Chapter nineteen

633 27 14
                                    


Cela ne me rassurait pas d'être dans un chalet au milieu de nulle part. Surtout que la police devait déjà être à nos trousses. Tous installés autour de la table, le silence régnait. 

C'est quoi votre plan maintenant ? Dis-je d'un air agacé. 

La Suisse ma grande, paradis sur terre, personne ne viendra nous chercher là-bas. Dit "Carter". 

C'est n'importe quoi... Jamais vous réussirez à vous y rendre, d'ici demain vous serez les hommes les plus recherchés d'Angleterre. Dis-je. 

Tu ne sais pas de quoi tu parles idiote, mon frère à réussi à trouver un avion. On a juste à rester quelques jours ici histoire que les recherches se tassent. Et ensuite direction la Suisse.  Dit "Carter".

Et vous, vous en pensez quoi ? Vous le confortez dans sa connerie? Dis-je en m'adressant aux autres hommes autour de la table qui se muraient dans le silence. Personne ne répondit, ils détournaient le regard d'un air idiot. Quand je pense que ce mec est censé être le cerveau de l'opération. Léonardo se leva et se dirigea vers une sorte de petite cuisine dans le coin de la pièce. Il ouvre un placard et sorti deux bouteilles d'alcool qu'il posa sur la table avant de se rasseoir. 

Il est pas trop tard pour se tirer d'ici. Murmurais-je à l'oreille de  Léonardo. 

Il faut qu'on parte, je t'ai promis que je resterais pas toute ma vie derrière les barreaux. Dit-il. 

Il faut faire des tours de garde autour du chalet, on sait jamais ce qui peux arriver pendant la nuit. Dit l'un des hommes jusque là silencieux. 

Oui, c'est plus judicieux. Répond Léonardo. L'homme se lève, prend une arme, et sort du chalet pour monter la garde. 

Il y a un étage où on pourra dormir. Il y a deux fenêtres où on a une bonne vision sur l'extérieur. Dit un autre. 

Je lui fais pas confiance à elle. Dit "Carter" en me regardant d'un air méfiant.

Tu veux que je fasse quoi? Me tirer dans les bois en pleine nuit? Dis-je. 

Qu'est ce que j'en sais... Peut être bien. Mec passe moi les cordes dans le sac. Dit-il en s'adressant à Léonardo.

Attends quoi ?! Je suis pas un chien c'est hors de question que je sois attachée. Dis-je. Léonardo se lève et se dirige vers le sac à côté du butin. 

Non Léonardo tu peux pas me faire ça, pas toi. Dis-je. Un noeud de corde se trouvait dans sa main. 

Tu me fais pas confiance Marie, je peux pas te faire confiance alors. Dit-il. J'essaye de me débattre mais Carter attrape ma gorge et me pousse contre une des poutres du chalet. Mes bras et mes mains sont liés. Léonardo s'assit à côté de moi.

Je sais ce que tu penses. Ne m'en veux pas, tout sera bientôt finit. Dit-il en allumant sa cigarette. 

Je partirais pas en Suisse avec toi, qu'est ce que tu croyais? J'ai une famille moi, ils doivent être mort d'inquiétude. Dis-je. 

Me laisser voir crever dans un asile pourrit, c'est ça que tu voulais hein?! Tu le sais depuis le début que je ne sortirais jamais, je suis pas ta distraction pendant tes heures de boulot. Dit-il énervé.

Non c'est faux, tu dis n'importes quoi ! Tu aurais eus une chance de t'en sortir si tu m'avais écouté ! Dis-je. 

Marie arrête, tu sais très bien que je serais jamais sorti, et tu connais les raisons...Dit Léonardo. 

C'est marrant Léo je te voyais plus sortir avec une prostituée vietnamienne qu'avec ce genre de gonzesse là. Dit "Carter" en rigolant.

Ferme là Stan... Dit Léonardo. 

Ecoute, demain à la première heure je te déposes à la ville la plus près. Mais tu n'entendras plus jamais parler de moi. Ajoute t'il.

C'est hors de question ! Elle ira nous balancer à la police cette salope. Dit Stan. 

Je ne dirais rien, je vous le promets. Dis-je. La décision de Léonardo est dure à accepter mais je ne peux pas faire autrement. 

Si je lui couvre les yeux elle ne saura même pas retrouver la planque. Dit Léonardo. 

Bon ok... Mais tu as intérêt à garder ta gueule bien fermée toi, sinon je te retrouverais, et c'est tous tes petits connards de frères et soeurs qui payeront les conséquences de tes actes. Dit Stan. 

Vous serez retrouvez bien avant, croit moi. Dis-je. 

La suite très bientôt :)


Danger PublicLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant