Chapitre 1

41 6 7
                                                  

_ On est dimanche matin, mes yeux fixent l'écran de mon ordinateur depuis une bonne trentaine de minutes toutefois la seule chose qui arrive encore à capter mon attention c'est la petite notice en bas de mon écran qui indique déjà (8) huit heures .
Assise sur un canapé dans le salon, les jambes entrecroisées de manière à ce que je puisse travailler tout en restant dans ma zone de confort, je fais de mon mieux pour me concentrer le plus que possible sur un nouveau article .

Mes deux derniers articles n'ont pas vraiment cartonné, pour être sincère avec moi même, je me permets de me dire que j'ai vraiment merdé sur ce coup ! Alors j'ai connu la terrible déception qui est de perdre son boulot, j'ai même connu l'affreuse sensation d'être remplacée juste quelques heures après son renvoie . Toutefois je suis de celles qui persévèrent dans la vie et qui ne se laissent pas décourager si facilement, après avoir harcelé mon supérieur de nombreuses fois, je l'ai longtemps supplié pour qu'il me reprenne et après de nombreux refus, j'ai fini par le convaincre de me donner une dernière chance, disons plutôt que je l'ai contraint, rien de trop méchant, je l'ai juste fait un peu de chantage en lui menaçant de divulguer quelques-uns de ses petits secrets au grand public.

Ainsi j'ai pu constater l'expression de son visage passer de la surprise à la honte pour finir à la colère . Il a été pris de stupéfaction d'apprendre tout ce que je savais sur sa petite vie, selon lui je ne manquais pas d' audace de me présenter ainsi à son bureau pour lui faire du chantage après l'avoir autant harcelé.

Après lui avoir présenté mes excuses pour tous les dégâts que j'ai causé, en parlant de ces pneus de voiture, de la crotte sur son pare-brise, de sa boîte aux lettres et j'en passe, j'ai quand même pris le soin de lui faire la petite remarque que je ne faisais que suivre le courant comme tout le monde. On ne pouvait pas m'en vouloir de faire ce que tous les autres font, c'est le risque du métier, lui disais-je pour le rassurer !

_ Notre boulot c'est de s'informer et de faire connaître la vérité, Nous sommes journaliste !

_ Vous êtes éditorialiste ! Me fait-il remarquer !

_ Du pareil au même ! Je lui réponds alors.

Lorsqu'il a fini par comprendre que j'étais assez détraquée pour mettre mes menaces à exécution, il s'est ravisé, j'ai retrouvé mon boulot, ma place, tout est bien qui finit bien ! A une exception près, sauf pour ma remplaçante, la pauvre elle s'est quand même fait transférée dans les archives !

Le regard toujours plongé dans l'écran, j'essaie de me concentrer au max lorsque mon colocataire, depuis la porte commence à gueuler .

_ C'est la dernière fois que je sors les poubelles ! S'écrie t-il .

_ Y'en a un qui s'est levé du mauvais pieds ce matin ! Je me permets de dire tout bas !

_ Je suis sérieux, c'est vraiment la dernière fois que je fais ça ! Râle t-il.

_ Ok ! Je lui réponds vaguement .

_ Tu ne ripostes pas ! Me demande t-il surpris .

_ Non, je ne riposte pas parceque j'essaie de me concentrer ! Lui dis-je d'un air sérieux, le regard toujours plongé dans l'écran.

_ J'oubliais que l'on t'avais repris ! Me dit-il amusé !

_ De quoi je me mêle ?

_ J'ai juste de la peine pour ton patron, le pauvre je me demande combien de crise encore va t-il bien pouvoir supporter de ta part ? S'attarde t-il à dire ironiquement .

_ Ah ah très drôle !

_ C'est vrai, tu lui as déjà fait le coup des pneus troués, le par choc brisé, les chantages, le harcèlement ... Savais tu que le harcèlement était passible de poursuites judiciaires et pénales.

BETWEEN USWhere stories live. Discover now