• Prologue •

40 3 2
                                                  

Dans les années 2350, malgré les prouesses technologiques, une Troisième Guerre mondiale éclata. Des armes d'une nouvelle nature semèrent la discorde dans le monde entier ; chaque continent voulant illustrer sa supériorité.

Cependant, la Terre se rebella ; de nombreuses catastrophes naturelles firent leur apparition. La fonte des glaces engloutit l'Océanie, ainsi que toutes les îles et littoraux de la planète. Le continent américain, réduit à néant par son propre gouvernement qui refusait de se soumettre, laissa la bataille entre les mains de l'Europe, de l'Asie et de l'Afrique.

Des armes chimiques furent déployées en Afrique et les survivants se refugièrent en France, seul pays européen qui avait été plus ou moins épargné par les dégâts de ce conflit. L'Asie, quant à elle, ne cessait de subir la colère de la nature et finit par imiter ses ennemis africains.

De nombreux êtres humains se cachèrent, fuirent la guerre, jusqu'au jour où de pseudos scientifiques renversèrent le régime actuel. Soulagés que la guerre prît fin cinq ans plus tard, les rescapés élevèrent ces hommes de science au rang de héros.

Cette euphorie retomba bien vite lorsque des recrutements apparurent. Pourquoi enrôler des personnes qui n'y connaissaient rien ? Créaient-ils une armée ?

Les survivants comprirent que ces scientifiques, qui se renommèrent agents du Gouvernement, étaient des extrémistes. Ils découpèrent la France en quatre parties, regroupèrent les survivants en trois catégories (Européens, Africains, Asiatiques) et mirent en place la règle d'or de ce nouveau monde : les personnes de races différentes — ils prenaient plaisir à les nommer de la sorte — ne devaient se fréquenter sous aucun prétexte ; le non-respect de cette Loi suprême entraînant une exécution. On instaura tout cela dans le seul but de limiter l'apparition d'une autre guerre. C'était, du moins, ce qu'ils laissaient penser.

Les agents du Gouvernement attribuèrent trois des parties du territoire français à chacune des ethnies. La quatrième partie, quant à elle, fut cachée aux yeux des citoyens. Elle correspondait aux zones inhabitables, qui avaient été durement touchées lors du conflit.

Afin de limiter la pollution, le Gouvernement décida d'interdire les véhicules au peuple. Des villes et villages aménagés les aidèrent à combler le manque de transports. Tous les citoyens reçurent une carte où étaient inscrits leur prénom et leur ethnie. Cette dernière leur permettait de satisfaire leurs besoins primordiaux.

Un bon nombre de personnes refusa de se soumettre à ce régime raciste ; toutes finirent sur l'échafaud. La peur qu'inspirait ce système permit au Gouvernement de maintenir le peuple sous sa coupe.

Ainsi, cette nouvelle société vit le jour ; une société aux mœurs plus cruelles les unes que les autres.

Ainsi, cette nouvelle société vit le jour ; une société aux mœurs plus cruelles les unes que les autres

Oups ! Cette image n'est pas conforme à nos directives de contenu. Afin de continuer la publication, veuillez la retirer ou télécharger une autre image.
Le Nouveau MondeLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant