24 : Fusion

325 35 9
                                    

/!\/!\/!\/!\/!\ Pour les plus jeunes : scène d'amour plutôt soft mais néanmoins explicite, vous ne raterez pas grand chose en faisant défiler le texte jusqu'à des #. Après quoi vous pourrez reprendre votre lecture.

   Nous nous retrouvons devant ma tente et moi qui jusque-là étais confiante, j'émets un temps d'arrêt à l'entrée. Suis-je sûre de sauter le pas avec lui ? Partira-t-il une fois avoir obtenu mon corps ? Plaquant son torse contre mon dos, il dépose avec sa bouche un baiser sensuel dans mon cou, et de sa main caressante il effleure mon ventre. Il balaie ainsi tous mes doutes, mon envie pour lui l'emportant sur mes dernières appréhensions.

Rapidement, nous nous retrouvons dans la tente, complètement nus, à nous caresser, à nous embrasser, à nous étreindre. C'est bon, si bon de sentir ses lèvres parcourir la moindre parcelle de ma peau, déposant ainsi de petites touches d'humidité qui me font frissonner. C'est délicat, si délicat de sentir ses mains caresser mes seins et titiller mes tétons qui roulent entre ses doigts. C'est parfait, tellement parfait de sentir sa peau chaude tout contre moi, de sentir son corps et ses cheveux imprégnés de l'odeur de sapin et de pain grillé. C'est aussi tellement humain, ce que nous vivons à travers ce moment charnel. C'est un moment sain, fort et honnête que nous partageons tous les deux et durant lequel toutes les barrières tombent, toutes nos peurs s'effondrent. J'ai juste envie d'être avec lui, et il a juste envie d'être avec moi, je le sens à sa façon de me serrer puissamment entre ses bras alors que ses coups de reins s'accélèrent. Et moi, je m'abandonne à cette étreinte, j'enroule mes bras autour de son cou pour l'avoir au plus près de moi, et ainsi sentir les frissons qui le traversent lorsque je parsème la peau de son cou de légers baisers. Et il fait attention à moi, je le sens au plus profond de moi, surtout lorsque je le vois me jeter de brefs coups d'œil qui s'enquièrent rapidement de mon état et de la façon dont je vis cette fusion entre nos corps. À cet instant, j'en suis sûre, je l'aime de tout mon cœur, je l'aime de toute mon âme, je l'aime de tout mon corps. Je l'ai dans la peau, et je n'arriverai pas à l'en déloger. Si seulement cela pouvait ne jamais s'arrêter. Et seuls nos souffles rauques et alourdis ainsi que le bruit de nos corps qui rentrent en contact l'un avec l'autre transpercent le calme qui rôde autour de nous. Aucun de nous ne gémit, parce que chacun de nous se contrôle pour ne pas se trahir aux yeux des autres. Rester discret, c'est le mot d'ordre de cette soirée, de cette nuit. L'atmosphère, elle, s'emplit d'une fragrance sauvage et sexuelle, et d'une douce odeur, fruit de nos parfums entremêlés. Les yeux fermés, je sens sa bouche effleurer mes lèvres lors de ses va-et-viens, je sens son souffle profond et chaud caresser ma peau, je sens ses doigts s'agripper fermement à mes hanches pour me maintenir correctement sous lui. Et alors que j'entrouvre mes yeux, j'ai l'impression pendant un court instant de me détacher de mon corps, de ne plus rien sentir, et cela juste le temps de croiser son regard clair qui me transperce. Ce sont des yeux perdus dans l'abandon et qui brillent presque de détresse auxquels je m'accroche. J'aperçois dans ses iris nacrés l'ultime lueur qui précède la perdition. Mais je me laisse aller avant lui. Il plaque sa main contre ma bouche tandis qu'un long gémissement s'étouffe dans ma gorge. Mes membres tremblent, mes poils se hérissent, et des ondes de plaisir intense me traversent pour m'emmener vers les étoiles. Je les vois de si près que je voudrais m'en approcher encore davantage. Mais je ne pourrai pas, car après quelques coups de reins supplémentaires, c'est à Nikola de s'abandonner. Un bruit sourd naît dans sa gorge tandis que l'entièreté de son corps se crispe pour l'empêcher de lâcher un râle de contentement. Sa main posée à côté de mon visage se contracte en un poing serré, et les muscles de sa mâchoire durcissent pour ne rien laisser échapper. Tandis que j'admire sa maîtrise de soi, il se laisse retomber sur moi, en moi, partout autour de moi. Comme j'aime sentir son corps chaud et transpirant peser sur le mien ; car quelque part, cela signifie qu'il se repose sur moi, et j'aime qu'il le fasse. Il finit par rouler sur le côté, et retire son préservatif qu'il pose dans un coin éloigné de la tente. Puis il revient près de moi, se couche sur le côté tandis que je suis allongée sur le dos, toujours en train de récupérer mon souffle.

Tome 1 : Le Reflet de l'HiverOù les histoires vivent. Découvrez maintenant