♠ Chapitre 21-

3.4K 186 18

5 allumettes en un quart d'heure et 30 minutes de râleries incessantes. Oui nous avions passé beauocup de temps à essayer d'ouvrir cette foutue plaque d'égout. J'avais abandonné les allumettes quelques instants pour aider le jeune homme à l'ôter de toute cette boue séchée et accumulée depuis des années entières. J'avais émis plusieurs commentaires dérisoire et blagueur à l'intention du bouclé qui ,lui, ne les prenaient pas sous cet angle.

" Femmelette" ; "Tu  veux un muscle? " ; '' Dame nature ne t'aime pas. Elle a pas voulu te donner l'étoffe d'un homme. Un vrai. " ; "Je crois même avoir plus de muscles que toi."


Voilà ce que je radotais depuis tout ce temps, les yeux posés sur le jeune homme. Je m'étais adossée à une paroisse froide de la cave. Et bien évidement, j'avais pris soin de vérifier si aucunes bestioles n'avaient élu domicile sur ce mur, ou de simple toiles d'araignées. Ca avait même arraché des jurons de la bouche d'Harry se plaignant ne rien voir dans ce noir et sans mon aide. 

Après ces remarques négligeantes, le garçon s'était relevé en colère, me priant de le faire moi même si je ne le pensais pas capable. 
J'avais regretté rapidement en voyant cette boue mélangée aux déchets et autres crasses dont je voulais éviter d'en connaître l'existence. J'avais enfui mes doigts dans les deux trous du métal et tiré de toutes mes forces à de nombreuss reprises. Je sentais ma tête tournée. Enfin j'en avais la sentation vu que l'on était plongés dans la noirceur totale. Mais je n'y parvenais guère.
Je n'avais rien dit, me taisant simplement par fièrté et avais tenté encore et encore sous les rires moqueurs d'Harry qui avait prit ma place et ma position de quelques minutes avant.

- Oh ça va hein! grommelais-je ,de mauvaise foi,  tu n'as pas autant réussi que moi alors ravales tes moqueries.
- Ah tiens. me lança ce dernier et se séparant du mur de terre, C'est moins drôle quand c'est de toi que l'on rit ,mh? 

Je levais les yeux au ciel en reprenant mon "exercice"
- J'ai été habituée d'être sous les moqueries à cause de tes bêtises et tes remarques à deux balles. grinçais je et y mettant un peu plus de force dans mes bras ,prise de souvenirs et de colère. 
Harry ne répondit rien, il s'était contenté de racler sa gorge et de s'avancer avant de s'agenouiller pour m'aider.
Et là, en 30 secondes à peine, nous nous sommes écroulés au sol, fesses contre terre comme de vulgaires personnes balancées sans scrupule au sol. Nous enlacions notre tête quelques instants, avec nos bras ,jusqu'à entendre retentir le bruit du métal contre le sol. 
La plaque d'égout venait de céder, enfin.

Lorsque je me relava,  je sentis mes mains collantes ,avec une drôle de substance sur ma peau. Mes vêtement aussi d'ailleurs. Mes jambes étaient recouvertes de boue dégoutante. Je grimaçais de dégout alors que j'essayais de retirer tout ça. Lorsque j'agrippais les alumettes pour en allumer une, je vis Harry dans le même état. De la boue partout même sur le visage, dans les cheveux. Je vis son visage se déformer par le dégout et je ne pu m'empêcher d'étouffer mon rire. Je pouffais.
Lorsque ce dernier m'entendis glousser plus loin, il plissa les yeux en grommelant.
- Un vrai éboueur. lançai je hilare.
- Eh! Toi aussi t'es couverte de boue! se défendit ce dernier.
-Oui mais moi je ne me vois pas. Je suis sûre que je suis encore classe même recouverte de boue. alors que toi....commençais avant de reprendre mon rire.

Et en trente secondes, je me retrouvais à nouveau plongée dans la boue, dos contre le sol froid de ce sous sol. Harry s'était jeté sur moi , feignant être sérieux, voir en colère. Mais je le voyais lutter pour ne pas rire. Ses fossettes trahissaient sons rictus qui naissait sur ses fines lèvres. Ce qui m'amusa encore plus, de tel que je ne râlais pas pour être à nouveau dans la boue. En plus difficile de râler lorsque l'on me chatouille. 
Le jeune homme m'avait bloquée et s'amusait à me chatouiller, riant en me voyant me tortiller dans tout les sens, le suppliant d'arrêter. 
Mais il n'arrêta pas. Evidemment...

- Allééééé! hurlais je ,hilare, aies pitié d'une pauvre fille comme moi. plaçais je enfin entre deux fou rire.
- Dis que je suis meilleur que toi. Jamais personne n'a plus de classe que moi.Je suis parfait. lança-t-il , ce qui m'arracha un rire moqueur. Un vrai rire de sorcière que je faisais là. Ce qui le força à amplifier ses chatouilles.
- Dis le !
- JAMAIS! m'écriais je.
Et là, je fus vaincue. Il venait de toucher mon point sensible, mon cou. Oui j'étais très chatouilleuse ,très sensible au niveau du cou.
Traître.

- O.... Ok.. Ok... Je le dis. déclarais je alors.
Je repris mon souffle quand Harry stoppait ces inssoutenables chatouilles. J'essuyais rapidement les larmes naissantes au bord de mes yeux, faisant alors naître une trace de boue sur mes joues. Je grimaçais une fois encore. 
- Aller. me pressa le garçon
Et je me tu. Je ne disais rien. Motus et bouche cousue durant plusieurs secondes. Le bouclé me fixait quelques instants, prêt à reprendre l'attaque.
- Tu es le meilleur et tu as la classe. lançais je enfin.

Fière et satisfait , le jeune homme se redressa, me libérant alors. Sans attendre, je me relevais à mon tour et me tournais vers le concerné, un sourire carnacié, amusé naissait sur mon visage.
- Après moi. ajoutais je alors avant de courir vers les escaliers, remontant alors pour retrouver le lycée. 

J'entendis Harry me courser après, je riais. J'en avais mal au ventre. Ce n'était pas la chose la plus hilare, on aurait cru à une enfant riant pour un simple "pipi, caca". Mais j'avais l'impression d'être sous extase. J'avais l'impression d'être ailleurs. Lorsque je me retournais, je ne vis personne. Je me tu dés cet instant.
Harry me suivait pourtant?
Je fronçais les sourcils, perplexe. Où était-il passé?

La réponse fut vite à ma portée puisque quand je me retournais une seconde fois je fus surprise de le voir face à moi. Un hoquet de surprise ainsi qu'un sursaut m'avaient échappés. Je le frappais à l'épaule.
- Tu m'as fait peur idiot! râlais-je ,la main posée contre mon torse, le coeur battant. Comment tu fais ça !?
Le jeune homme apportait son index à ses lèvres closes ,me faisant comprendre que c'était SON secret. J'esquisais un sourire désabusé.
- Avant de se mettre en route, on devrait se doucher et prendre nos affaires. En plus avec cette boue... Bon. annonçais je en zieutant nos habits et notre état surtout. Prems pour la douche! Dame d'abord. Prépare ce qu'il faut en attendant. Ca prendra pas longtemps.

Le garçon avait acquiescé d'un simple geste de la tête et avait tourné les talons pendant que moi je filais sous la douche. 
L'eau , certes froide, me faisait un bien fou. Je sentais mes muscles se décontractés et puis cette boue qui me démangeait disparaissait enfin. Je frottais comme une hacharnée sur ma peau et lavais au moins 3 fois mes cheveu pour tout enlever ,ou du moins le plus gros. Lorsque je ressortis des douches, je me sentais légère. Harry était déjà au bout du couloir, adossé contre le mur , une jambe repliée, le pied posé sur ces fondations qui faisaient tenir McCraw debout. Je me surpris à sourire faiblement en le voyant. J'avais l'impression de retournée plus de trois ans en arrière.
Cette complicité entre lui et moi.

Comme si il lisait dans mes pensées, le concerné tourna sa tête, dévoilant ses émeraudes vertes pétillantes et son sourire d'homme confiant. Ses fossettes étaient ce que j'aimais le plus je dois l'avouer.
Ce dernier s'approcha alors en se glissa dans les douches, tandis que je reprenais mes affaires. C'est-à-dire, pas grand chose.

Quelques minutes s'écoulèrent pendant que j'attendais Harry. Je piétinais en rond, impatiente de sortir de ce lycée. Tant ça  ne me dérangeais  pas d'aller au lycée ,ou pas beaucoup, mais là ,ce n'était plus possible, il fallait que je sorte. 
Je tambourinais la sangle de mon sac de mon index fredonnant un air de chanson de Michael Jackson. 

Lorsque je vis ,ENFIN, le garçon sortir de ce qui nous servait de salle de bain, je poussais un soupir, assise en tailleur au sol. 
- Quand même ! m'écriais je. J'ai cru que tu avais fais une crise cardiaque à l'intérieur! 
- Il faut du temps pour être "classe"  Mademoiselle.
rétorqua le jeune homme en passant une main dans ses cheveux humides. Pff, un vrai playboy. Je levais les yeux au ciel tout en me relevant et agrippant mes affaires au passage. 
- C'est bon? On peut y aller cette fois? Ou bien tu veux encore passer une nuit ici? demandais je. À l''intontation que je venais de prendre, ma phrase ne sonnait pas vraiment comme une question.
Harry me gratifia d'un geste de tête avant de me cotoyer lorsque je m'avançais ,rebroussant le chemin.  

Nous avancions silencieux. J'ignorais pourquoi, mais je me sentais mal à l'aise , j'évitais le jeune homme du regard. Mes prunelles brunes étaient rivées au sol. 

Lorsque nous éntrions enfin dans cette cave lugubre, nous nous déplacions vers notre sortie. Je me tournais alors enfin vers Harry ,sans pour autant lui adressé la parole.
Je propose de descendre avant. déclara alors celui-ci, ressentant mon malaise. Tu n'auras qu'à tenir mes affaires puis une fois en bas, tu me les passeras avec les tiennes ,puis ça sera à ton tour. me dit-il en cherchant mon regard de ses prunelles vertes, brillant dans ce noir. 
J'hochais la tête.
- Tu as les allumettes?
- Oui.
Prononçais je enfin. J'ai été en chercher d'autres au cas où.
Le jeune homme me sourit ,dans ce noir c'était difficile de distinguer son visage mais je voyais ce sourire.

Je pris le sac qu'il me tendait et le laissa passer devant. Je le suivais de près ,me stoppant devant ce trou. 
- Attends. le couppais je dans son élan.On a pas vu la profondeur.
- C'est vrai. avoua-t-il. Il m'agrippa la boite d'allumettes des mains et en alluma une. Aussitôt fait, il la balançais dans ce trou. Rapidmeent , le petit bois enflamé atterrisa au sol.
-Fais attention. Ne te casses pas la cheville quand même. dis-je ensuite. 

Harry s'assit au bord de ce trou, les pieds dans le vide. Il y jeta un coup d'oeil avant de s'élancer. Et je ne vis plus Harry pour plusieurs secondes. 
- Vas-y ! cria-t-il. Sa voix résonnait partout dans la pièce et dans l'égoux. j'en avais même sursauté. Je me penchais alors ,à mon tour, en tendant à bout de bras nos affaires. 
- Je les ai. À ton tour Stevens. Je te rattrape. me confirma le jeune homme.

Sans trop me hâter, je m'asseya à mon tour au bord  de ce trou et sauta aussitôt. Deux bras me rattrapèrent dans ma chute, atterissant alors comme une princesse dans les bras d'Harry qui me dévisageait, le visage ravi, ses yeux plantés dans les miens.

________________
Voilà! 
Alors oui, j'ai pas tenu promesse. :( Ne me frappez pas pitié. :'( J'avais oublié quelques détails que je devais faire hier du coup je suis rentré plus tard que prévu chez moi. Désouuulée mes lycéens ;)
Mais le chapitre ci n'a tout de même pas trop tardé hein? :) Alors vos impressions? Je dois dire que j'ai pris pas mal de plaisir pour écrire la scène où Harry chatouille Julia. Je ne sais pas vous mais d emon côté j'ai pas réussi à ne pas sourire x)
Merci de vos avis pour mes autres fictions, j'attends encore vos avis jusqu'à la fin de "Coincée au Lycée" ^^ 
Je vous remercie aussi de votre soutien, de vos commentaires , vos votes et surtout de votre fidélité. Nous avons dépassé les 13 milles vue! Dire que j'étais toute contente aux mille x)
Encore merci et n'hésitez pas de donner vos avis. ^^ 
Bisous.
-Epsilyne


Coincée au lycée.Lisez cette histoire GRATUITEMENT!