Partie 1

676 40 13
                                    

-Hé, Harry, chuchote Seamus. Harry, mec, tu ne vas pas croire ce qu'on vient d'entendre.

-Mh ?

Je suis penché sur mes notes de potion, assis à la table de Gryffondor dans la Grande Salle. J'essaie (en vain) de me rappeler la recette d'une potion.

Dean et Seamus s'asseillent à côté de Ron, Hermione et moi. Après la guerre et la mort de Voldemort, des volontaires ont reconstruit le château, afin que l'école puisse à nouveau accueillir les élèves. Au vu des circonstances, chaque élève a eu la possibilité de redoubler sa dernière année. C'est une chance unique pour nous trois (comme Hermione n'a de cesse de nous le répéter) de compléter notre septième année et d'obtenir nos ASPIC.

Maintenant que j'ai de nouveau un avenir (youpi !), je reconsidère mon rêve de devenir Auror. J'étudie dur pour avoir les notes qui me permettront de réaliser ce rêve.

-C'est dément, dit Seamus en riant.

-Qu'est-ce qu'il y a ? demande Ron.

Je garde les yeux sur mon parchemin, continuant à copier les notes d'Hermione. Je ne les écoute que d'une oreille.

-Je viens d'entendre ça d'un élève de Serdaigle, dit Dean. (Il pose ses coudes sur la table.) C'est un secret, alors ne le dites à personne, ok ?

Hermione le regarde d'un air renfrogné. Je suppose que le bavardage l'agace, j'avoue que leur ton exagérément mystérieux me tape aussi sur les nerfs aussi. Pourquoi en font-ils des tonnes ?

-Quoi ? Crache le morceau ! Ron le pousse.

-Malefoy... vend son corps.

Je me fige, Hermione aussi ; Ron écarquille les yeux, en état de choc. La voix de Seamus n'a été qu'un murmure, mais on l'a tous entendu distinctement.

-Il... Attends, répète ça ! lâche mon meilleur ami.

Je lève le regard sur le visage de Dean, Hermione pose son livre.

-Je ne peux pas croire ça, dit-elle sèchement.

-Mais c'est vrai. Drago Malefoy couche pour gagner de l'argent.

-Impossible, je dis brusquement.

-Ouais, fait Ron, désarçonné. Il est si fier et arrogant, il ne ferait jamais ça.

Seamus hoche la tête.

-Je pensais ça aussi. Mais apparemment, avec le père en fuite et leur manoir saisi par le ministère de la Magie, la famille Malefoy a des difficultés financières...

Ç'a l'air de beaucoup le réjouir, je note avec une pointe de mépris.

-Mais même dans ce cas... dit Hermione avec méfiance.

-Tous les coffres des Malefoys à Gringotts ont été saisis, Dean poursuit. La mère de Drago vit dans un cottage miteux. Elle est malade. Elle est incapable de travailler.

-Les Malefoys n'ont plus de revenus, ricane Seamus d'un air méchant. Tu peux le tourner comme tu veux, il a besoin d'argent.

Ron et moi échangeons un regard. Ok, c'est vrai, même les sorciers ont besoin d'argent, ils ne peuvent pas le faire apparaître de nulle part. Mais il y a une différence entre être fauché et vendre son corps... pour moi, c'est la dernière des dernières solutions.

Et, connaissant le fils Malefoy, je suis sûr qu'il préfèrerait mourir plutôt que de laisser sa fierté être piétinée.


-Si Malefoy se prostitue réellement, rit nerveusement mon meilleur ami, il ne doit pas avoir des masses de clients. Il est si odieux! Aucune fille ne le supporterait !

Seamus glousse et baisse encore un peu la voix.

-Eh bien –c'est la partie la plus intéressante– il se trouve qu'il couche... seulement avec des MECS.

-Quoi? je lâche.

-Hein? dit Ron.

-Pardon? Hermione cligne des yeux.

-Ouais, il ne baise qu'avec des mecs.

Je commence à être vraiment énervé, toute cette histoire est absurde. Même si je n'aime pas vraiment Drago, je déteste les rumeurs et quand les gens disent des conneries sur d'autres personnes. J'en ai assez souffert au cours de ma quatrième année, à cause de cette fouineuse, Rita Skeeter. Et aussi pendant ma cinquième année, quand tout le monde se moquait de moi dans mon dos, disant que je mentais sur le retour du Seigneur des Ténèbres...

Je ferme mon livre et regarde Dean droit dans les yeux.

-De qui est-ce que vous tenez ça ? je demande d'un ton direct.

-De Marietta, de Serdaigle, répond-il.

Huh. Merde. Pas elle, encore!

Drarry - La rumeur courtOù les histoires vivent. Découvrez maintenant