Chapitre 6.

2.4K 56 15

SIX.

Cyril.

Eh bien, y a ton ami Elie
Qui n'est pas très intelligent
Si tu veux vas jouer avec lui
Non maman c'est pas ça l'vrai instrument 

Moi j'veux jouer de l'hélicon
Pon pon pon pon

Bobby Lapointe.

Le Jeudi suivant, il fut à nouveau invité chez Céline. Elle avait encore des questions à lui poser pour son article et souhaitait également lui demander un service, lui avait-elle confié au téléphone.

 Il pressentait que l'intérêt que Céline portait à ces questions, qui étaient devenues l'essence même de sa vie à lui, n'étaient pas que d'ordre strictement professionnel et il en concevait  une certaine fierté. Céline ne s'était auparavant jamais vraiment intéressée à explorer ses pulsions.

Dès qu'il pénétra chez elle, il remarqua que quelque chose dans le regard qu'elle portait sur lui avait changé. Une façon nouvelle de le regarder, moins ironique, plus intéressée, mais plus respectueuse aussi.

Ils s'installèrent dans le salon. Céline avait sorti deux canettes de bière, sans verre. Dans le désordre sans nom de l'appartement, ils avaient l'air de deux cow-boys autour d'un feu de camp.

Comme à leur habitude, ils dînèrent ensemble, comme chaque fois que Nataly était en déplacement, généralement le Jeudi. Elle avait un chantier à gérer du côté de Brest, et s'y rendait deux jours par semaine, laissant Céline seule pour la nuit. Et Céline ne supportait pas la solitude du soir, qui l'angoissait. 

Le repas fut calme, détendu. Cyril souffrait encore de sa chute et se massait par moment le genou.

-C'est dangereux, la vie, dit-il.

-Mais ce côté dangereux fait partie du plaisir, non?

-Vaste sujet! Toi et moi nous roulons à moto, activité dangereuse s'il en est. Pourquoi préfère-t-on cet inconfort à la chaleur et la sécurité des transports en commun? A mon avis, c'est parce que nous vivons dans un monde trop protégé, alors que nous sommes conçus sur le modèle des bêtes sauvages. Nous avons besoin du danger, du stress, pour nous sentir en vie. Le vrai danger, c'est qu'en supprimant toutes ces occasions de nous confronter au risque, à la chute, à la blessure, à la douleur, nous formons des enfants qui ne connaissent plus ni les limites ni ce frisson indispensable. Aujourd'hui les cours de récréations des écoles maternelles sont recouvertes d'un enrobé mou; quand les enfants tombent ils ne se font pas mal. Mais il leur manque ce petit jeu de la mise en péril dont ont besoin les enfants pour se construire. Alors il vont chercher ailleurs, dans les jeux video ultra-violents, mais aussi dans les sports extrêmes, dans lesquels bien souvent ils se cassent rapidement quelque chose...

Plus ce monde devient douillet, plus la recherche de frissons extrêmes se fait pressante. Je pense que cela a à voir avec l'extraordinaire développement de la pratique du Kinbaku.

-Tu me ferais une démonstration de tes cordes sur Nataly, un jour? J'aimerais bien voir cela, une fois.

Cyril fut  surpris par cette demande à laquelle il ne s'attendait pas. Mais après une courte réflexion, il s'aperçut que le fait que son ex-femme  montre  un nouveau signe d'intérêt envers ses activités le flattait plutôt. Ils prirent donc rendez-vous pour le Samedi suivant.

-Tu comptes devenir attacheuse?

-Non, tu es bête! Curiosité professionnelle, c'est tout!

Tiens, au fait, j'ai quelque chose à te donner.

Elle lui tendit un paquet de photographies:

-Ce sont toutes nos vielles photos, j'en ai fait des doubles, j'ai pensé que cela te ferait plaisir...

95 fois sur 100Lisez cette histoire GRATUITEMENT !