chap : 72

891 34 6

Louis lève les yeux au ciel ; je le regarde en haussant un sourcil.

— fizzy un peu de tenue, s'il te plaît, la gronde doucement maman tommo.

Bonsoir, mon chéri. Elle  embrasse louis sur la joue. Il lui sourit affectueusement et serre la main de son père. Nous nous dirigeons vers le salon.

Fizzy  me tient toujours par la main. La pièce est vaste, à la fois confortable et élégante, meublée avec un luxe discret en tons crème, marron et bleu clair.

Zayn et perrie sont enlacés sur le canapé, des flûtes de Champagne à la main.

Zayn se lève d'un bond pour me serrer dans ses bras, forçant fizzy à me lâcher.

— Salut, hazza, s'écrie-t-il avec un sourire radieux. Il adresse un petit signe de tête à louis.

— zayn, répond-il, tout aussi guindé. Perrie s'est levée pour me serrer dans ses bras à son tour. Qu'est-ce que c'est que ce débordement d'affection collectif à mon égard ? Ils se sont tous donné le mot, ou quoi ? C'en en presque gênant !

Quand louis me prend par la hanche pour m'attirer contre lui, c'est pire encore : tous les regards sont fixés sur nous. Je ne sais plus où me mettre.

— Vous voulez boire quelque chose ? nous propose M. Tomlinson en se ressaisissant. Un prosecco ?

— Volontiers. Louis et moi avons répondu la même chose en même temps, ce qui réjouit fizzy : elle applaudit.

— Je vais le chercher. Elle s'élance hors du salon. Je vire à l'écarlate en songeant qu'en réalité, si louis m'a convié à cette réunion de famille, c'est uniquement parce que zayn est là. Mais si perrie l'a invitée librement, louis a été en quelque sorte pris au piège, car il savait que ses parents apprendraient mon existence par zayn . Cette idée me déprime. Ma conscience hoche la tête, avec l'air de me dire « tu as mis le temps à comprendre, pauvre tarte ».

— Le dîner va bientôt être servi, annonce madame Tomlinson en sortant du salon à son tour. Louis fronce les sourcils en me regardant.

— Assieds-toi, m'ordonne-t-il en me désignant le canapé. J'obéis en prenant soin de croiser mes jambes. Il s'assoit à côté de moi sans me toucher.

— Nous parlions de nos projets de vacances, harry, m'explique gentiment M. Tomlinson. Perrie a décidé d'accompagner zayn et niall aux Bermudes. Je jette un coup d'œil à zayn, qui sourit béatement.

Un peu de dignité, zayn !

— Et vous, harry, quels sont vos projets pour cet été ? me demande M. Tomlinson.

— Je pensais passer quelques jours à Savannah. Et merde. Je n'avais pas encore annoncé la nouvelle à louis. Il me regarde, médusé :

— À Savannah ?

— Ma mère vit là-bas, et je ne l'ai pas vue depuis un bon moment.

— Tu pensais partir quand ?

— Demain en fin de journée.

Fizzy rentre au salon d'un pas nonchalant, et nous tend des flûtes remplies de prosecco rosé. M. Tomlinson lève son verre :

— À votre santé !

— Pour combien de temps ? poursuit louis. Sa voix est d'une douceur trompeuse. Merde... il est furieux.

— Je ne sais pas encore. Tout dépend de mes entretiens de stage. Il serre la mâchoire. Je sens que zayn va s'en mêler... Il lui sourit avec une amabilité exagéré , mais sa voix est cassante :

fifty shades of tomlinsonLisez cette histoire GRATUITEMENT !