9.2 : Qui suis-je réellement ?

474 49 12
                                    

En média : puma en haut et lynx en bas !

   Une vingtaine de minutes plus tard, nous sommes dehors, presque prêts à débuter l'entraînement. On nous a une fois de plus dotés de peignoirs pour ne pas abîmer nos vêtements lors de la transformation : tous les novices sont donc en peignoirs blancs, grelotant dans le froid de l'extérieur. C'est criminel, me dis-je, de sans cesse nous mettre dehors par un temps aussi froid et mauvais. On aurait au moins pu nous laisser attendre à l'intérieur, le temps que Dumbledore et quatre autres personnes nous répartissent en cinq groupes en fonction de nos tatouages. Je resserre un peu plus les pans de mon peignoir autour de moi. Je sais qu'il existe plus de cinq groupes d'animaux, plus ou moins remplis, mais notre groupe n'explore pas tous ceux possibles. C'est assez logique. Je soupire et passe ma main sur mon visage.

   Depuis mon interrogatoire, je suis restée silencieuse. Mila l'a bien remarqué, et après qu'elle m'a jeté un regard interrogateur, je lui ai fait comprendre silencieusement que je souhaitais réfléchir seule. Mila est donc en train de poursuivre sa conversation avec Ariane et Rose.
En attendant, je repense à mes parents, que je n'ai jamais connu et jamais vu, mis à part le jour de ma naissance. Lorsque j'étais plus jeune, quand j'étais curieuse de savoir qui étaient vraiment mes parents, Amina m'a montrée beaucoup de photos d'eux. Ce sujet m'a attristée durant mon enfance, surtout le fait de savoir, aux dernières nouvelles, mon père en vie. Que faisait-il ? Qu'attendait-il pour venir me voir ? Au fur et à mesure que les années se sont écoulées, j'ai fini par me désintéresser de lui, gardant bizarrement un lien plus étroit avec ma mère, morte en couches. Elle était morte, et je n'y pouvais rien ; et elle non plus, à l'époque. Mon père, quant à lui, avait fait le choix de me laisser de son plein gré, et le poursuivait jusqu'à ce jour. Depuis combien de temps n'avais-je pas pensé à lui ? A elle ? Peut-être des années. Mais à présent que je pénètre dans un autre univers, leur nom refait surface et suscite une réaction étrange chez les Incarnations : se connaissaient-ils ? Le mystère reste entier et je ne demande qu'à l'éclaircir.

   Dumbledore me tire de mes pensées en nous appelant, Yohann et moi. Je me dirige vers lui en adressant un signe de la main à Mila, qui rejoint le groupe des animaux ailés. L'homme à la barbe blanche nous entraîne à travers la forêt dans une direction différente de chacun des groupes. Très vite, le chalet disparaît au profit de troncs tristes et sans vie. Au bout d'une dizaine de minutes silencieuses, Dumbledore s'arrête brusquement avant de se pencher. Étonnée, je demeure perplexe quant à ce qu'il est en train d'entreprendre. Yohann, tout aussi surpris que moi, me jette un regard déconcerté. Dumbledore ouvre alors une trappe en métal et, sans un mot, s'empresse de pénétrer à l'intérieur en descendant une échelle, elle aussi en métal. Lorsque sa tête disparaît, Yohann et moi nous penchons pour le voir pénétrer dans ce qui nous apparaît être de haut une salle chaudement éclairée, comme si le soleil pouvait y entrer. Yohann descend à la suite du vieux bonhomme après un instant d'hésitation et je m'empresse de l'imiter.

— Adéliane, crie Dumbledore, il faut que tu fermes la trappe : tire la vers toi.

   Je m'exécute puis descends l'échelle. Quand je sors du boyau, toujours sur l'échelle, je reste stupéfaite d'admiration. Cette espèce de bunker souterrain est en fait un gigantesque gymnase d'au moins cinq mètres de hauteur et d'au moins trente mètres de longueur et vingt mètres de largeur. Partout s'étendent des répliques d'arbres, de branches, de falaises plus ou moins abruptes, et je repère deux félins en train de bondir à travers l'espace, si vite que j'ai du mal à les discerner. Un sable fin recouvre le sol, reflétant le fort éclairage du plafond en nuances de beige et de jaune.

— Adéliane ! Tu finis de descendre ? m'appelle Yohann, se moquant sûrement de ma mine émerveillée.

Je finis de descendre les cinq mètres me séparant du sol et atterris aux côtés de Dumbledore et de Yohann.

Tome 1 : Le Reflet de l'HiverOù les histoires vivent. Découvrez maintenant