Chapitre 18 : Hegh

21 1 0
                                              

— Qapla'! s'exclame Krivat.

— J'imaginais le Sto-vo-kor moins... Étroit, dit Pègrwi', désorienté.

— Nous ne sommes pas morts mon ami ! Dès qu'on a franchi leurs boucliers, je nous ai téléportés dans une de leurs navettes.

— majQa'! crie-t-il d'un rire triomphant en tapant sur l'épaule de son amie.

Le duo se demande comment un vaisseau a pu les suivre, ou même avoir connaissance de leur quête, puis prise d'une idée soudaine, Krivat vérifie le tricorder de starfleet.

— La localisation est ré-activée, dit-elle calmement.

— Ce petaQ d'yridien a dû se garder un accès dérobé pour l'activer à distance !

Krivat la désactive rapidement en espérant que leurs ennemi·e·s ne se soient pas rendu compte que le signal était encore actif après l'explosion. Puis quelque chose l'interpelle dans les données.

— En parlant d'yridien...

Elle se lève et se dirige vers l'arrière de la navette, sort discrètement hors de vue des gardes posté·e·s à l'entrée du hangar, passe derrière un empilement de caisses. Pègrwi' entends un bruit étouffé, inaudible par les ennemi·e·s à cette distance, puis voit son amie revenir en traînant Jaglom Shrek par la peau du cou jusque dans l'intérieur de la navette.

Après que le guerrier aie refermé le sas, elle le jette sans ménagement contre la paroi.

— Qu'est-ce qu'il fait là ?! s'écrie Pègrwi'.

— Oh il va nous le dire n'est-ce pas ? dit Krivat en sortant son d'k tagh et en le pointant sous le menton de l'yridien.

Ce dernier tremble comme une feuille, il explique qu'au moment de la tractation il avait déjà conclu un marché avec un autre klingon, Toral fils de Duras, n'ayant plus les données de navigation à marchander, il a dû réactiver la localisation du tricorder et leur vendre la fréquence du signal. Malheureusement pour lui, Toral l'a forcé à les accompagner en guise de garantie. Quand le combat à commencé il s'est faufilé dans le hangar en espérant profiter de la confusion pour fuir en navette, mais n'a pas eu le temps.

— Donc on va bientôt nous trouver, réalise Pègrwi', dépité.

— Qu... Quoi ? bredouille Jaglom Shrek.

— Tu crois que c'est compliqué de repérer un signal de vie yridien dans un vaisseau dont l'équipage est entièrement klingon ? demande rhétoriquement Krivat.

— On devrait le tuer en fait, dit le klingon d'un air mauvais en sortant son d'k tagh.

Krivat quand à elle range le sien.

— C'est trop tard ça ne changera rien, allons tuer des ennemi·e·s plutôt, dit-elle en attachant l'informateur.

La klingonne se dirige vers le poste de combat et invite son ami à s'occuper du pilotage. Elle lui dit de se diriger vers la sortie du hangar.

— On ne pourra pas sortir, il est fermé et protégé par une épaisse porte blindée doublée d'un champ de force, proteste-t-il.

— Oh mais je n'ai pas l'intention de sortir, pointe le nez de l'appareil en direction de la porte qui mène au reste du vaisseau, celle avec les gardes qui sont en train de nous tirer dessus en hurlant. Explique Krivat, en chargeant les lance-torpilles.

Elle tire un coup de canon disrupteur faisant exploser la porte et les gardes avec. Puis lance une torpille à photons.

Le souffle de l'explosion repousse la navette qui percute le champ de force de la sortie du hangar. Les dommages sont importants mais rien de vital.

Les dégâts dans l'oiseau de proie sont considérables, un trou béant est ouvert sur plusieurs ponts de hauteur.

— Mais ça ne va pas non ?! Je ne peux pas activer les bouclier dans un endroit si étroit, s'indigne Pègrwi'.

— Alors dépêche toi de nous fixer sur une paroi par ancrage magnétique parce que je vais en tirer une deuxième. Prévient Krivat.

Elle lui laisse à peine le temps. Une nouvelle explosion retentit, des débris projetés par le souffle heurtent la navette mais celle-ci tient bon, bien ancrée.

— Je jure devant toutes les déités du multivers que si je survis, plus jamais je ne ferais affaire avec des klingon·ne·s ! s'écrie l'yridien paniqué.

Krivat observe sur les senseurs que de nombreuses alarmes se sont déclenchées dans l'oiseau de proie.

— On a provoqué un début de brèche dans le champ de confinement du cœur de distorsion ! Il faut vite partir ! S'écrie-t-elle.

Elle demande à Pègrwi' de rediriger toute l'énergie vers les canons disrupteurs et de foncer en direction du cou de l'appareil.

Krivat tire en rafale sur les parois, creusant un passage pour la navette à travers les ponts de l'oiseau de proie. Des débris percutent l'appareil dans tous les sens, il n'y a aucune visibilité à cause des explosions et des nuages de particules, le klingon doit piloter en se fiant uniquement aux senseurs.

La petite navette traverse littéralement un enfer miniature, mais parvient enfin à ressortir par les brèches béantes situées dans le cou du vaisseau.

— Je prépare un transfert rapide d'énergie, tout sur la distorsion pendant une seconde puis tout sur les boucliers ensuite. Suis bien au pilotage, facteur maximal, mais ne dépasse pas le temps, si on est encore entourés d'une bulle de distorsion au moment où l'explosion d'antimatière nous atteint, dans l'état où est le vaisseau, on pourra dire bonjour à Kahless. Explique à toute vitesse Krivat à Pègrwi'.

Ainsi fut fait. Quand l'explosion rattrape le vaisseau, la bulle s'est déjà effondrée et les boucliers arrière sont au maximum, la navette surfe sur l'apex du souffle jusqu'à ce que la distance le disperse.

Malgré tout, un pan entier de l'appareil est arraché par l'explosion, la guerrière renforce au maximum le champ d'intégrité structurelle.

— Regarde ! s'exclame Pègrwi' en pointant quelque chose du doigt, à travers la brèche.

Krivat remarque le système trinaine qui était leur objectif, elle vérifie les senseurs, la navette s'est par chance retrouvée dans une orbite elliptique autour des trois étoiles. Mais elle remarque bientôt autre chose, elle ne l'avait pas remarqué parce que l'objet est étonnement proche, de forme légèrement oblongue et aplatie...

— Le bat'leth de Kahless ! crie-t-elle.

— Qap...

L'exclamation victorieuse de Pègrwi' est interrompue par un bruit de viande tranchée et d'os brisé.

qeylIS lorQoD je lut ja' QIvat - Krivat conte : La légende de Kahless et LorkrodLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant