Chapitre 46 - James

31 7 3
                                    

Pendant le TP de sciences, la prof ne nous a pas laissé le choix et a tiré au sort les binômes. J'ai espéré être avec Anna, mais je me suis retrouvé avec Ayden. Ce qui ne me déplaît pas, c'est vrai. Par contre, ce qui me plaît beaucoup moins c'est la manière dont Austin reluque Anna. Elle a été tirée au sort juste après le nom d'Austin et j'avoue avoir été déçu. Ce n'est en rien de sa faute, bien sûr. Mais la voir avec quelqu'un d'autre, ça me fait quelque chose. J'essaie de me dire que c'est pour les cours, qu'elle ne l'a pas choisi. Mais ça n'enlève en rien le sentiment qui grandit en moi, plus je les regarde et plus mon agacement se fait ressentir.

Ayden me rappelle à l'ordre en me demandant de me concentrer sur notre TP, mais je n'y arrive pas. C'est plus fort que moi. Voir Anna rire aux blagues de cet Austin me fait un pincement au cœur. Je n'arrête pas de me répéter qu'elle est avec moi et qu'elle ne va pas partir avec lui dans l'heure qui suit.

Tout va bien.

Oui, tout va bien. Concentre-toi.

Je n'arrive pas à me calmer et Ayden le ressent. On échange nos places, afin que je n'aie plus leur groupe dans mon champ de vision et je me concentre sur nos travaux.

Je ne peux m'empêcher de réaliser que le sentiment que j'éprouve n'est rien d'autre que de la jalousie. Je déteste ça. Je me déteste de ressentir ça, à cet instant. Je fais confiance à Anna, là n'est pas la question. Celui en qui je n'ai aucune confiance c'est en cet Austin. Je ne le connais pas, et je me doute que lorsqu'il pose les yeux sur Anna il ne pense pas juste à son intelligence.

Je m'énerve moi-même à avoir ce genre de pensées. Mon meilleur ami me sort pour la énième fois de mes rêveries et je décide de m'activer sur nos exercices pour rendre le devoir dans les temps. Je m'excuse auprès d'Ayden et il se moque de moi parce qu'il a très bien compris ce que je ressentais.

À la fin des deux heures, je m'empresse de retrouver Anna et lorsqu'elle m'embrasse discrètement, ma jalousie s'envole d'un coup. Le soulagement doit se sentir puisqu'elle me demande si je vais bien, je lui réponds que oui. Je ne veux pas qu'elle sache que j'ai passé deux heures à ruminer dans mon coin, même si je suis certain qu'Ayden se fera une joie de lui raconter.


***


Je claque la porte, heureux d'avoir enfin terminé cette journée. Le lycée n'est définitivement pas un endroit où j'aimerais passer toute ma vie. Anna est rentrée chez elle parce que sa mère le lui a demandé par message, sinon elle serait venue chez moi, nous aurions passé la soirée à regarder des films, à manger des pop corn et à s'embrasser. Malheureusement, les plans de ma soirée sont chamboulés. Je décide alors que je vais me mettre au piano, plus sérieusement. J'entends des bruits provenant de la chambre du bas, je m'approche.

Oh.

Merde.

Des gémissements et des souffles saccadés. C'est sans aucun doute Sophia qui a rencontré quelqu'un. Elle ne devait pas se souvenir que je rentrais ce soir. Ou bien elle n'a pas vu l'heure. J'opte pour la deuxième option, m'éloigne à toute vitesse dans la cuisine pour manger quelque chose avant de me poser au piano. J'emmène aussi mon carnet, on ne sait jamais peut-être que des paroles me viendront avec la musique.

J'ouvre la véranda, afin de profiter de la chaleur extérieure et je commence ensuite à jouer du piano. Mes souvenirs reviennent comme un refrain dans ma tête mais je passe au-dessus, je veux désormais m'en créer de nouveaux avec ce piano. Je veux pouvoir en jouer chaque jour, jusqu'à ce que ça fasse moins mal.


Soudain, Sophia entre en trombe dans la pièce, vêtue d'une légère robe, légèrement transparente aussi. Je ne fais aucune remarque mais elle me regarde comme si elle attendait que je dise quelque chose. Elle prend un air innocent et me demande :

– Tu... tu es rentré tôt aujourd'hui ?

– Chérie, y'a plus de café ? j'entends au loin.

Attendez, stop.

Depuis quand un homme appelle Sophia « chérie », puis depuis quand on boit du café à dix-huit heures ? Et pour finir, merde depuis quand ma tante s'envoie en l'air dans ma maison ?

OK, elle est accessoirement aussi sa maison, mais quand même !

Elle enroule ses cheveux autour de ses doigts et elle m'apparaît sous un autre jour. J'ai l'impression de redécouvrir ma tante. Elle sourit, d'un sourire gêné et s'approche de moi :

– Tu nous as entendu, j'imagine.

Ses joues sont rouges, son regard se fait fuyant et je ne peux m'empêcher de rire tellement cette situation est gênante autant pour elle que pour moi.

– Entendu quoi ? Je demande pour essayer de lui faire comprendre que je ne dirai rien du tout.

– Oh rien... Euh, Jay ? J'ai quelqu'un à te présenter et euh...

Elle ne finit pas sa phrase et l'homme en question arrive derrière elle, lui déposant un baiser sur l'épaule. Il n'est vêtu que d'un short et il s'arrête net de parler lorsqu'il m'aperçoit.

Sophia se retourne et nous regarde l'un après l'autre, je peux sentir sa gêne mais elle y fait face malgré tout.

– James, je te présente Lyam, dit-elle peu sûre d'elle.

Je ne sais pas comment réagir, elle a le droit d'être heureuse bien entendu, elle a le droit de se trouver quelqu'un. Mais malgré tout, une partie de moi me dit qu'elle va faire sa vie et me laisser à nouveau. Je ne suis pas prêt à vivre seul, je ne veux pas qu'elle m'abandonne encore une fois, mais je me doute que cela va arriver un jour ou l'autre. Je décide alors de la jouer cool et de ne pas faire d'histoire. Elle mérite le bonheur, comme Anna me le procure.

Les présentations faites, ma tante nous propose de commander à manger pour passer la soirée tous les trois. J'apprends alors qu'ils se sont rencontrés il y a quelques mois mais que ça ne fait qu'un mois qu'ils se fréquentent. Elle appréhendait à l'idée que je l'apprenne, mais au final je suis heureux de le savoir maintenant, au lieu qu'elle me le cache encore pendant des mois.

La soirée se passe bien, j'échange quelques messages avec Anna mais elle semble occupée à regarder une série avec son père et je la laisse profiter de ce moment qui est précieux pour elle.

Lyam a l'air d'être quelqu'un de bien, il travaille dans la vente automobile, c'est un grand passionné de voitures. J'apprends un peu à le connaître et je sens que ça compte pour Sophia. Elle me regarde d'un air reconnaissant et me remercie silencieusement.

Le copain de ma tante reste dormir à la maison, non sans m'avoir demandé si j'étais d'accord. J'apprécie le fait que ma tante fasse les choses bien, et encore plus le fait que Lyam soit aussi soucieux de se faire accepter.

Ils sont beaux tous les deux et je peux percevoir qu'ils s'apprécient réellement. J'aime voir Sophia heureuse et insouciante dans ses bras.

On n'oublie pas [Publié en auto-édition]Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant