44 | 'IL ÉTAIT UNE FOIS LE PETIT CHAPERON ORANGE'

2.1K 188 638
                                    

BoingBoingGerbille : MERCI DE VOTRE ATTENTION AUJOURD'HUI C'EST UN GRAND JOUR POUR MOI

BakiBaki : ça me rappelle le moment où j'ai présenté l'idée de mon manga lol

OnionHead : j'ai pas la ref là je date pas assez

Bakageyama : j'ai déjà lu son truc et je dirais pas que c'est incroyable mais pour quelqu'un comme lui je suis déjà vachement fier au final

Sugamama : on t'écoute Hinata

Beaucouteau : LEVER DE RIDEAU, SILENCE, ACTION

AgKaAaAAShHEeEEeH : tu t'es embrouillé les pinceaux tout seul

LeMecDeTokyo : j'ai hâte de voir >:D

BoingBoingGerbille : je crédite Kageyama sur les traits de caractère de certains personnages

Flattykawa : ça y'est je vais donc officiellement devenir une bouse à cause de lui–

MâleAlpha : ta gueule

BoingBoingGerbille : Il était une fois, un garçon nommé Hinata Shoyo.

Du haut de son mètre soixante-cinq, il n'avait pas fière allure, mais ça lui suffisait pour être reconnu dans tout le village comme le garçon rayonnant et toujours de bonne humeur. Toujours vêtu d'une cape orange, on le reconnaissait facilement, et il sautait partout. On le surnommait le petit chaperon orange.

Un jour, dans le bourg, alors qu'il jouait avec son chat, son plus fidèle ami qu'il avait appelé Kenma, sa mère l'appela.

— SHOYO ! VIENS MON FILS J'AI QUELQUE CHOSE À TE DEMANDER !

La mère de Shoyo était une madame avec un zizi qui s'appelait Sugawara. Dans le village, tout le monde l'appelait sugamama, et il était connu pour ses bienfaits et la façon dont il soignait chaque enfant avec bonté et gentillesse. Shoyo n'avait pas connu son père : il était mort quelques mois après sa naissance, c'était un assassin du nom de Tanaka qui l'avait tué pour son or. Même s'il ne l'avait pas connu, il savait que c'était une bonne personne, sa mère disait beaucoup de bonnes choses sur lui.

Shoyo arriva en courant vers sa mère, le sourire aux lèvres.

— Qu'est-ce qu'il y a maman ? demanda-t-il, intrigué.

Il avait toujours été de nature curieuse. D'ailleurs, ça lui avait valu l'envie de traverser la forêt, pour découvrir ses mystères. Malheureusement, sa mère le lui avait interdit : c'était bien trop dangereux ! Dans la forêt, il y avait le loup. Shoyo en avait entendu parler par son ami Yamaguchi : ses parents à lui lui avaient dit qu'il mangeait les enfants qui s'y baladaient.

— Tu te souviens de ta mère-grand qui habite après la forêt ? lui rappela doucement Suga en se penchant vers lui.

Il hocha vigoureusement la tête. Bien sûr qu'il se souvenait de mère-grand. Elle avait beau être vieille et ridée, et aussi avoir des airs de chat maraudeur, elle le faisait beaucoup rire, quand il était petit !

— Tu vois Shoyo, continua sa mère, Mère-grand Kuroo est tombé très malade, et maman ne peut pas aller la voir. Maman doit aller soigner Tsukishima, ce petit fils de pute, il fait tout pour me ruiner la vie.

— Mère-grand va bien ? s'inquiéta le rouquin.

— Oui, mais j'aimerais que tu lui emmènes cette galette et ce petit pot de beurre, pour l'aider à se remettre.

Suga posa un panier recouvert d'un foulard blanc à carreaux devant les pieds de son fils.

— J'aimerais que tu ailles chez mère-grand. Mais tu sais ce que ça veut dire : tu dois passer par la forêt.

Haikyuu crackheadsLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant