Pourquoi te battre pour elle si son cœur ne bat plus à cause de toi ?

Après l'évènement du matin, j'avais rapidement aidé Evans à se diriger vers l'infirmerie avant de m'éclipser discrètement dans une des cabines de toilette de l'école. Je m'assis sur le bol et rentrais désespérément ma tête dans le creux de mes mains. Je me détestais tellement ! Cela fait un an que Romane est morte, mais son frère me fait revivre le moment chaque journée de ma pitoyable vie.

- Tu as vu ? Elle ne cherche qu'à avoir de l'attention, c'est claire, entendis-je à travers la paroi de la cabine

- Oui, c'est ce qu'elle a toujours voulu d'ailleurs. Romane faisait exactement la même chose. Elle feignait l'innocente petite fille pour que tous les gars la trouvent mignonne. Ce n'est pas pour rien que ces deux-là ont été amies. Si Romane n'avait pas un frère aussi beau et populaire que Nolan, personne ne se souviendrait d'elle maintenant, rit doucement une seconde voix

Mon sang fit un bond complet dans tous mon corps, mes mains se pétrirent complètement et mon visage se crispa. Que l'on m'humilie, j'encaissais, mais que l'on parle de cette manière de ma défunte meilleure amie me rendait hors de moi. Je tentais de ne pas atteindre le paroxysme, mais ma patience était malheureusement pour ces filles à bout. Je sortis de mon refuge en claquant violemment la porte et eus le temps d'entrevoir les réactions confuses des deux blondes devant moi.

- Écoutez-moi bien, petites écervelées. Romane était beaucoup trop pudique et spectaculaire pour que vous la rabaissiez à votre niveau. Je comprends que votre jalousie vous engourdie votre faux nez, mais vous n'avez aucun droit légal de calomnier de cette manière sur une personne morte ! ELLE EST MORTE, BON SANG ! , criais-je en frappant violemment le miroir de la salle de bain avec mon poing.

Les deux filles s'enfuirent sans demander leur reste et je retirais ma main ensanglanté de l'emprise des verres brisés. Autant que la douleur physique me taraudait, autant ce défoulement me faisait du bien moralement. J'enveloppais ma main dans du papier brun et partis me préparer pour la prochaine étape de la journée : cours de mathématique. Je sortis de la toilette, gémissant légèrement à cause de la douleur et c'est à ce moment que je l'aperçus. Il était accoté sur le mur près de la porte par laquelle je venais de sortir, le visage sans émotion et les yeux perdus dans le néant. Je décidais d'utiliser mon plan de sauvetage depuis maintenant un an et d'aller droit vers l'avant en faisant comme si je ne l'avais pas vus.

- Qui es-tu réellement ? , demanda-t-il alors me surprenant

J'arrêtais de marcher et restais dos à lui, comme si j'étais atteint d'une ankylose soudaine.

- Une personne qui abandonne sa meilleure amie, qui cause sa mort... Une meurtrière. Alors pourquoi tu la défends ? L'aimais-tu réellement ? À quoi tu joues ? , demanda-t-il toujours d'une voix neutre, mais confuse

Mes sourcils se froncèrent et plus déterminée que jamais, je continuais mon chemin sans broncher. Mais il se décolla du mur et m'agrippa alors violement le poignet, me forçant à me retourner.

- Deviens mon esclave pendant un mois, dit-il alors directement

Si je ne savais pas les conséquences interminables que cela pourrait déchainer, j'aurais éclaté d'un rire si profond et grisant que cela aurait alerté tous les élèves de cette école. Je plongeai mon regard dans ses yeux si envoûtant, attendant qu'il m'explique avec détail son délire.

- Nolan... que veux-tu, sérieusement ?, demandais-je lorsque je fus certaine que je n'aurais droit à aucune explication

Son regard descendit vers mon poignet libre et il retira doucement le papier pour voir ma chair ensanglanté.

Cicatrisés par l'amourLisez cette histoire GRATUITEMENT !