01

16 1 0
                                    

La der des ders. C'était ça l'objectif. Finir en beauté et vivre le repos du guerrier tant attendu.
Zaël avait accumulé tellement de richesse au fil de ses représentations. Il était un violoniste adulé dès le début, il n'a jamais eu à suivre cette trajectoire du musicien prodige gravissant les échelons. Tout avait été fulgurant, et à son plus grand étonnement, des milliers de personnes étaient venus assister à son premier concert. Des milliers rapidement transformés en centaine de milliers, et même en millions. C'était la fois où sa musique avait séduit le monde, où il avait embrasser les courbes des personnalités des gens excités à l'idée d'écouter cette intense symphonie. La fois où les sacs, la nourriture et le fouillis cohérent d'affaire jonchaient le sol du stade retapé en salle de concert pour l'occasion. Toutes ces petites pochettes qui s'enchevêtrent, ces chargeurs de téléphones noués à des tickets de bus qui s'entremêlent, pris dans l'enivrement d'une grande fête dans laquelle plus rien n'appartient à personne, mais dans laquelle on espère quand même tout retrouver à la fin.

« Tout va bien ? Comment tu te sens ? Si ça ne va pas, ne te sens surtout pas obligé de le faire, aucune pression ! »
Les mots prononcés par Zaël résonnaient dans la tête de Lune, ingénieure du son qui avait rejoint l'équipe du musicien il y a à peine une semaine. Elle avait été sonné par la bienveillance dont il avait fait preuve dès son arrivée.
C'était une jeune femme magnifique, à la mâchoire tellement large qu'elle semblait taillée au couteau, avec une bouche très petite dont la lèvre supérieure était plus épaisse et qui donnait à sa bouche un côté anguleux. Ses cheveux étaient bizarrement cours autour d'une longueur coiffée en arrière devant et toujours vers la droite, comme on ne l'aurait pas imaginé pour une fille aussi jeune et avec un visage d'un tel type, mais c'est l'une des nombreuses choses qui la rendait aussi passionnante et inspirante selon ce que lui avait dit Zaël seulement quelques minutes après l'avoir salué. Il n'avait pas pensé à lui dire dès les premiers instants, c'était venu un peu plus tard.
Elle avait été recruté à la dernière minute pour l'un des concerts les plus déterminants de la carrière du violoniste. Le reste de l'équipe se connaissait depuis des années et pourtant, elle n'avait jamais connu une si grande confiance placée en elle.

Il ne restait que trente minutes avant le début de la représentation.

HarmonéantWhere stories live. Discover now