Chapitre 4 : retrouvailles

681 66 166
                                    

°°°

Loan sent une paire d'yeux le fixer avec sévérité. Il n'ose pas tourner la tête, sachant qu'il va croiser le regard sombre d'Erine qui exprimera à la fois de la déception, une haute trahison et une foule de questionnements.

Un sourire amusé se dessine sur ses lèvres alors qu'il imagine une caricature de la tête de son amie à cet instant. Il essaye de réprimer le rire qui s'ensuit alors qu'il écoute son parrain lui narrer quelques anecdotes de son dernier voyage. Le capitaine Malcombe, de retour sur Orfey depuis trois jours et Laorelon depuis la veille au soir, a déjà revêtu sa tenue de professeur. L'homme est nonchalamment appuyé contre le chambranle de sa salle de classe d'où sortent de jeunes élèves, tentant sûrement lui aussi de ne pas porter attention au regard accusateur d'Erine.

Loan sait que bien qu'elle connaisse les liens qui l'unissent à Malcombe, Erine n'a jamais bien toléré de les voir ensemble. Aussi, le jeune homme a depuis longtemps pris l'habitude de visiter son parrain loin des couloirs de l'école. Mais une discussion après plus de six mois de séparation vaut bien de faire une entorse à cette règle. Proche de sa famille lors de la naissance de Loan, Malcombe a été désigné parrain du bébé et s'est toujours montré digne de ce titre. Du moins, c'est ce qu'estime Loan qui l'aime comme un père.

Loan s'autorise à respirer quand enfin il ne perçoit plus les petits yeux marrons d'Erine. Sehan a sûrement réussi à l'attirer dans une autre direction. Mais après tout, même si elle avait marché jusqu'à leur niveau, qu'aurait-elle fait à part leur passer à côté en soufflant ?

Quand finalement le dernier des élèves quitte la salle, Malcombe referme la porte et entraîne son filleul vers la sortie. Le soleil s'infiltre par une ouverture non loin, montrant le chemin vers un petit balcon. Une fois dehors, sur ce mince espace où on ne tient pas à plus de quatre ou cinq, Loan inspire grandement. L'air est vif et frais ce matin, revigorant. Le jeune homme s'assied sur la rambarde du balcon, le vide dans le dos et n'hésite pas à se balancer sous le regard soucieux du Capitaine. Ce dernier hoche la tête avec une mine hautement réprobatrice. Cependant, Loan sait qu'il ne se permettra aucune remarque, alors qu'il exécutait des tours tout aussi dangereux au même âge.

Loan n'a jamais oublié la fois où il a raconté s'être jeté du haut de la verrière du hall un jour de grand vent alors qu'il était en dixième année. Une stupide idée de son colocataire qui désirait voir si leur contrôle de l'air leur permettait de voler. Le dit-ami, contrôleur absolu, s'était finalement posé sans trop mal aux pieds du bâtiment après avoir plané quelques secondes, alors que Jahnathan Malcombe lui, s'en était tiré avec un bras et deux côtes cassées.

Loan regarde en bas. Le balcon est au troisième étage et le jeune homme estime la hauteur pas si terrifiante que ça. En effet, celle du haut de la verrière est plus impressionnante. Evidemment, après avoir écouté cette histoire, Loan, accompagné d'Aven son meilleur ami, n'avait pas résisté à l'envie d'aller faire la même bêtise. Fort heureusement, personne ne les avait vus et étant tous les deux des absolus avec une maîtrise déjà presque parfaite de leurs dons à cette époque ; ils ne s'étaient pas blessés. Seulement quelques bleus passés inaperçus. Loan ne s'est jamais vanté de cet exploit auprès de son parrain de peur qu'il ne le gronde comme un enfant. Peut-être le lui ressortira-t-il dans quelques années, après son diplôme et sa majorité à vingt et un ans.

— Alors professeur, ce premier cours ? finit par demander Loan.

— Facile ! n'hésite pas une seconde Malcombe. Une classe de petits, enfin petits, ils ont dix ans. Il est encore facile de les fasciner avec un rien, quelques récits héroïques et l'attention est captée.

Le Cristal Pur ~ Tome 1 ~ TERMINÉOù les histoires vivent. Découvrez maintenant