♠ Chapitre 15-

4.8K 238 10

Hellow! Alors, avant de lire ce chapitre, je mets ma note d'auteure ici pour être sûre qu'on la lise. ;3
J'ai reçu quelques messages de certain(e)s lecteurs /lectrices qui me donnaient quelques idées de surnoms pour ceux qui me suivent ,alors j'ai pensé à avoir toutes vos propositions ;) N'hésitez pas à commentez ou m'envoyer un message avec vos idées. Je les posteraient dans la suite de l'histoire pour que vous votiez.Bonnelecture !
______________

Je peinais à ouvrir mes yeux, les paupières collées l'une contre l'autre. J'avais dormi toute la journée, ou presque, et j'étais encore las.
Plus on ne fait rien,plus on est épuisé.
C'est étrange comme phrase.

Quand mes yeux s'ouvrirent enfin, je n'ai pas été éblouie par la lumière du jour, par le ciel lumineux ni par le soleil brûlant. Il faisait noir, nous étions en pleine nuit.
Je tournais légèrement la tête de gauche à droite pour dénoué mon cou et m'étendis un peu pour réveiller mon corps.
J'avais d'ailleurs bien besoin de m'étirer ,je sentais de faible craquement s'émettre. Dormir dans une petite chaise rembourée, recroquevillé sur soi-même, ce n'était pas un séjour au spa pour le corps.

Quand mes bras retombèrent lourdement, j'avais l'impression qu'ils étaient faibles ,lourds et impossibles à soulever. Je regardais enfin autour de moi ,me rappelant où j'étais.
Mes prunelles se tournaient vers la fenêtre sur laquelle je m'adossais. L'orage n'était plus là mais la pluie, elle, sonnait bien présente.
Je voyais les routes s'inonder,les égouts commençaient à saturer et le peu de voiture que je pouvais voir, s'aventurant à une heure pareille et par un temps pareil sur les routes,  peinaient sûrement à voir quelque chose, laissant de longues traînées d'eau les suivre.

Je détournais le regard. À quoi bon déprimer encore plus avec ce temps.
Mes yeux se posèrent sur une silhouette.
Harry.
Mon cerveau se réveillait.

Harry était venu me rassurer tout à l'heure. Je m'étais endormie dans ses bras... Ces mots grinçaient dans ma tête.
Il avait donc changé de place puisque ,désormais, il était assis dans une chaise identique à la mienne, en face de moi.
Le jeune homme était éclairé faiblement par les lumières émmanant des lampadaires allumés plus loin dans la rue.
Son coude était posé contre l'accoudoir ,sa tête posée sur son poing. Son bras glissait,emportant sa tête avec à chaque fois, et à chaque fois, il reposait son coude correctement pour qu'il soit soutenu quelques secondes.
Je souriais.
Même endormi, notre cerveau réclamait confort.

Mes derniers souvenirs émergèrent dans ma tête. Cette sensation de bien être qui m'avait submergée lorsque j'avais trouvé réconfort dans le creux des bras du garçon... Ça avait été une étrange journée...

Je n'avais plus une once de fatigue dans mes yeux, dans mon corps. J'étais bel et bien réveillée cette fois et je ne pouvais pas rester les bras croisés encore . 

Alors que je me relevais à mon aise, je sentis quelque chose glisser. Sans me demander de quoi il s'agissait, je rattrapa l'objet de mes mains avant de le soulever doucement,plissant les yeux pour tenter de voir de quoi il est question.
C'est donc le petit livret que je venais de rattraper.
Je l'avais surement glissé sur le côté plus tôt,au cas où Harry aurait surgit de nulle part. Et j'avais bien fait puisque je m'étais endormie et qu'il avait bien surgit de nulle part.

Mes épaules s'affaissèrent.
Je ne savais pas quoi en faire. J'avais lu une bonne partie de ce carnet qui parlait de meurtres mais de ce que j'ai pu comprendre, les personnes n'avaient pas le choix. Ils l'ont fait pour le bien d'autres.
Je les plaignais à vrai dire. La manière dont ils confient ces actes, ils ont eux même l'air révolté ,indignés de ce qu'ils doivent faire. Mais ils le font.

Coincée au lycée.Lisez cette histoire GRATUITEMENT !