.1.

376 40 74
                                    

Amaya EvansLos Angeles2 septembre 2019

Oups ! Cette image n'est pas conforme à nos directives de contenu. Afin de continuer la publication, veuillez la retirer ou télécharger une autre image.

Amaya Evans
Los Angeles
2 septembre 2019

-Oui maman! On vient juste d'atterrir, je t'appel plus tard.

-Tu fais attention et surtout ne fais pas confiance au sens de l'orientation de ton père. Déclare immédiatement ma mère, très sérieuse, alors que cela déclenche chez moi un sourire amusé.

Je finis par raccrocher au bout de quelques secondes, avant de placer mon portable dans mon sac.

-Je suppose que ta mère a encore fait référence à mon sens de l'orientation. Rigole mon père en marchant à mes côtés, trainant ma valise derrière lui.

-Comment tu as deviné? Demandais je, impressionnée, en tournant vivement la tête dans sa direction.

-Amaya. J'ai été marié pendant près de 20 ans avec ta mère, ne sous-estime pas mon niveau de connaissance en ce qui concerne Joyce Sanders. Déclare t'il sérieusement, avant que nous explosions de rire tout les deux.

Ça va bientôt faire 3 ans que leur divorce a été prononcé, et finalement avec un peu de recul j'ai finis par réaliser qu'ils n'ont jamais été si heureux.

Et si aujourd'hui ma mère n'a pas pu être présente, je suis heureuse d'avoir mon père à mes côtés.

Ces deux dernières années à vivre rien que tout les deux à New-York nous a profondément rapproché.

Un sourire se dessine sur mon visage en pensant à ces deux années qui n'ont pas toujours été facile, mais qui ont surtout été à l'origine de nombreux fou rires.

14h05

-Il est énorme ce campus! Réalise mon père en conduisant à travers les différentes allées, à la recherche de l'immeuble où est censé se trouver mon appartement.

Après un rapide passage à l'administration, nous avons pu avoir ma confirmation d'inscription à UCLA, ainsi que mon assignation dans un appartement en collocation.

Si mes parents ont tout fais pour obtenir un appartement et pas seulement une chambre étudiante afin que je me sente bien, nous avons dû nous pencher sur une collocation.

Vivre seule ici est presque inaccessible pour le commun des mortels.

Je dois avouer que cela me stresse un peu. Je n'ai jamais vécu avec quelqu'un d'autres que mes parents, et encore moins avec une personne que je ne connais pas.

Et si autrefois j'aurais sûrement vu ici l'occasion de découvrir de nouvelles choses, aujourd'hui j'émets des réserves. Peut-être par peur d'accorder ma confiance, par peur d'être blessée...

-C'est là non?

La voix de mon père me rappelle à la réalité. J'observe autour de moi et fini par acquiescer, le numéro sur le bâtiment correspond à celui qu'on nous a indiqué à l'administration.

Start All OverOù les histoires vivent. Découvrez maintenant