que je le pensais. Ont a pas mal bu, on a jetés des petards chez les voisins. Steven lui nous a fait fumer un petard, un truc qu'il appel Shit. Franchement, je crois que c'est sa qui m'a fait vomir. On a dansé mais vers 2h30 du matin on était tous KO. Avec Steven, rien ne s'est passé parce qu'il a commencé à parler de sa chérie « la bas dans le Nord » sa m'a refroidi, l'impression de tomber... P'tetre pour ça que j'ai tant picolé... Au final ont a dansé, Melyne à danser sur du Michael Jackson, Angela a fait un genre de break-dance alcoolisé, Roméo a dabber et flosser comme un ringard et Steven lui était sur son téléphone à galérer a envoyer des sms à sa tchoin du nord tellement il était défoncé au shit. Au final moi j'étais en mode Snapchat, je vais regretter de voir toute ces vidéos que j'ai faites. On s'est tous affaler sur l'herbe au bout d'un moment. J'ai fais exprès de me mettre près de Steven pour lui demander en skred si c'était sérieux avec sa pute mais ont été tellement à la ramasse qu'on s'est tous endormis. Ont été déjà assez rincés avant le décompte de la nouvelle année qu'ont s'est même plus rendu compte que c'était pour ça qu'on se bourré la gueule. Après mes parents se sont ramené, enfin ma mère car mon père devait sûrement déjà pioncé pour nous réveiller. Mes parents sont resté à la maison comme les deux vieux qu'ils sont, ils ne nous ont pas emmerdés de la soirée. Roméo était déjà parti quand on est tous retourné à nos bercails respectifs. Ils habitent tous pas loin sauf Roméo. J'ai reçus plein de sms mais je crois pas avoir reçus le siens. Le jour de l'an les réseaux téléphoniques deconnes. Bienvenue dans l'air moderne !!! Enfin je te laisse journal, j'ai eu salle gueule de bois à cuver ! À demain si je ne suis pas morte de soif avant !

Retranscription écrite de l'appel de Roméo L. au 911.

Opérateur 911 : 911 quel est votre urgence ?
Roméo L : oui... oui y'a un type là [bruit de pas lourds et d'objets bousculés] il me... regarde.
Op : il vous regarde... ok... pouvez vous précisez ?
R : j'suis rentré de la fête la, du jour de l'an, tous le monde dormaient alors moi j'suis rentré [rot] et... Y'a ce gars chelou qui me suis.
Op : d'accord... où habitez vous ? Quel est votre nom ? A quoi cet homme ressemble ?
R : oula ça c'est beaucoup de question m'dame mais moi j'veux pas de rencard avec vous ! [rire]
Op : si c'est une blague je vous prie de raccrocher. Des gens sont en détresses et on sûrement plus besoin de cette ligne que vous !
R : non j'deconne m'dame mais il est vraiment là le type !
Op : Alors répondez à mes questions !
R : euh [silence puis rot] alors les réponses sont [rire] désolé, j'ai fumé un peu j'espère que j'vais pas aller en prison madame !
Op : dernier avertissement !
R : j'habite de 59 rodéo drive à Butterbury. J'm'appel Roméo Ladir et le type j'l'ai déjà vu. Pas la première fois qu'il me suit se fils de putain. Il a les cheveux marrons longs degueulasse, un t-shirt blanc degueulasse, un vieux d'jeans plein de cambouis ou j'sais pas quoi.
Op : d'accord. Est-ce que toutes vos portes sont fermées à clés ?
R : la porte de devant j'l'ai ferme s'est sur... celle de derrière faut que j'aille vérifier ! Sans me casser la gueule [rire]
Op : vivez vous seul ?
R : j'vous ai déjà dis m'dame moi j'suis pas intéressé, j'aime plus les bi... [bruit de chute et d'objet]
Op : tout va bien ?
R : ouai t'inquiète juste cassé la gueule comme prévu. Et oui je vis seul.
Op : la porte de derrière est-elle fermée ?
R : ah deux secondes poulettes [bruit de clés] voilà s'fais. Je fais quoi maintenant ?
Op : voyez vous encore l'homme ?
R : Nan... pas l'air d'être encore devant et derrière je vois rien. Nuit noir comme dans la chatte de ta [bruit de chute]
Op : Monsieur Ladir ?
R : vautré la gueule encore désolé.
Op : je vais vous demandez d'aller vous enfermer dans une pièce si vous le pouvez.
R : ouai a l'étage la salle de bain ferme à clés ! Faut... les escaliers me font de la peine à monter...
Op : Monsieur Ladir, aller vous enfermer dans la salle de bain et on reste au téléphone ensemble voir comment le...
R : [bruit de chute, frottements, grognements et de pas. Coups dans les murs ?]
Op : Monsieur Ladir ? [silence] Roméo ? [silence] Je vous envoie une ambulance. [silence puis bruit de tonalitée]

Fin de l'appel d'urgence

Rapport des ambulanciers de Butterbury :
Ambulancier Frédéric K et Joachim B

Arrivée sur les lieux à 3h10 le premier janvier 2021
Porte d'entrée verrouillée et porte de derrière verrouillé. Nous avons dû casser la vitre de la porte de devant pour entrer. Les clés était enclenchées dans la serrure à l'intérieur. Après être rentré, nous avons appelés le patient plusieurs fois sans réponses. Nous avons appelé la Police de Butterbury.

Rapport de l'officier Jack Hatolson, intervenu dans la maison de Roméo Ladir :

La maison ne comporte aucune trace d'effraction, exception faite des dégâts causés par les ambulanciers intervenu plus tôt.

Les ambulanciers ont eu le bon réflexe de prendre des photographies avant de casser la vitre. Les clés étant dans la serrure du côté intérieur et la porte verrouillée.

J'ai cherché des traces de la présence du patient. Je n'ai trouvé que son téléphone portable dans les escaliers.
A quitté les lieux à 5h00.

Officier Jack Hatolson de la police de Butterbury.

Le son des clochesLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant