28

2K 339 2
                                    



- hum...et quoi d'autre ?

- et encore du chocolat mon cher !

- haha...espèce de grosse bouffeuse, ton amour pour le chocolat ne diminuera jamais Sada !

- Bien sure ! Au contraire ça va augmenter d'années en années ! Habib je ne rigole pas hein, je veux tout ce que je t'ai demandé.

- Tu auras tout in sha Allah baby. Ne t'inquiète pas, de toute façon toi, tes désires sont des ordres.

- Il y a intérêt !

Il eut un petit blanc avant qu'il ne me dise

- Je te retrouve petit à petit.

- hum...euh..Quand j'étais arrivée j'étais un peu dépaysée et puis voilà je sais que j'ai été peut être un peu renfermée avec toi ou froide enfin je ne sais pas, tu vois ce que je veux dire. Je m'excuse, j'étais à mes débuts encore une fois.

- Tu n'as pas besoin de t'excuser, je te comprend. Ça faisait des années qu'on a pas autant discuté et rigolé. Ça me rappelle le bon vieux temps, quand on était encore jeunes et insouciants.

- Oui je suis d'accord avec toi. En vrai de vrai on était bien Habib ! Peut être que si les choses s'étaient passées autrement, on aurait réalisé les innombrables rêves qu'on avait.

- j'ai toujours les miens Sada. Et je compte tout faire pour les réaliser in sha Allah. Et puis ouais, on déchirait et tout, vu comment t'étais folle de moi !

- mdrrr... moi ? Arrête de mentir s'il te plaît, tu oublies que c'est toi qui m'a avoué tes sentiments en premier.

- je ne dis pas le contraire, mais tu oublies aussi que ces sentiments ont d'abord naquit chez toi à mon égard, et ça c'est ce qui compte.

- mdrr... Tu mens ! Je t'aime bien mais là, je dois faire mes bagages, je prends l'avion dans quelques heures.

- bien sure, fais moi signe une fois bien installée à Istanbul. In sha Allah tu atteindras le but de ton voyage. Bisous bye !

- In sha Allah, bisous, bye bye !

Je raccroche en soufflant, Habib et moi on a passé 3h 37 min au téléphone ! J'avoue que depuis qu'il est parti lui et moi on se parle pratiquement tous les jours. On passe des heures à discuter ou débattre et rigoler en appels. Et oui ça m'a beaucoup aidé a commencer à retrouver la confiance que j'avais en lui. J'aime bien la relation que nous partageons actuellement car il ne me parle plus vraiment de vouloir se mettre avec moi, je veux dire il ne me met aucune pression et ça j'apprécie beaucoup.
Bref, le fait est que je bouge dans un moment et je n'ai même pas fais ma valise. De toute évidence je ne resterai que pour dix jours donc j'ai juste pris le strict nécessaire...

Djena

- Non Izak. Qu'est-ce que je vais dire à Sada ? Izak ta femme était là devant moi complètement dévastée voulant te récupérer. Trop c'est trop, la culpabilité finira par me tuer. Je ne peux pas !!

- Donc tu peux arrêter tout ce qu'on a construit depuis le début ?! Laisse moi te dire que c'est hors de question dje...

- TU NE COMPRENDS PAS PUTAIN ! J'AI GÂCHÉ SON FOYER.

- Tu cries encore une fois je t'en colle une. Je suis aussi fou que toi, et je suis calme mais pas con. Je t'aime et je te supporte très bien, mais je sais aussi très bien comment gérer ton tempérament de malade de première. Tu vas tout de suite te calmer.

Waaaa ? C'est Izak ça ? Eywa je ferai mieux de l'écouter.

- oui, pas la peine de me regarder comme ça. C'est bien moi et tu as très bien compris, c'est bien ce que j'ai dis. Et puis si tu crois rêver aussi sache que ce n'est pas le cas.

Braise de feuOù les histoires vivent. Découvrez maintenant