chap : 69

777 36 9

Zayn secoue la tête, désapprobateur.

— Il n'aurait pas pu signer « louis » ? Et ce ballon en forme d'hélico, c'est quoi ?

— Charlie Tango.

— Pardon ?

— louis m'a emmenée à Seattle en hélico. Je hausse les épaules. Zayn me fixe des yeux, ébahis. J'avoue que j'adore ces moments où je coupe le sifflet à zayn le beau goss - ils sont si rares. Je me permets le luxe de savourer celui-ci un instant avant d'ajouter : — Eh oui, il a un hélico, qu'il pilote lui-même.

— Ça ne m'étonne pas de lui, cet enfoiré de milliardaire. Mais pourquoi tu ne me l'as pas dit ?zayn m'adresse un regard accusateur, mais il sourit tout en secouant la tête.

— Ça m'est sorti de l'esprit. J'ai eu beaucoup de soucis dernièrement.

Il fronce les sourcils.

— Ça va aller, pendant que je serai aux Bermudes ?

Je le rassure :

— Bien entendu.. Nouvelle ville, nouveau boulot... nouvel amoureux cinglé.

— Tu as donné notre adresse à louis ?

— Non, mais le harcèlement est l'une de ses spécialités, dis-je comme si c'était normal. Le froncement de sourcils dezayn s'accentue.

— Ça non plus, ça ne m'étonne pas de lui. Je te l'ai déjà dit, j'ai l'impression que ce mec a un truc pas net. Enfin, au moins, il ne s'est pas moqué de nous avec son Bollinger. En plus, il est frappé.

Évidemment. Il n'y a que Louis pour faire livrer du Champagne frappé - ou pour demander à son assistante de le faire... ou alors, c'est Taylor.

Nous l'ouvrons immédiatement et retrouvons nos tasses à thé - les derniers articles que nous ayons emballés. Bollinger Grande Année Rosé 1999 : une très bonne année. Je souris à zayn et nous entrechoquons nos tasses.

Je m'éveil par un dimanche matin gris, après une nuit de sommeil étonnamment réparatrice, et je reste dans mon lit à contempler mes cartons. Tu devrais être en train de les déballer, me harcèle ma conscience en pinçant les lèvres. Non... aujourd'hui, c'est le grand jour. Ma déesse intérieure trépigne en sautant d'un pied sur l'autre. J'ai l'impression qu'un gros nuage de tempête tropicale s'amasse au-dessus de ma tête. Une tension douloureuse, charnelle, hypnotique, m'envahit tandis que j'essaie d'imaginer ce qu'il va me faire... et bien entendu, il faut que je signe ce maudit contrat -mais le faut-il vraiment ? J'entends le « ping » d'un mail.

De : Louis Tomlinson

Objet : Ma vie en numéros

Date : 29 mai 2011 08:04

À : Harry styles

Si tu viens en voiture, voici le code d'accès au parking souterrain de l'Escala : 146963. Gare-toi dans l'aire de stationnement n° 5, elle est à moi. Code ascenseur : 1880.

De : Harry styles

Objet : Une très bonne année Date : 29 mai 2011 08:08

À : Louis Tomlinson

Oui, monsieur. Compris. Merci pour le champagne et pour le ballon Charlie Tango, qui est maintenant attaché au pied de mon lit.

De : Louis Tomlinson

Objet : Ma vie en numéros

Date : 29 mai 2011 08:11

A : harry styles

fifty shades of tomlinsonLisez cette histoire GRATUITEMENT !