9.1 : Qui suis-je réellement ?

426 48 2
                                    

   Note : j'aimerais beaucoup que vous laissiez des commentaires ! Ça motive énormément et ça me permet de savoir ce que vous aimez, ou au contraire ce que vous n'aimez pas... Merci !

——————

   Je passe le reste de la nuit à méditer ce rêve énigmatique et déconcertant, ne sachant finalement pas si je dois le prendre au sérieux ou pas. Dans le feu de l'action, il me paraissait normal et censé d'y croire, mais revenue dans la chaleur de mes draps, je ne sais plus que penser. Asha, Iouri et Leandro paraissaient tous si réels, si tangibles... Je les regrette presque, la joie de vivre de Leandro, la distance et l'air d'ours de Iouri et le rôle d'Asha dans l'explication de ce que sont les Maîtres des saisons. Mais si tout cela était un rêve, comment et d'où aurais-je pu sortir tous ces détails ? Et surtout : comment pourrais-je me souvenir d'un rêve ? Car je les oublie tous, mis à part mes pires cauchemars. D'habitude, mes rêves me laissent seulement des impressions, je n'aurais jamais pu m'en souvenir et les raconter aussi précisément : alors pourquoi ce rêve est-il différent ? C'était si magique que j'aimerais que tout cela soit réalité, mais aucune preuve matérielle me permet d'affirmer en tout bon sens que tout cela était bien réel. Finalement, épuisée par des réflexions qui n'en finissent pas, je finis par me rendormir dans un sommeil paisible.

La lendemain matin, au petit-déjeuner, je me prends mon café habituel alors qu'Amina s'active à faire griller nos tartines. Le matin, nous ne sommes habituellement pas très bavardes, ayant toutes les deux pour habitude de réfléchir à la marche de nos journées respectives. Nous sommes donc perdues dans nos pensées, les mines endormies. Machinalement, je porte mon bol de café à mes lèvres, oubliant comme à chaque fois que si je suis trop pressée de me réveiller, je me brûle méchamment la langue. C'est ce qui m'arrive malheureusement. Je grogne de mécontentement : le matin, alors que je suis à peine réveillée et remise de ma nuit mouvementée, il faut que ma langue me fasse souffrir toute la journée. Je peste intérieurement contre ce café trop chaud. Pour le faire refroidir plus vite en attendant mes tartines, je m'amuse à touiller mon café activement, puis, portant de nouveau mon café à mes lèvres, je suis surprise par la consistance dure et froide de mon café qui les touchent. Surprise, mes yeux louchent immédiatement dans mon bol. Ce que j'y vois me décroche la mâchoire. Un bloc de glace, marron du fait du café, se trouve dans mon bol. Mes yeux s'écarquillent et je me lève brusquement, attirant l'attention d'Amina. Il ne manquait plus que ça.

— Désolée, j'ai oublié de faire un truc pour aujourd'hui.

    Et je file dans ma chambre avec mon bol de café. Il faut absolument que ma tante évite de voir ce truc, alors j'ouvre la fenêtre et essaie de faire tomber la glace qui emprisonne mon café. J'y parviens au bout de cinq minutes durant lesquelles je suis trop concentrée à essayer de ne pas faire tomber le bol pendant l'opération pour penser à ce qui vient de se produire. Puis, sonnée par ce qui vient de se passer, je m'assieds sur mon lit : alors tout cela serait vrai ? Ce rêve m'était donc vraiment destiné ? Suis-je alors réellement ce qu'ils appellent la maîtresse de l'Hiver ? Comme pour m'en convaincre, j'essaie de transformer l'eau du verre de ma table de nuit en glace. Après plusieurs essais et de longues minutes de concentration, je me rends à l'évidence : il faut que j'apprenne comment tout cela fonctionne car toutes mes tentatives se soldent par des échecs.

   Je pars ensuite pour le lycée avec une bonne heure de marche devant moi pour réfléchir à tout cela. En arrivant, j'ai donc fixé la marche à suivre durant ma période d'apprentissage au Repère : je ne dirai rien sur cette histoire de Maîtres des saisons, et par conséquent, mon don sera uniquement la maîtrise de la glace. Enfin, il faudra que je me fasse la plus discrète possible. Ce dernier objectif est peut-être le plus compliqué à tenir : je me suis déjà faite remarquer et avec cette histoire d'impossibilité à être deux Incarnations panthère dans un même Repère, la tâche s'annonce encore plus ardue. Les Incarnations vont donc vraisemblablement enquêter sur le pourquoi du comment, et il est maintenant évident que c'est ma faute, ou plutôt que le problème vient de moi. Il faudra que je sois prudente, car je suis déterminée à suivre les instructions des Maîtres des saisons pour faire partie de leur drôle de secte et apprendre à maîtriser l'Hiver, si du moins je suis bien la maîtresse de l'Hiver. Cette idée, sans savoir vraiment pourquoi, m'enchanterait : la puissance ? ne faire qu'un avec l'hiver ? Je n'ai pas la moindre idée de ce qui me motive et je me demande si ce n'est pas une sorte d'instinct, quelque chose d'imperceptible qui me guide. C'est l'option la plus probable, étant donné que d'habitude, je n'ai pas beaucoup de mal à mettre le doigt sur les sensations qui me traversent. Ici, c'est une énigme indéchiffrable.

Tome 1 : Le Reflet de l'HiverOù les histoires vivent. Découvrez maintenant